Poésies de Benserade/S’il faut que chacun ait le sien

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poésies de Benserade, Texte établi par Octave UzanneLibrairie des bibliophiles (p. 53).


CHANSON.


Sil faut que chacun ait le sien,
Beauté qui me tenez mon bien,
Souffrez que je vous le demande ;
C’est trop de fois me refuser,
Cloris, la somme n’est pas grande,
Je ne veux de vous qu’un baiser,
Non, je ne veux présentement
Qu’un baiser pris discrètement.

Attention : la clé de tri par défaut « S’il faut que chacun ait le sien » écrase la précédente clé « s'il faut que chacun ait le sien ».