Page:Willy - La Maîtresse du prince Jean.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vieille mère von Arsch, la mégalopyge, là-bas : Munich la vit naître… Tu peux te l’envoyer, si le cœur t’en dit : elle aime beaucoup les poètes râblés.

— Tu as beau blaguer, sans cœur, n’empêche que ça manque exagérément, cette petite fête, de…

— De douceurs, tu l’as déjà dit.

— De chrétiens aussi, constata Jim Smiley, autre rosse.

En effet, à part les précités Maugis, romancier et Critique musical à l’Écho de Paris, Jim Smiley, romancier et critique dramatique au Rabelais, le jeune Paul Héon, romancier et critique bibliographique au Bœuf indigo, il ne plastronnait guère, là, que des frères trois-points, étiques, et des youpins, replets — « de haut vol » — remarquait Maugis qui chérit les femmes jeunes et les plaisanteries âgées.

Lernould, le maître de la maison, désirait fonder un journal à dessein de se promouvoir, soi-même, président du Conseil. Des ministres, il en avait tellement tombé qu’il se sentait devenu ministrable. Et, ce soir-là,