Page:Wailly – La Folle ou Le Testament d’une Anglaise, 1827.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ANNA.

Est-ce qu’il vous déplairait aujourd’hui ! Parlez, si j’ai le malheur…


ARTHUR.

Comment donc, ma cousine… au contraire… jeune et jolie comme vous l’êtes…


ANNA, à part.

Ah ! mon dieu, il va me faire une déclaration.


ARTHUR.

Pouvez-vous craindre avec tant d’avantages… (à part.) Eh bien ! qu’est-ce que je fais donc ? Voilà que je lui adresse des complimens. (haut.) Mais, comme je vous disais… en y réfléchissant… s’il arrivait que l’un de nous par la crainte de ruiner l’autre…


ANNA.

Vous me prévenez, mon cousin ; j’allais moi-même vous en dire autant ; et si je ne vous plaisais pas, ce qui est possible…


ARTHUR.

Ah ! ma cousine…


ANNA.

Je ne voudrais pas que vous vous crussiez engagé, par délicatesse, à me cacher vos véritables sentimens.


ARTHUR.

Je suis charmé de voir que nous sommes encore du même avis sur ce point.


ANNA.

Quant à moi, milord, si je ne suis pas très-riche, du moins j’ai de l’aisance, et le château de Derby m’assure une existence honorable.