Poésies de Benserade/Non, je ne prétens pas

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poésies de Benserade, Texte établi par Octave UzanneLibrairie des bibliophiles (p. 53-54).

Paroles pour un air.


Non, je ne prétens pas, dédaigneuse Silvie,
Que vous favorisiez mon amoureux transport.
Seulement en m’ôtant la vie,
Confessez que c’est vous qui me donnez la mort,

C’est le moindre devoir où la pitié convie ;
Vôtre esprit, qui se plaît à m’outrager si fort,
Peut bien dire en m’ôtant la vie :
C’est ma seule rigueur qui te donne la mort.

Attention : la clé de tri par défaut « Non je ne prétens pas » écrase la précédente clé « non, je ne pretens pas ».