Page:Wailly – La Folle ou Le Testament d’une Anglaise, 1827.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Scène IX.

ARTHUR, CALEB.



CALEB.

Ma maîtresse m’envoie vers vous, milord, elle vous prie d’excuser son absence ; aussitôt qu’elle sera libre elle viendra réparer son impolitesse.


ARTHUR.

Je serais désolé, mon vieux Caleb, qu’elle fît des façons pour moi ; elle est occupée à recevoir ses fermages, disais-tu ?


CALEB.

Sans doute ; et cette opération est toujours un peu longue. (à part.) Ordinairement, c’est bientôt fait.


ARTHUR.

D’après ce que je puis voir, ses propriétés sont considérables ?


CALEB.

Considérables, milord. (à part.) Il faut payer d’audace. (haut.) Et elles l’étaient encore davantage avant la confiscation du parlement ; mais ce qui lui reste…


ARTHUR.

Suffit encore pour lui assurer une fort belle existence, n’est-ce pas ?


CALEB.

Certainement… (à part.) Aurait-il quelque soupçon ?…


ARTHUR.

Je suis enchanté, mon cher Caleb, des renseignemens que tu me donnes ; et puisque je peux compter sur l’exac-