Page:Wells - Les pirates de la mer et autres nouvelles, trad Davray, 1902.djvu/241

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA POMME


— Il faut que je me débarrasse ! — fit l’homme assis dans le coin du compartiment, rompant brusquement le silence.

M. Hinchcliff leva la tête, n’ayant qu’imparfaitement compris. Il avait été jusqu’ici perdu dans la contemplation de sa cape d’étudiant liée par un cordon aux poignées de sa valise, signe extérieur et visible de sa position pédagogique récemment obtenue ; il était resté plongé dans le ravissement que lui causait cette cape et les agréables perspectives qu’elle lui découvrait. Car M. Hinchcliff venait de s’inscrire à l’Université de Londres et allait rejoindre une place de sous-maître à l’école préparatoire d’Holmwood — situation fort enviable. Il regarda avec étonnement son compagnon de voyage à l’autre bout du compartiment.

— Pourquoi ne pas la donner ? — disait ce personnage. — La donner !… pourquoi pas ?

C’était un homme de haute taille au teint mat et hâlé. Il avait les bras nerveusement croisés sur la