Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/488

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Alors, un blanc rayon lunaire les atteint,
Du haut des toits de fer où l’astre vient d’éclore…
Et c’est un peu, déjà, le présage lointain
D’une mystérieuse et triomphale aurore !

ÉVANGILE

Toi qui gémis, pourquoi douloureux, ô mon frère ?
Pourquoi suivre la route où s’égarent tes pas ?
Sans doute tu perdis une illusion chère,
Et c’est elle aujourd’hui que tu pleures tout bas ?

O mon frère, pourquoi douloureux, toi qui passes
Je le lis dans tes yeux, ton orgueil a souffert ;
Et rien qu’à voir tes mains inhabiles et lasses,
Je devine ton cœur plus morne qu’un désert.

Allons, relève-toi, ne penche pas la tête !
Si tu veux, tu seras un homme neuf, demain ;
Et je te guiderai vers le labeur honnête,
Car nous avons tous droit au travail comme au pain.

Un rayon de soleil te guérira peut-être,
Et si ta bouche a soif, et si ta chair a faim,
Frère, voici le sol où nos bras feront naître,
Pour ta faim, le froment, et pour ta soif, le vin.

Regarde : autour de nous s’épanouit la vie,
La vigne croit, le blé jaunit, le fruit est mûr :
La Terre, cette amante encore inassouvie,
Kous réclame pour la féconder sous l’azur.

Les épis moissonnés vont déborder des granges,
Les grappes rougiront de leur sang le pressoir :
Mon frère, nous allons créer pour que tu manges,
Et nous allons semer des floraisons d’espoir !

SEMAILLES

La ville jette au ciel sinistre sa clameur
— Cris d’abattoir, clairons sonnants, fracas d’usine —
Mais voici l’heure enfin solennelle et divine,
Et tout ce qui fut doux en moi palpite et meurt.