100%.png

Poésies de Catulle/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Charles Héguin de Guerle.
Panckoucke (p. 51-53).

XXXIV.

HYMNE EN L’HONNEUR DE DIANE.


Jeunes filles, jeunes garçons au cœur chaste, nous tous qui sommes voués au culte de Diane ; jeunes filles, jeunes garçons, chantons en chœur ses louanges.

Ô puissante fille de Latone et du grand Jupiter, toi que ta mère mit au jour sous les oliviers de Délos ;

Toi, destinée en naissant à régner sur les monts, les forêts verdoyantes, les bocages mystérieux et les fleuves aux flots sonores ;

Toi que, dans les douleurs de l’enfantement, les femmes invoquent comme une autre Lucine ; puissante Hécate, toi qui empruntes au soleil l’éclat dont tu brilles ;

Déesse, dont le cours mensuel mesure le cercle de l’année ; toi, par qui la grange du laboureur se remplit d’abondantes moissons ;

Sous quelque nom qu’il te plaise d’être invoquée, reçois nos hommages ; et accorde, comme toujours, ton appui tutélaire à la race antique de Romulus.