Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/565

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



AUGUSTE DUPOUY

Bibliographie. — Parlances, poèmes, ouvrage couronné par l’Académie française(Lemerre, Paris, 1905).

M. Auguste Dupouy a collaboré à la Revue Idéaliste, à la Revue des Poètes, au Penseur, aux Lettres, etc.

M. Auguste Dupouy, Breton par sa mère, à demi Breton par son père, est né en novembre 1872 à Concarneau (Finistère). Son grand-père paternel était Bayonnais : d’où son nom peu celtique. M. Dupouy a fait toutes ses classes au lycée de Brest, sauf la rhétorique supérieure, suivie au lycée do Rennes et au lycée Henri IV. Entré à l’Ecole normale en 1893, il a professé la rhétorique à Tulle, pendant une année, puis à Quimper, de 1896 à 1902. Il est actuellement professeur de rhétorique au lycée d’Angers.

De seize à vingt ans, à l’âge où le romantisme séduit le plus, M. Dupouy fut un pur classique. Depuis sa vingtième année, deux amours, deux passions, se partagent son cœur : il adore l’art grec, il aime la mer, le vaste Océan- Il l’aime, non en dilettante, mais en Breton, mais en marin. Chaque année, il va passer ses vacances à Saint-Guénolé, ou à Penmarc’h (Finistère), où ses parents sont venus habiter en 1880.

« C’est là, nous écrit-il, dans la famille, dans la société de quelques peintres et celle des pêcheurs, dans un décor lumineux de sables, de ciel et d’eau, que j’ai éprouvé mes émotions les meilleures. »

M. Auguste Dupouy a fait, il y a quelque temps, un voyage en Afrique. Il s’est aventuré jusqu’au Sahara, à travers l’Aurès, par des pistes inconnues du tourisme. Est-ce d’avoir longtemps regardé la mer griso, d’avoir parcouru les vastes solitudes du continent africain, que le jeune poète a gardé au plus profond de son âme cette douce mélancolie qui se reflète dans ses poèmes d’un charme si pénétrant ?