Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome27.djvu/439

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES

A M. L'ABBÉ F OU CHER

DE l'académie royale des belles- lettres.

��AVIS

POUR LA PRÉSENTE ÉDITION.

Ces trois lettres à Foucher sont placées tantôt dans les .Mélanges, tantôt dans la Correspondance. D'après le plan de notre édition, c'est ici qu'elles doivent être, les unes à la suite des autres.

L. M.

��PREMIERE LETTRES

A Ferney, 30 avril.

Monsieur,

Je suis un homme de lettres, et je n'ai jamais rien publié; ainsi je suis aussi obscur que beaucoup de mes confrères qui ont écrit. Je suis à la campagne depuis quelques années, auprès d'un bon vieillard qui, en son temps, ne laissa pas d'écrire beaucoup, et qui cependant est fort connu. J'ai eu l'honneur de vivre fami- lièrement avec le neveu de feu l'abbé Bazin, qui répondit si poli- ment et si plaisamment- à M. Larcher, ce superbe ennemi de l'abbé Bazin. Permettez que j'aie aussi l'honneur de vous répondre.

��1. Celle lettre, imprimée dans le Mercure de juin 1769, page 151, est la pre- mière de celles que Voltaire cite au mot Académie, dans ses Questions sur l'En- cijclopédie; voyez tome XVII, pages 52-03.

2. Voyez, tome XXVI, page 307, la Défense de mon oncle.

�� �