Page:Wailly – La Folle ou Le Testament d’une Anglaise, 1827.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA FOLLE,
ou
LE TESTAMENT D’UNE ANGLAISE,
Comédie.

ACTE PREMIER.


Scène première.

WILLIAMS SMITH, CALEB.



SMITH.

Comment ! mon vieux Caleb, ta maîtresse refuse de me recevoir ?


CALEB.

Oui, monsieur.


SMITH.

Miss Anna ?


CALEB.

Ah ! mon Dieu… elle-même.


SMITH.

Moi, Williams Smith, son ami, son amant, son époux presque !


CALEB.

C’est comme j’ai l’honneur de vous le dire.