Page:Wurtz - La théorie atomique, 1886.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
viii

ments. Il a paru juste d’ajouter que cette notion, qui s’est développée plus tard comme une conséquence de la théorie de la saturation des radicaux, contenait en germe l’idée de l’atomicité. On rappelle d’ailleurs que cette dernière n’est que l’expression rajeunie et le complément de la théorie des proportions multiples, ainsi qu’on l’a fait remarquer dès 1864.

Ad. Wurtz.


Paris, 1er septembre 1879.