Page:Whymper - Escalades dans les Alpes.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
253
CHAPITRE XI.

commises ; personne même n’ignorait que le Mont-Blanc lui-même était représenté de la façon la plus ridiculement inexacte sous toutes ses faces, excepté du côté septentrional ; et ; cependant ; qui se doutait ; à l’époque dont je parle ; que des erreurs de 300 mètres avaient été commises dans la détermination des hauteurs à chaque extrémité de la chaîne ; que les dimensions de quelques glaciers avaient été doublées ; et même que des montagnes et des arêtes qui n’existaient pas étaient indiquées sur les cartes ?

Une seule partie de la chaîne totale avait été jusqu’alors mesurée avec quelque exactitude. Cette carte n’avait pas été dressée ; comme on aurait pu s’y attendre ; sous la direction d’un gouvernement ; elle était due à un particulier ; au De Saussure anglais ; feu J. D. Forbes. En 1842, il « fit un relevé spécial de la Mer de Glace de Chamonix et de ses tributaires ; et ; pendant les années suivantes ; il l’agrandit par de nouvelles observations au point d’y comprendre le glacier des Bossons. » La carte publiée d’après son travail était digne de son auteur ; à peine les explorations postérieures des régions qu’il avait étudiées firent-elles découvrir plus tard dans son œuvre quelques inexactitudes insignifiantes.

La contrée dont Forbes avait dressé la carte resta ; jusqu’en 1862 ; comme un point brillant dans une région où tout n’était qu’obscurité. De louables tentatives furent faites de différents côtés pour répandre quelques rayons de lumière au milieu de ces ténèbres ; mais ces efforts ; demeurés infructueux, ne servirent qu’à montrer quelle somme de travail peut être dépensée inutilement par des observateurs isolés ; quand ils n’obéissent pas à une seule impulsion.

En 1861 parut la feuille XXII de la carte de Suisse par Dufour. Elle comprenait la section de la chaîne du Mont-Blanc qui appartenait à la Suisse ; cette partie de la feuille était exécutée avec l’admirable fidélité et la perfection qui caractérise l’œuvre ; unique en son genre ; de Dufour. Le reste de la chaîne (environ les quatre cinquièmes de la totalité) avait été gravé d’après les indications des topographes antérieurs ; aussi le contraste