Page:Wailly – La Folle ou Le Testament d’une Anglaise, 1827.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ANNA, à part.

Il ne s’avance pas beaucoup.

(Même silence.)

ARTHUR.

Ma chère cousine… le testament de ma tante… ce testament qui nous donne à chacun le droit de nous ruiner mutuellement par un refus… C’était une femme bien singulière que ma tante.


ANNA.

Vous trouvez ?


ARTHUR.

Est-ce que vous ne pensez pas comme moi ?


ANNA.

Oh ! tout à fait, mon cousin.


ARTHUR.

Je suis charmé de voir que nous sommes du même avis.

(Une pause.)

ANNA, à part.

Comme il a l’air embarrassé ! C’est peut-être la crainte de me ruiner qui le retient.


ARTHUR, à part.

C’est peut-être la délicatesse qui l’arrête.


ANNA, à part.

S’il savait que je n’ai pas besoin de cette fortune.


ARTHUR, à part.

Si je lui faisais entendre que je ne tiens pas à ce testament. Essayons encore… (haut.) Pour en revenir à ce testament, je ne sais pas s’il a produit sur vous le même effet que sur moi…