Page:Wailly – La Folle ou Le Testament d’une Anglaise, 1827.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


moi qui dois l’ouvrir avec lui… J’aime tant la danse… Mais non… je me trompe… point de mariage ; ils étaient là… tous deux… ils se sont menacés.


ANNA.

Qui ? Arthur et Williams ?


CÉCILE.

Oui… on a parlé de pistolets… Arthur m’a quittée malgré ma défense… Ils se battent à présent… (On entend deux coups de pistolets.) Ah !… j’y cours… j’y cours.


ANNA.

Caleb… ne la quittons pas. (Ils sortent.)




fin du second acte.