Page:Walter - Voyage autour du monde fait dans les années 1740, 1, 2, 3, 4, 1749.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Voilier, nous résolumes de l’emmener avec nous : les autres étoient deux Senaux, une Barque, et deux Galères de trente-six rames chacune. Nous apprimes depuis, que ces deux dernières et plusieurs autres semblables qu’on avoit bâties dans différens Ports, étoient destinées à nous empêcher de faire descente aux environs de Callao : car les Espagnols, sur les premiers avis qu’ils eurent de l’équipement de notre Escadre et de sa force, crurent que nous en voulions à Lima. Mr. Anson, ne sachant que faire de ces cinq Vaisseaux, en avoit d’abord fait couper les Mâts, dès notre arrivée, et à notre départ, nous les remorquames hors du Port, y perçames des trous, et les coulames à fond. Mr. Hughs, Lieutenant du Tryal, fut mis avec dix hommes, sur le sixième que nous emmenames, qui étoit nommé le Solidad, après quoi notre Escadre leva l’ancre vers minuit, et partit au nombre de six Vaisseaux, le Centurion, le Tryal, le Carmélo, la Thérèse, le Carmin, et le Solidad.

Avant d’aller plus loin, je crois que c’est ici le lieu d’instruire le Lecteur de la valeur du butin, que nous fimes en cette occasion, et du dommage que nous causames aux Espagnols. J’ai déja dit que nous y trouvames une grande quantité d’effets de prix, qui ne pouvoient nous être d’aucun usage, et que nous ne pouvions emporter ; ainsi pour cet article, je ne puis guère, qu’en estimer en gros la valeur. Les Espagnols, dans les représentations qu’ils firent à la Cour de Madrid, firent monter leur perte, comme nous l’avons appris depuis, à un Million et demi de Piastres : et je crois bien que cette somme n’est pas fort exagérée, car une bonne partie des effets que nous fimes consumer aux flammes, étoient des étofes de grand prix, telles que Draps fins, Soyeries, Batistes, etc. Notre profit, quoique fort inférieur à la perte de l’Ennemi, ne fut cependant pas petit ; la Vaisselle et l’argent monnoyé montoient à plus de 30000 liv. sterl. sans compter plusieurs Joyaux, Bagues, Bracelets, etc. ; dont il ne nous fut pas possible de fixer au juste la valeur. D’ailleurs ce que les Pillards s’approprièrent n’est pas compris dans cette somme, en un mot, ce fut le butin le plus considérable que nous eussions fait sur cette Côte.

Avant que de quitter ces Quartiers, je ne dois pas passer sous silence la conduite que Mr. Anson y a tenue à l’égard des Prisonniers ; conduite, qui n’a pas peu contribué à y relever l’honneur de la Nation. J’ai déja dit que nous les relâchames en cet endroit. Il y avoit parmi eux des personnes de considération, entre autres un jeune homme de dix-sept ans,