Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome8.djvu/594

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


o76 LE TEMPLE DU GOUT.

^ îs'avoir qu'un goût est peu de chose

Beaux-arts, je vous invoque tous ; Musique, danse, arcliitecture, Que vous m'inspirez de désirs ! Art de graver docte peinture, Beaux-arts, vous êtes ,ies plaisirs; Il n'en est point qu'on doive exclure.

Je vis les muses présenter tour à tour, sur l'autel du dieu, des livres, des dessins, et des plans de toute espèce. On voit sur cet autel le plan de cette belle façade du Louvre, dont on n'est point redevable au cavalier Bernini, qu'on fit venir inutilement en France avec tant de frais, et qui fut construite par Perrault et par Louis Le Vau, grands artistes trop peu connus. Là est le dessin de la porte Saint-Denis, dont la plupart des Parisiens ne connais- sent pas plus la beauté que le nom de François Blondel, qui acheva ce monument; cette admirable fontaine', qu'on regarde si peu, et qui est ornée des précieuses sculptures de Jean Goujon, mais qui le cède en tout à l'admirable fontaine de Boucliardon, et qui semble accuser la grossière rusticité de toutes les autres; le portail de Saint-Gervais-, chef-d'œuvre d'architecture, auquel il manque une église, une place , et des admirateurs , et qui devrait immortaliser le nom de Desbrosses, encore plus que le palais du Luxembourg, qu'il a aussi bâti. Tous ces monuments, négligés par un vulgaire toujours barbare, et par les gens du monde toujours légers, attirent souvent les regards du dieu.

On nous fit voir ensuite la bibliothèque de ce palais enchanté : elle n'était pas ample. On croira bien que nous n'y trouvâmes pas

L'amas curieux et bizarre

De vieux manuscrits vermoulus.

Et la suite inutile et rare

D'écrivains qu'on n'a jamais lus.

Le dieu daigna de sa main môme

En leur rang placer ces auteurs

Qu'on lit, qu'on estime^, et qu'on aime.

Et dont la sagesse suprême

N'a ni trop ni trop pou de fleurs.

��1. La fontaine Saint-Innnccnt. L'architecture est de Lescot, abbé de Claigny, et les sculptures de Jean Goujon. {Note de Voltaire, 1733 et 1748.)

2. Le G mai 1733, Voltaire écrit à Cideville : « Je vais domeuror vis-à-vis le seul ami que le Temple du Goût m'a fait, vis-à-vis le portail de Saint-Gervais. »

�� �