Poésies (Marie de France)/Fable LXVIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 293-295).

FABLE LXVIII.

Dou Lion Malade et dou Goupil [1].

Uns Liuns fu mult travelliez [2]
E de courre mout anuiez [3],
En une grave [4] fist sun lit
Bien fu malades à sun dit.
Les Bestes fist à sei venir
Car il voleit, ce dist, chosir
[a]Qui miex purreit el bos cachier [5]
E sa viande li pourcachier [6].

Li unes è autres si mandeit [7],
Les occieit è déwoureit ;10
Mix les voleit einsi mengier [8]
Qu’après courre et travillier.
Li Gourpix fu aveuc alez
Hors de la grave est arestez,
Des novelles voleit oïr
Ainz qu’il vausist avant venir [9].
Li Lions cil [10] si esgarda,
Iréement li demanda
Purquoi ne volt venir avaunt,
Li Gopilz li respunt à-taunt :20
Sire, fet-il, ni ose entrer,
Car n’en vois nule returner
Des Bestes qui ainc y entrèrent
E pur vus véir i alèrent [11].

MORALITÉ.

De Cort à Roi est enssement [12],

Tieus y entre légièrement
Mieuz li vaudroit plus loinz ester [13]
[b]Por les nuveles escuter.


  1. La Fontaine, liv. VI, fab. 14. Le Lion malade et le Renard.
    AEsop., fab. 137.
    Horat. epist. I, lib. i, v. 72.
  2. Incommodé, tourmenté.
  3. Et bien fatigué de courir.
  4. Il se retira dans une grotte.
  5. Chasser.
  6. Poursuivre, chercher, procurer.
  7. Les faisoit venir, puis après les avoir tuées, il les dévoroit.
  8. Il préféroit les manger ainsi plutôt que de les poursuivre et de se fatiguer en courant après elles.
  9. Avant d’approcher de plus près.
  10. Le regarda.
  11. Vinrent.
  12. Pareillement, semblablement.
  13. Rester, demeurer.
Variantes.
  1. Cele qui meinz li peut chacier.

  2. Et des noveles demander.