Page:Zola - Une farce, 1888.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

chet leur montre le poing, puis se met à courir pour rentrer à Gloton en même temps qu’eux.

— Vous ne savez pas, dit Louise au milieu des rires, je vais faire semblant de tomber amoureuse de lui… Je demande trois jours pour le forcer à reprendre le chemin de fer.

— Oui, oui, ce sera drôle ! s’écrie la bande.

Cependant, Charlot rame furieusement, pour devancer Planchet, de façon à déjeuner sans lui, ce qui le vexera.

Il faut connaître ce coin de nature, un désert à une quinzaine de lieues de Paris. Au pied du coteau, la Seine coule, s’élargit, semée de grandes îles qui ménagent entre elles des bras de rivière délicieux. Le chemin de fer de Rouen passe à Bonnières, un bourg situé sur la rive gauche. Mais, de l’autre côté du fleuve, que l’on traverse dans un vieux bac craquant sur ses chaînes, il y a un petit village, où la bande s’est installée. C’est presque toujours un peintre, qui, sa boîte aux épaules, tombe un beau jour dans une auberge borgne, qu’il invente pour la saison prochaine. Telle est l’histoire de l’auberge de la mère Gigoux, à Gloton, inventée par le peintre Bernicard.

Les paysans stupéfaits voient, depuis le mois de mai, des messieurs étranges envahir le pays. Ils arrivent en paletot ; mais, dès le soir, ils ont des chapeaux défoncés, des blouses bariolées de couleurs, des pantalons verdis par les herbes. Il y a aussi des dames, des dames qui ne se gênent pas et qui retirent tranquillement leur chemise derrière un tronc d’arbre, pour prendre des bains en pleine Seine. Et tous gesticulent, se battent avec les arbres, conquièrent les îles, où ils crient si fort, qu’ils mettent en fuite des vols de corbeaux.

— Vite, vite, mère Gigoux, servez-nous ! dit Louise, en arrivant à l’auberge.

Planchet n’a pas encore paru. Ils se mettent tous à table, dévorent une omelette et des pommes de terre frites. Le plat est vide, lorsqu’enfin le peintre fait son entrée. Il est hors de lui.

— Ah ! vous êtes gentils !… Vous pouvez me demander un service, par exemple !

Chamborel lui explique gravement que le canot aurait coulé, si l’on avait pris un passager de plus.

— Allons donc ! dit Planchet, nous y avons tenu jusqu’à dix.

— Ça dépend du vent, répond Charlot.

La mère Gigoux apporte deux œufs sur le plat au retardataire. Mais il est très vexé de voir que les pommes de terre