Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
20
LE CHATEAU

Je vous ai déjà priée, lui dit Manfred d’un ton irrité, de ne me point nommer cette femme : dès ce moment elle doit vous être étrangère auſſi bien qu’à moi… En un mot, Iſabelle, puiſque je ne puis vous donner mon fils, je vous offre ma personne… Cieux ! s’écria Iſabelle, qu’entends-je ! vous, Monſeigneur ! vous, mon beau-père ! le père de Conrad ! l’époux de la vertueuſe & de la tendre Hippolite ! Je vous ai dit, reprit Manfred d’un ton impérieux, qu’Hippolite n’eſt plus ma femme ; je la répudie dès ce moment. Sa ſtérilité m’eſt à charge ; mon ſort dépend des enfans que j’aurai, & j’eſpère que cette nuit fera revivre mes eſpérances. En achevant ces mots, il prit la main d’Iſabelle, qui étoit à demi-morte de ſurpriſe & d’horreur. Elle jetta un grand cri & s’enfuit. Manfred alloit la pourſuivre, lorſqu’il apperçut au clair de la Lune le panache du Caſ-