Page:Von Moltke - La Guerre de 1870.djvu/413

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

COMBAT DE VILLERSEXEL. 405 l’aile gauche, fut postée a Mandrevillars, Brévilliers et Charmont. On mit en outre à profit le répit qu’accordait l’ennemi pour constr11ire des tranchées-abris et des emplacements, établir des lignes télégraphiques et des relais, mettre en état les chemins et approvisionner les troupes de vivres et de munitions. 13 janvier. — Dans la matinée du 13, les Français attaquèrent les positions de la 3° division de réserve a `Arcey, Sainte-Marie et Gonvillars. Les troupes avaient pour instruction de se replier devant un ennemi par trop supé- rieur, tout en lui tenant tête assez longtemps pour con- traindre ses colonnes à se déployer. Aussi soutinrent-elles pendant un certain temps la lutte avec l’artillerie des Français qui s’était mise en position sur un arc de cercle très étendu; puis elles résistèrent pendant trois heures à leur infanterie et finalement, se voyant ser- rées de très près, elles allèrent s’établir dans une seconde position en arrière du ruisseau de Rupt et, a 4 heures de l’après-midi seulement,elles battirent en retraite sur Tavey. L’avant-garde du général von der Goltz postée à Chavanne, ayant amené toute une brigade française à se déployer. alla prendre position a Couthenans, a hauteur de la divi- sion de réserve. En avant du front de l’Allaine, les Français n’avaient pas réussi a refouler hors de Dasle et de Croix les troupes du général de Debschitz qui y étaient postées. 14 janvier. — Le 14, le colonel de Willisen délogea de Lure, avec 50 dragons qui avaient mis pied à terre, l’en-