Poésies (Marie de France)/Fable II

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 64-67).

FABLE II.

Dou Leu è de L’Aingniel [1].

Ce dist dou Leu è dou Aignel [2]
Qui béveient à un rossel [3] ;
Li Lox [4] à la sorse béveit
E li Aigniaus à-vaul [5] esteit.
Iriéement [6] parla li Luz
Ki mult esteit cuntraliuz [7] ;
Par mautalent [8] palla à lui [9]

[a]Tu m’as, dist-il, fet grant anui [10].
Li Aignez li ad respundu :
Sire ! eh quoi dunc ? ne veis-tu,10
Tu m’as ci ceste aigue tourblée [11]
N’en puis boivre ma saolée [12] ;
Autresi [13] m’en irai, ce crei,
Cum jeo ving tut murant de sei [14].
Li Aignelés adunc respunt [15] :
Sire, jà bévez vus à-munt [16],
De vus me vient kankes [17] j’ai beu ?
[b]Qoi, fist li Lox, maldis me tu [18].
L’Aigneax [19] respunt, n’en ai voloir [20] ;
Li Loux li dit : jeo sai de voir [21],20
Ce méisme me fist tes Père [22]

A ceste surce ù od lui ère [23].
[c]Or ad sis mois, si cum jeo crei
Qu’en retraiez [24], feit-il, sor mei ?
N’ière pas neiz, si cum jeo cuit [25] ;
E coi pur ce [26], li Lus a dit,
[d]Jà me fuz tu ore cuntraire
E chose ke tu ne deiz faire ;
Dunc prist li Lox, l’Engniel petit
As denz [27] l’estrangle, si l’ocist.30

MORALITÉ.

Ci [28] funt li riche Robéur [29],
[e]Li Vesconte [30] è li Jugéur [31],
De cax [32] k’il unt en lur Justise [33] ;
Fauxe aqoison [34] par cuveitise,

Truevent assez pur ax [35] cunfundre,
Suvent les funt as Plais semundre [36] ;
La char lur tolent [37] è la pel [38],
Si cum li Lox fist à l’Aingniel.


  1. La Fontaine, liv. I, fab. X. Le Loup et l’Agneau.
    Phædr., lib. I, fab. I. Lupus et Agnus.
    Romulus, lib. I, fab. II, idem.
    AEsop., fab. 233.
    Anonym, Nilant., fab. III.
    Vincent. Bellovac. In Specul. Historial.
  2. Petit agneau, agnellus, diminutif d’agnus.
  3. Ruisseau, rivulus. Prononcez agneau et à la rime ruisseau.
  4. Prononcez lous.
  5. Se tenoit plus bas. Stabat ad vallem.
  6. En colère, en courroux, iratè.
  7. Méchant, querelleur, contrarius.
  8. Colère, emportement.
  9. Lui parla, lui adressa la parole.
  10. Chagrin, offense, de noxia,
  11. Tu m’as troublé cette eau.
  12. À ma suffisance, ce dont j’ai besoin.
  13. Pareillement, de même.
  14. Mourant de soif.
  15. Le jeune agneau répondit sur-le-champ.
  16. Au-dessus de moi ; ad montem.
  17. Tout ce que.
  18. Tu me maudis.
  19. Prononcez l’Agneau,
  20. Dessein, volonté, desir.
  21. Je sais de bonne part.
  22. Que ton père me fit la même chose.
  23. Ère, j’étois, eram, où j’étois avec lui.
  24. Que tous ne cessez de médire de moi.
  25. Je n’étois pas né, du moins je le pense.
  26. Et pourquoi.
  27. Avec ses dents.
  28. Ci, ainsi, sic.
  29. Les gens riches ou puissants, qui peuvent voler avec impunité.
  30. Lieutenant de comte, vice-comes.
  31. Les juges.
  32. Prononcez çaux, ceux.
  33. Domaine, terre, district, seigneurie, arrondissement.
  34. Fausse occasion.
  35. Prononcez aux, eux.
  36. Appeler à l’audience, mander au tribunal ; voyez la note historique de la fable XLVIII.
  37. Enlèvent.
  38. Prononcez la peau.
Variantes.
  1. Tu me fais, fait-il, grant anui.

  2. Por coi, fait-il, maudis me tu ?
    Cil li a dit, n’en ai voloir ;

  3. Or a sis mois, ice vous di,
    Qu’en demandez, fait-il, à mi ;
    Ne fui pas nez si com je croi.

  4. Jà me fais tu ore contraire.
    Et ce que ne déusse faire

  5. Li Visconte et li Contéour.
    ou
    Li mal-Conte et li Jugéour.