Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



HENRY BATAILLE

Bibliographie. — La Belle au bois dormant, féerie lyrique, en trois actes, en collaboration avec M. Robert d’Humiéres (non publiée), représentée sur la scène du Théâtre de l’Œuvre en 1894 ; — La Chambre blanche, poésies, avec préface de Marcel Schwob (Société du Mercure de France, Paris, 1895) ; — Ton Sang, tragédie contemporaine précédée de La Lépreuse, tragédie légendaire (Société du Mercure de France, Paris, 1897) ; — L’Enchantement, comédie en quatre actes, en prose (1900) ; — Têtes de Bataille (Paul OUendorff, Paris, 1901) ; — Maman Colibri, comédie en quatre actes, représentée sur la scène du théâtre du Vaudeville (1904) ; — La Marche Nuptiale, pièce en quatre actes, représentée sur la scène du théâtre du Vaudeville (1905) ; — Résurrection, pièce représentée sur la scène du théâtre du Vaudeville (1905) ; — Potiche, pièce représentée sur la scène du Théâtre-Français (1906) ; — La Lépreuse, opéra, musique de M. Sylvio Lazzari (1906).

En Préparation : Et voici le jardin, poésies.

M. Henry Bataille a collaboré au Journal des Artistes, au Mercure de France, à la Revue Blanche, à la Vogue (nouvelle édition, 1899), au Mouvement, etc.

M. Henry Bataille est né à Nîmes en 1872. II a publié en 1895 son premier volume de vers, La Chambre blanche, plaquette aujourd’hui épuisée, où l’auteur exprime surtout la sensibilité des petits bonheurs et des joies puériles de la lointaine enfance.

« Les vers de M. Bataille caressent comme des berceuses de nourrices, des ronronnements de rouets, des romances de bouilloire et des cricris de grillon, durant les veillées d’hiver. Ce sont les impressions, que l’enfant garde, d’une heure vague pendant laquelle il n’était ni endormi ni éveillé, cette heure au bout de laquelle sa mère l’emportait pour le mettre dans son petit lit. La Chambre blanche lait songer au Kinderscenen de Schumann. » (georoes Eekhoud.)

On trouve — comme le fait remarquer M. Remy de Gourmoat — dans ce livre de l’enfance toute une philosophie de la vie, un regret mélancolique du passé, une peur flère de l’avenir.