Page:Zola - La Faute de l'abbé Mouret.djvu/60

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.
60
LES ROUGON-MACQUART.

coupa le chemin du village, l’abbé Mouret ne voulut jamais que son oncle le reconduisît à la cure. Il sauta à terre en disant :

— Non, merci, j’aime mieux marcher, cela me fera du bien.

— Comme il te plaira, finit par répondre le docteur.

Puis, lui serrant la main :

— Hein ! si tu n’avais que des paroissiens comme cet animal de Jeanbernat, tu n’aurais pas souvent à te déranger. Enfin, c’est toi qui as voulu venir… Et porte-toi bien. Au moindre bobo, de nuit ou de jour, envoie-moi chercher. Tu sais que je soigne toute la famille pour rien… Adieu, mon garçon.