Page:Wailly – La Folle ou Le Testament d’une Anglaise, 1827.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CÉCILE.

Vous en paraîtrai-je moins jolie ?… Non… j’en suis sûre…


ARTHUR.

C’en est fait, je ne peux résister plus long-temps.

(Il se jette à ses pieds.)

Scène XI.

ANNA, ARTHUR, CÉCILE.



ANNA.

Ah ! mon cousin, pour le coup, c’est vous qui me refusez…


CÉCILE.

Ma sœur !… Levez-vous… mais levez-vous donc, monsieur.


ANNA.

Je venais chercher votre réponse ; mais vous avez d’avance répondu à toutes mes questions.


ARTHUR.

Non, miss, non, je ne vous refuse pas ; j’aime, j’épouse Cécile ; mais je ne veux point vous ruiner. Gardez votre fortune.


ANNA.

Vous l’épousez… Mon cousin, je ne tiens nullement à cette fortune qui nous gênait tous deux, et je vous remercie de l’avoir mise aux pieds de ma sœur.


ARTHUR.

Ah ! miss, cette générosité…