Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
51
D’OTRANTE.

d’événemens extraordinaires l’avoient jetté. Il rougit des mauvais traitemens dont il avoit uſé envers une Princeſſe, qui ne répondoit aux injures qu’il lui faiſoit, que par de nouvelles marques d’obéiſſance & de tendreſſe : l’amour reprit ſon empire ſur ſon cœur ; mais également honteux des remords qu’il éprouvoit à l’occaſion d’une perſonne contre laquelle il méditoit intérieurement un outrage encore plus ſanglant, il s’efforça de réprimer les ſentimens de compaſſion qui commençoient à s’élever dans ſon cœur ; il éteignit juſqu’aux moindres reſtes de pitié qui pouvoient y être demeurés, & paſſa tout-à-coup à la perfidie la plus infâme que jamais homme ait commiſe. Aſſuré de la ſoumiſſion d’Hippolite, il ſe flatta que non-ſeulement elle conſentiroit à ſon divorce mais qu’elle engageroit même Iſabelle à l’épouſer, & il ne s’occupa plus que du ſoin de la trouver. Il fit garder étroite-