100%.png

Poésies de Marie de France (Roquefort)/Lai de Milon

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poésies de Marie de France, Texte établi par publié par B. de RoquefortChasseriautome 1 (p. 328-367).

LAI DE MILUN.


----


Ki divers Cuntes veut traitier,
Diversement deit comencier ;
E parler si rainablement,
K’il seit pleisibles à la gent.
Ici comencerai Milun
E mustrai par brief sermun,
Pur quoi è coment fu trovez
Li Lais ke ci vus ai numez.
Milun fu de Suhtwales nez,
Puis le jur k’il fu adubez,10
Ne trova un sul Chevalier
K’il abatist de sun destrier.
Mut par esteit bons Chevaliers,
Francs, è hardiz, curteis, è fiers ;
Amez fu conuz en Irlande,
En Norweje è en Guhtlande,
En Loengre è en Albanie.
Eurent plusurs de li envie ;
Pur sa pruesce iert mut amez,
E de muz Princes honurez ;20
En sa cuntrée ot un Barun
Mès jeo ne sai numer sun nun :
Il aveit une fille bele,

Mu curteise Dameisele
Ele ot oï Milun nomer,
Mut le comencat à amer.
Par sun message li manda
Que si li plust, el l’amera.
Milun fu liez de la novele,
Si en merciat la Dameisele ;30
Volenters otriat l’amur,
Ne partirat jamès nul jur,
Asez li fait curteis respuns,
Al messagé dona granz duns,
E grant amistié préinet ;
Amis, fet-il, ore entremet,
Que à m’Amie puisse parler,
E de notre cunseil celer :
Mun anel d’or li porterez,
E de meïe part li direz,40
Quant li plerra si vien pur mei,
E jeo irai ensemble od lei :
Cil prent cungé, è si le lait ;
A sa Dameisele revait,
L’anel li dune, si li dist,
Que bien ad fet céo k’il quist.
Mut fu la Dameisele lie
De l’amur issi li otrie :
Delez la chambre en un vergier,
U ele alout esbanier,50
Là instorent lur parlement,

Milun è ele bien suvent.
Tant i vint Milun, tant l’ama,
Que la Dameisele enceinta.
Quant aparceit qu’ele est enceinte,
Milun manda, si fist sa pleinte ;
Dist li cum cil est avenu,
Sun père è sun bien ad perdu,
Quant de tel fet s’est entremise,
De li iert fait grant justise.60
A glaive serat turmentée
Vendue en autre cuntrée,
Ceo fu custume as anciens,
Issi teneïent en cel tens.
Milun respunt que il fera
Ceo que ele cunseillera :
Quant l’Enfant, fait-ele, ert nez,
A ma Serur le porterez
Qui en Norhumbre est mariée,
Riche Dame, pruz, enseignée.70
Si li manderez par escrit,
E par paroles, è par dit,
Que c’est l’enfant de sa serur,
S’en ad suffert meinte dolur.
Ore gart k’il seit bien nuriz,
Qu’il ke co seit u fille, u fiz ;
Votre anel al col li pendrai,
E un brief li enveierai,
Escrit iert le nun sun Père,

E l’aventure de sa Mère.80
Quant il serat grant è créuz
E en tel éage venuz,
Que il sache reisun entendre
Le bref è lanel li deit rendre ;
Si li cumant tant à garder
Que sun père puisse trover.
A sun cunseil se sunt tenu,
Tant que li termes est venu,
Que la Dameisele enfanta :
Une Vielle ki la garda,90
A ki tut sun estre géi,
Tant l’a cela, tant l’a covri,
Uncques ne fu aparcevance
En parole, ne en semblance.
La Meschine ot un Fiz mut bel,
Al col li pendirent l’anel,
E une aumonière de seie
Puis le brief que nul nel’ veie.
Puis le cuchent en un bercel,
Envolupé d’un blanc lincel ;100
Desuz la teste al enfant,
Mistrent un oreiller vaillant ;
E de suz lui un covertur,
Urlé de martre tut entur.
La Vielle l’ad Milun baillié
Cil at atandu al vergié,
Il le cumaunda à teu gent,

Ki l’aportèrent léaument ;
Par les viles ù il errouent
Set féïz le jur resposouent.110
L’enfant feseient alietier
Cucher de nuvel, è baignier ;
Nurice menoent od aus,
E itant furent-il léaus,
Tant unt le dreit chemin erré,
Qu’à la Dame l’unt comandé,
El le receut s’il en fu bel,
Le brief li baille è le scel ;
Quant ele sot ki il esteit,
A merveille le chériseit,120
Cil ki l’enfant eurent porté
En lur païs sunt returné.
Milun eissi fors de sa tere
En soudées pur sun pris quere,
S’Amie remist à meisun ;
Sis Pères li duna Barun ;
Un mut riche Hume del’ païs,
Mut efforcible, è de grant pris.
Quant elle sot cele aventure,
Mut est dolente à démesure,130
E suvent regrete Milun
E mut dute la mesprisun
De céo que ele ot enfant,
Il le sauera de meintenant.
Lasse, fet-ele, quoi ferai !

Aurai Seignur cum le perdrai.
Jà ne sui-jeo mie Pucele,
A tuz-jurs mès serai ancele :
Jeo ne sai pas qu’il fust issi,
Ainz quidoue aveir mun ami.140
Entre nus, ce lisum l’afaire
Jà nel’ oïsse aillurs retraire,
Meus me vaudreit murir que vivre
Mès jeo ne sui mie délivre ;
Ainz ai asez sur mes gardeins
Veuz è jeofnes, mes Chamberleins
Que tuz-jurz héent bone amur,
E se délitent en tristur.
Or m’estuvrat issi suffrir,
Lasse ! quant jeo ne puis murir,150
Al terme ke ele fu donée
Sis Sires l’ad puis amenée.
Milun revient en sun païs,
Mut fu dolent è mut pensis,
Grant doel fist è démena,
Mès de ceo se recunforta,
Que près esteit de la cuntrée
Cele k’il tant aveit amée ;
Milun se prist à purpenser
Coment il li purrat mander,160
Si qu’il ne seit aparcéuz
Que il est al païs venuz.
Ses lettres fist, sis sééla ;

Un Cisne aveit k’il mut ama
Le brief li ad al col lié
E dedenz la plume muscié
Un suen Esquier apela,
Sun message li enchargea.
Va tost, fet-il, change tes dras.
Al chastel m’Amie en irras :170
Mun Cisne porteras od tei,
Garde que en prengez cunrei
U par servant, u par meschine,
Que presenté li seit le Cisne.
Cil ad fet sun comandement
A-tant s’en vet, le Cigne prent,
Tut le dreit chemin que il sot ;
Al chastel vient si cum il pot.
Parmi la vile est trespassez,
A la mestre porte est alez,180
Le portier apelat à sei ;
Amis, fet-il, entent à mei :
Jeo sui un hum de tel mester
D’oiseus prendre me sai aider,
Une huchie de suz Karliun
Pris un Cisne od mun lacun ;
Pur force è pur meintenement,
La Dame en voil fère présent
Que jeo ne seie desturbez,
E cest païs achaisunez.190
Li Bachelers li respundi :

Amis, nul ne parole od li ;
Mès pour ce jeo irai saveir
Si jéo poeïe lui véeir,
Que jeo te puisse amener
Jeo te fereïe à li parler.
A la sale vient li Porters
Ni trova fors deus Chevalers,
Sur une grant table séeient,
Od uns granz eschés déduieent.200
Hastivement retourne arère
Celui ameine en teu manère,
Que de nul ne ne fu scéuz,
Desturbez, ne aparcéuz.
A la chambre vient, si apele
L’us lur ovri une Pucele :
Cil sunt devant la Dame alé
Si unt le Cigne presenté.
Ele apelat un suen Varlet
Puis si li dit ore t’entremet210
Que mis Cisnes seit bien gardez,
E ke il eit viande asez.
Dame, fet-il, k’il’ aporta,
Jà nul fors nus nel’ recevra,
E jà est-ceo présent réaus
Véez cum est bons è béaus.
Entre ses mains li baille è rent
El le receit mut bonement.
Le col li manie è le chief,

Desuz la plume sent le brief ;220
Le sanc li remut è frémi,
Bien sot qu’il vient de sun Ami ;
Celui ad fet del’ suen doner,
Si l’en cumande à aler.
Quant la chambre fu délivrée
Une Meschine ad apelée,
Le brief aveient deslié
Ele en ad le scel debrusé.
Al primer chief trova Milun,
De sun Ami cunut le nun ;230
Cent feiz le baise en plurant,
Ainz que ele puist dire avant :
Al chief de pièce véit l’escrit,
Ceo k’il ot cumandé è dit :
Les granz peines, è la dolur,
Que Milun séofre nuit ê jur.
Ore est del’ tut en sun pleisir,
De lui ocire u de garir,
Si ele seust engin trover,
Cum il péust à li parler :240
Par ses lettres si remandast,
E le Cisne li renvéast ;
Parmi le face bien garder,
Puis se le laist tant jéuner
Treis jurs que il ne seit péuz,
Le brief li seit al col penduz,
Laist l’en aller, il volera,

Là ù il primes conversa.
Quant ele ot tut l’escrit véu,
E ceo quele i ot entendu,250
Le Cigne fet bien surjurner,
E forment pestre è abevrer ;
Dedenz sa chambre un meis le tint
Mès ore oez cum l’en avint,
Tant quist par art è par engin,
Ke ele ot enkre è parchemin,
Un brief escrit tel cum li plot,
Od un anel l’en séelot.
Le Cigne ad laissié juner,
Al col li pent, sil’ laist aler :260
Li Oiseus esteit fameillus,
E de viande covéitus,
Hastivement est revenuz,
Là dunt il primes fu venuz.
A la vile è en la meisun
Descent devant les piez Milun.
Quant il le vit mut en fu liez
Par les èles le prent haitiez :
Il apela un despensier,
Si li fet doner à mangier.270
Del’ col ad le brief osté,
De chief en chief l’ad esgardé,
Les enseignes qu’il i trova,
E des saluz se reheita ;
Ne pot ganz li nul bien aveir,

Or li remeint tut sun voleir.
Par le Cigne si faitement
Si ferat-il hastivement ;
Vint anz menèrent cele vie,
Milun entre lui è s’Amie :280
Del Cigne firent messager
Ni aveïent autre enparler,
E si le feseient jeuner.
Ainz qu’il le lessassent aler,
E cil à ki l’Oiseus veneit,
Ceo sachez que il le peisseit ;
Ensemble viendrent plusurs feiz,
Nul ne pot estre si destreiz,
Ne si tenuz estreitement,
Que il ne truisse lui sovent.290
La Dame qui sun Fiz nurri
Tant ot esté ensemble od li,
Quant il esteit venut en ée,
A Chevalier l’ad adubé.
Mut i aveit gent Dameisel
Le brief li rendi è l’anel,
Puis li ad dit ki est sa Mère,
E l’aventure de sun Père,
E cum il est bon chevaliers,
Tant pruz, si hardi, è si fiers.300
N’ot en la tère nul meillur
De sun pris ne de sa valur :
Quant la Dame li ot mustré

E il l’aveit bien escuté,
Del’ bien sun père s’esjoï
Liez fu de çeo k’il ot oï.
A sei méïsmes pense è dit,
Mut se deit-hum priser petit,
Quant il issi fu engendrez,
E sun Père est si alosez,310
S’il ne se met en greinur pris ;
Fors de la tère è del païs.
Asez aveit sun estuveir,
Il ne demure fors le seir
Al demain ad pris cungié
La Dame l’ad mut chastié,
E de bien fère amonesté,
Asez li ad aveir doné.
A Suhthamptune vait passer,
Cum il ainz pot se mist en mer,320
A Barbefluet est arrivez,
Dreit en Brutaine est alez :
Là despendi è turnéia,
As riches hummes s’acuinta.
Unkes ne vint en nul estur,
Que l’en nel’ tenist à meillur.
Les povres chevaliers amot,
Ceo que des riches il gainot,
Lut donout è sis reteneit,
E mut largement despendeit.330
Unkes sun voil ne sujurna

De tutes les tères de là,
Porta le pris è la valur,
Mut fu curteis, mut sot honur.
De sa bunté è de sun pris,
Vint la novele en sun païs,
Qu’un Damisels de la tere
Ki passa mer pur pris quere,
Puis ad tant fet par sa pruesce,
Par sa bunté, par sa largesce,340
Que cil ki nel’ seivent numer
L’apelent hum par tut Sanz-Per.
Milun oï celui loer
E les biens de lui recunter,
Mut ert dolent, mut se pleigneit
Del’ Chevalier qui tant valeit.
Pur tant cum il péust errer,
Ne tourneier, ne armes porter,
Ne déust nul del’ païs nez,
Estre preisiez ne alosez.350
De une chose se purpensa,
Hastivement mer passera,
Si justera al Chevalier
Pur li leidier è l’empeirer ;
Par ire se vodra cumbatre,
Sil’ le pout del’ cheval abatre
Dunc serat-il enfin honiz,
Après irra quere sun Fiz,
Qui fors del’ païs est eissuz

Mès ne saveit ù est venuz.360
A s’Amie le fet saveir,
Cungé voleit de li aveir ;
Tut sun curage li manda,
Brief è sçel li envéa,
Par le Cigne mun escient
Or li remandast sun talent.
Quant ele oï sa volenté
Mercie l’en, si li sot gré,
Quant pur lur Fiz trover è quere,
Voleit eissir fors de la tere,370
Pur le bien de li mustrer,
Nel’ voleit mie desturber.
Milun oï le mandement,
Il s’aparaille richement,
En Normendie est passez,
Puis est desque Bretaine alez.
Mut s’aquointa, à plusurs genz,
Mut cercha les tournéiemenz,
Riches osteus teneit sovent,
E si dunot curteisement ;380
Tut un yver, ceo m’est avis,
Conversa Milun al païs ;
Plusurs bons Chevaliers retient.
Desque près la Paske revient,
Kil recummencent les tourneiz,
E les guères, è les dereiz,

Al munt Seint-Michel s’asemblèrent,
Normein, è Bretun i alèrent ;
E li Flamenc, è li Franceis,
Mès ni ot guère de Engleis.390
Milun i est alé primers
Qui mut esteit bons Chevalers ;
Le bon Chevaler demanda,
Asez i ot ki li cunta,
De quel part il esteit venuz,
A ses armes, à ses escuz ;
Tut l’eurent à Milun mustré
E il l’aveit bien esgardé.
Dunc li tourneimenz s’asembla ;
Ki juste quist tost l’a trova,400
Ki aukes volt les rens cerchier,
Tost pout i perdre u gaignier,
E encuntrer un Cumpainun,
Tant vus voil dire de Milun ;
Mut le fist bien en cel estur
E mut i fu prisez le jur.
Mès li Vallez dunt jeo vus di,
Sur tuz les autres ot le cri,
Ne se pot nul acumpainier,
De turnéer ne de juster.410
Milun le vit si cuntenir,
Si bien puindre, è si férir,
Parmi tut ceo k’il l’enviot :
Mut li fu bel, è mut li plot.

Al renc se met encuntre lui,
Ensemble justèrent amdui :
Milun le fiert si durement,
Lansce dépièce vereiement.
Mès nel’ aveit mie abatu
Jà l’aveit lui tant si feru,420
Que jus del’ cheval l’abati ;
De suz la ventaille choisi,
La barbe e les chevoz chanuz,
Mut li pesa k’il fu chéuz.
Par la reisne le cheval prent,
Devant lui le tient en présent,
Puis lui ad dit : Sire, muntez,
Mut sui dolent è trespensez,
Que nul hume de vostre eage,
Devreit faire tel utrage :430
Milun saut sus, mut li fu bel,
Al dei celui cunuit l’anel,
Quant il li rendi sun cheval,
Il areisune le Vassal.
Amis, fet-il, à mei entent,
Pur amur Deu omnipotent !
Di mei cument ad nun tun père,
Cum as-tu nun, ki est ta mère ?
Saveir en voil la vérité.
Mut ai véu, mut ai erré,440
Mut ai cerché en autres tères,
Par turneiemenz, è par guères,

Unc par coup de nul Chevalier,
Ne chaï mès de mun destrier.
Tu m’as abatu al juster,
A merveille te puis amer.
Cil li respunt, jol’ vus dirai
De mun père tant cum j’en sai.
Jeo quid k’il est de Gales nez
E si est Milun apelez ;450
Fille à un riche hume ama
Céléement me engendra ;
En Northumbre fu envéez
Là fu nurri è enseignez.
Une vieil Aunte me nurri
Tant me garda ensemble od li,
Chevals è armes me dona,
En ceste tère m’envéa.
Ci ai lungement conversé
En talent ai è en pensé,460
Hastivement mer passerai
En ma cuntréie m’en irrai ;
Savéir voil l’estre mun père
Cum il se cuntient vers ma mère
Tel anel d’or li musterai,
E teus enseignes li dirai,
Jà ne me vodra renéer
Ainz m’amerat è tendrat chier.
Quant Milun l’ot issi parler,
Il ne poeit plus escuter ;470

Ayant sailli hastivement,
Par le pan del’ hauberc le prent,
E Deu, fait-il, cum sui gariz,
Par fei, amis, tu es mi Fiz,
Pur tei trover è pur tei quere,
Eissi vins-jeo fors de ma tere.
Quant cil l’oï à pié descent,
Sun Peire baisa ducement,
Bel semblant entre eus feseient,
E iteus paroles diseient480
Que li autres kes’ esgardouent,
De joie è de pité plurouent.
Quant li turnéiemenz départ,
Milun s’en vet mut li est tart,
Qu’à sun Fiz parlot à leisir,
E qu’il li die sun pleisir :
En un ostel furent la nuit,
Asez eurent joie è déduit,
Les Chevalers eurent plenté.
Milun ad à sun Fiz cunté490
De sa Mère, cum il l’ama,
E cum sis Pères l’a duna
A un Barun de sa cuntrée,
E cument il l’ad puis amée
E ele lui de bun curage
E cum del’ Cigne fist message.
Ses lettres lui feiseit porter,
Ne s’osot en nullui fier.

Le Fiz respunt : par fei, bel Père,
Assemblerai vus è ma Mère,500
Sun Seignur qu’ele ad ocirai
E espuser l’a vus ferai :
Cele parole dunc lessèrent
E al demain s’apareillèrent ;
Cungé prenent de lur amis,
Si s’en revunt en lur païs.
Mer passèrent hastivement,
Bon ore eurent è suef vent ;
Si cum il eirent le chemin,
Si encuntrèrent un Meschin,510
Del’ Amie Milun veneit
En Bretaigne passer voleit :
Ele li aveit envéié,
Ore ad sun travail acurcié ;
Un brief li baille ensçelé
Par parole li ad cunté
Que s’en venist, ne demurast,
Morz est sis Sires or s’en hastast.
Quant Milun oï la novele
A merveille li sembla bele ;520
A sun Fiz ad mustré è dit,
Ni ot essuigne, ne respit.
Tant eirent que il sunt venu
Al chastel ù la Dame fu ;
Mut par fu liez de sun beau Fiz
Qui tant esteit pruz è gentiz,

Unc ne demandèrent parent,
Sanz cunseil de tut autre gent,
Lur Fiz amdeus les asembla,
La Mère à sun Père dona.530
En grant bien è en grant duçur,
Vesquirent puis è nuit è jur.
De lur amur è de lur bien
Firent un Lai li Auncien ;
E Jeo qui l’ai mis en escrit
Al recunter mut me délit.536


LAI DE MILON.


----


Le poëte qui s’occupe à composer des contes doit varier ses récits ; il parlera toujours d’une manière raisonnable, afin que ses discours puissent plaire à la société.

En traitant de Milon je vous dirai en peu de mots les raisons qui ont déterminé à faire nommer ainsi ce Lai.

Milon étoit né dans le Southwales[1], et du moment où il fut armé chevalier, il n’entroit pas de fois en lice qu’il n’abattît ses rivaux et ne les étendît sur l’arène. Aussi sa renommée s’étendit-elle promptement. Milon étoit estimé et fort connu dans l’Irlande, la Norwège[2], le Dannemarck[3], le pays de Logres[4] et l’Albanie ; plusieurs étoient jaloux de ses succès, d’autres l’aimoient pour sa prouesse, et nombre de princes avoient pour lui une grande estime.

Dans son pays étoit un baron, dont le nom ne me revient pas, lequel avoit une fille charmante. Le récit des hauts faits de Milon lui étant parvenu, ils inspirèrent une violente passion à cette jeune personne qui le fit prévenir des sentiments qu’elle avoit pour lui. Le chevalier flatté d’apprendre une nouvelle aussi agréable, s’empresse de remercier la demoiselle, lui jure un amour sans fin, et lui dit cent choses pareilles. Il récompense généreusement le messager porteur de la nouvelle. Mon ami, lui dit-il, j’exige de votre amitié que vous me fassiez obtenir un rendez-vous avec ma belle, afin de nous entendre et de tenir nos amours secrètes. Vous lui remettrez mon anneau d’or, et lui direz que s’il lui plaît, elle viendra vers moi ou bien que je me rendrai auprès d’elle. Le messager retourne au château rendre compte de sa mission, et remet l’anneau qu’il avoit reçu. La demoiselle flattée de voir ses vœux accomplis, accepte la proposition qui lui est faite ; elle invite son amant à venir la trouver dans un verger près de sa chambre, où elle avoit coutume d’aller se récréer. Milon s’y rendoit souvent ; son amour augmentoit sans cesse, et son amie ne tarda pas à montrer les preuves de sa foiblesse. Dès que la demoiselle aperçoit son état, elle mande son amant, se plaint amèrement de ce qu’elle a perdu son père et ses biens. Tous les malheurs vont fondre sur moi, dit-elle, et je serai cruellement punie. Vous savez que je serai traitée sans ménagement, et que je serai vendue pour aller dans un autre pays ; et vous ne devez pas l’ignorer, cette coutume vient des anciens qui l’ont établie [5]. Milon fort affligé demande conseil à sa mie, et lui promet d’exécuter tout ce qu’elle lui commandera. Dès que je serai accouchée, vous porterez mon enfant chez ma sœur, femme sage, instruite, qui est richement mariée, et qui demeure dans la Northumbrie [6]. Vous lui manderez par votre lettre que cet enfant est à moi, et qu’il me cause bien du chagrin, que je la prie de le faire nourrir et d’en avoir le plus grand soin, peu importe que ce soit garçon ou fille. Outre que je lui attacherai votre anneau au col, je placerai entre ses langes une lettre dans laquelle j’écrirai les noms et l’aventure de ses parents. Ces marques ne lui seront remises que lorsqu’il aura atteint l’âge de raison, afin qu’il puisse un jour nous reconnoître. Cet avis fut adopté ; et, arrivée à son terme, la demoiselle mit au monde un fils. Une vieille femme qui la gardoit prit si bien ses mesures, que personne du château ne se douta de ce qui s’étoit passé. La mère passa au col de son bel enfant l’anneau du chevalier et une bourse de soie qui renfermoit la lettre, afin que personne ne pût la lire. L’enfant fut ensuite placé dans un berceau entouré de beau linge blanc ; sa tête reposoit sur un excellent oreiller ; le tout étoit enveloppé d’une riche étoffe bordée de martre tout alentour. C’est dans cet état que la vieille femme remit le nouveau né à Milon, qui attendoit dans le jardin. Le chevalier commande à ses gens de porter son fils dans l’endroit désigné, et leur trace la route qu’il doivent suivre.

Pendant le voyage, deux nourrices le faisoient boire sept fois par jour, le baignoient[7] et le faisoient reposer à plusieurs reprises. Enfin on arrive chez la tante qui, après avoir lu la lettre, prit le plus grand soin de son neveu et renvoya les valets chez leur maître.

Milon quitta son pays pour aller servir un prince étranger. Pendant son absence, le baron maria sa fille à l’un de ses voisins, homme très-vaillant et fort estimé. Quel fut le désespoir de cette tendre amante en apprenant la nouvelle de cet hymen ! D’un côté elle regrette Milon ; de l’autre elle craint que son époux ne s’aperçoive qu’elle a été mère. Non-seulement je ne suis plus vierge, mais je crains encore, en perdant mon mari, de descendre au rang de servante pour le reste de mes jours. Je ne me doutois pas qu’il en fût ainsi, je pensois au contraire ne jamais appartenir qu’à mon amant. Il me convient de mourir pour le chagrin que j’éprouve, mais je ne suis pas libre. Malheureusement je suis entourée de gardiens vieux et jeunes, de chambellans qui, haïssant l’amour, ne semblent s’amuser que de la tristesse des autres. Il faut donc renfermer ma douleur puisque je ne peux mourir. Enfin, les noces eurent lieu, et le nouvel époux emmena sa femme dans son château.

En revenant dans son pays, Milon réfléchissoit à son sort et à ses espérances, il ne pouvoit se défendre malgré lui d’une tristesse extrême qui ne se dissipa qu’auprès des lieux habités par son amie. Mais comment pourra-t-il lui mander son retour sans être aperçu. Il écrit une lettre, la scelle, et la confie à un cygne qu’il avoit élevé et qu’il aimoit singulièrement. La lettre cachée parmi les plumes est attaché au col de l’oiseau. Milon appelle son écuyer et le charge du message. Habille-toi sur-le-champ, puis tu te rendras au château de ma belle. Tu prendras avec toi mon cygne, et ne laisse à personne autre que toi le soin de le présenter. Suivant l’instruction qu’il avoit reçue, l’écuyer sort en emportant l’oiseau ; il arrive au château, traverse la ville, et la grande porte dont il appelle le gardien. Ami, lui dit-il, fais-moi le plaisir de m’écouter. Je suis oiseleur de mon métier, j’avois tendu mes lacs à une portée de voix de Carlion [8], j’ai pris un superbe cygne dont je veux faire hommage à la dame de céans, et je desire le présenter moi-même. Mon cher, répondit le portier, personne ne parle à madame ; cependant je vais aller m’informer si cela peut se faire. Suis-moi. Ils viennent d’abord à la salle où deux chevaliers, assis près d’une grande table, faisoient une partie d’échecs, et retournent promptement sur leurs pas, afin de n’être point vus, se rendent à l’appartement sans que personne se soit aperçu de leur démarche. Avant d’entrer le portier appelle, et aussitôt une jeune fille leur ouvre la porte, les introduit auprès de sa maîtresse, à laquelle le cygne est présenté. La dame recommande à l’un de ses varlets d’avoir le plus grand soin de cet oiseau. Je vous le promets, madame, je puis même vous assurer que l’homme qui vous l’a apporté n’en prendra jamais un pareil. C’est un vrai présent royal qu’il vous a fait, car l’animal paroît être aussi bien dressé qu’il est beau. Le varlet remet le cygne entre les mains de la dame qui, en lui caressant la tête et le col, s’aperçoit qu’une lettre est cachée sous la plume. Elle tressaille, et la rougeur lui monte au visage. Quel autre que son amant peut avoir employé un semblable moyen ? Elle fait récompenser l’écuyer et demande à rester seule. À peine les hommes sont-ils partis qu’elle mande une jeune personne sa confidente, pour l’aider et lui demander conseil. On détache la lettre dont le cachet brisé laisse lire la signature de Milon. Cette tendre amante baise cent fois en pleurant ces caractères, sans pouvoir parler. Elle apprend le détail de toutes les peines et des chagrins que son ami a soufferts nuit et jour pour elle. En vous, lui mandoit-il, est ma vie ou ma mort. Tâchez de trouver le moyen de pouvoir nous parler si vous voulez que je vive. Le chevalier, dans sa lettre, prioit sa dame de lui renvoyer sa réponse par le cygne, qu’elle priveroit de nourriture pendant trois jours avant de le laisser partir. Vous pouvez être assurée qu’il reviendra aux lieux d’où il est parti, et qu’il me rapportera votre missive. Elle profita du conseil, aussi après avoir eu grand soin de l’oiseau pendant un mois, elle le mit ensuite à la diète. La dame n’avoit gardé aussi longtemps l’oiseau que parce qu’elle ne savoit comment pouvoir se procurer de l’encre et du parchemin. La dame fit tant qu’elle parvint à se procurer les choses qui lui étoient nécessaires pour écrire. Elle fait sa lettre qu’elle scella de son anneau, et après avoir privé le cygne de nourriture, la dame la lui attache au col, et le met ensuite en liberté. Cet oiseau qui, par sa nature, mange beaucoup, étant affamé ne tarda pas à se rendre à l’endroit d’où il étoit sorti la première fois. Il prend son vol, vient à la ville, reconnoît la maison de son maître, aux pieds duquel il vient se placer. Milon voyant le cygne est au comble de la joie, il le prend par les ailes et le caresse. Puis appellant son dépensier, il lui ordonne de faire manger son oiseau. Avant de le lui remettre, il lui détache du col la lettre qu’il attendoit avec tant d’impatience. Son amante lui mandoit : Sans vous je ne puis vivre et goûter aucun plaisir, et ma seule consolation est de recevoir de vos nouvelles. Pendant vingt ans le cygne fut le messager des deux amants qui ne pouvoient se voir ni se parler. Pendant vingt ans il fut comblé d’amitiés et de caresses. Ils n’employoient d’autre moyen que de faire jeûner l’oiseau avant de le laisser partir. Celui chez lequel il arrivoit lui donnoit aussitôt à manger. Le cygne étoit entièrement dressé à cet exercice, il s’en acquittoit d’autant plus facilement que la dame étoit fort gênée et tenue assez étroitement pour la trouver toujours.

La sœur de la dame à laquelle avoit été confié le fils de Milon en avoit pris le plus grand soin. Sitôt qu’il eût atteint l’âge accompli, ce jeune homme d’une tournure distinguée, avoit déja gagné ses éperons, et venoit d’être armé chevalier. Avant le départ de son neveu pour aller chercher des aventures, la bonne tante lui rendit l’anneau et la lettre qu’il portoit à son col lorsqu’il lui fut remis. Elle lui apprit l’histoire de sa naissance, le nom de son père, celui de sa mère, et lui fit connoître les exploits de l’auteur de ses jours. Sur terre, lui dit-elle, il n’est meilleur chevalier, il est preux, hardi et vaillant. Le jeune homme qui écoutoit avec attention, fut agréablement surpris lorsqu’il entendit le récit des hauts faits de Milon ; enchanté de ce qu’il venoit d’apprendre, il réfléchit qu’il ne seroit pas digne d’une telle origine, s’il ne cherchoit pas à s’illustrer dans les pays étrangers. Le lendemain il prend congé de sa tante qui, en lui donnant beaucoup d’argent, l’exhorte à toujours se conduire comme un loyal chevalier. Le jeune homme part, arrive à Southampton [9], s’embarque, et descend à Barfleur. Il se rend aussitôt en Bretagne, où il se fit remarquer dans les tournois et estimer des gens braves et riches. Le jeune homme ne se rendoit jamais dans un tournoi sans remporter l’avantage sur les autres combattants. Il aimoit les pauvres chevaliers, leur donnoit ce qu’il gagnoit sur les riches, et faisoit toujours une grande dépense [10]. Par-tout où il porta ses pas, le jeune chevalier remporta le prix de la valeur. Aussi la nouvelle de son courage, de sa courtoisie, de sa libéralité, et la réputation du héros se répandirent promptement. On apprit même dans son pays qu’un damoisel avoit passé la mer pour aller remporter le prix dans les tournois, et qu’il faisoit remarquer en lui toutes les qualités exigées dans l’homme revêtu de l’ordre sublime. Comme on ignoroit son origine, on l’avoit surnommé l’homme sans pareil.

Le bruit de ses exploits parvint aux oreilles de Milon ; il est fâché de trouver un brave plus brave que lui, et devient jaloux en pensant qu’un jeune chevalier pouvoit le surpasser. Il s’étonne que parmi les anciens aucun n’ait osé essayer ses forces contre le nouveau venu. Milon forme le projet de passer la mer et d’aller jouter contre le jeune aventureux, afin de le combattre et de le vaincre. Il veut absolument jouter avec lui pour avoir l’honneur de lui faire quitter les étriers, de le renverser sur l’arène, pour venger son honneur qu’il croit outragé. Après le combat, il ira à la recherche de son fils, dont il n’a point de nouvelles depuis l’instant où il a quitté la maison de sa tante. Milon prévient son amie de ses vues, lui fait part de ses desseins, et lui parle du cygne qui fera supporter plus aisément l’ennui de l’absence.

Quand la dame fut instruite du projet de son amant, elle le félicite et approuve sa conduite. Bien loin de vouloir le détourner, elle l’engage au contraire à partir pour se rendre promptement auprès de leur fils. Après avoir lu la lettre de son amie, Milon s’apprête richement, il part et débarque dans la Normandie pour se rendre en Bretagne. Il visite les chevaliers, s’enquiert des lieux où il y avoit des tournois. Milon tenoit un grand état, et donnoit généreusement à tous les pauvres chevaliers. Pendant un hiver qu’il demeura dans l’Armorique, il retint plusieurs braves avec lui, et dès les fêtes de Pâques, époque où recommencent les joutes, les combats, il se mit à chercher par-tout l’occasion de faire sentir la force de son bras. Un tournois fut annoncé au mont Saint-Michel ; on y remarquoit un nombre considérable de Normands, de Bretons, de Flamands, de François, mais fort peu d’Anglois. Milon le bon chevalier qui s’y étoit rendu l’un des premiers, pria qu’on lui désignât le jeune héros qui remplissoit la terre du bruit de ses prouesses. Plusieurs lui fournirent des renseignements, lui indiquèrent les lieux qu’il avoit parcourus, les victoires qu’il avoit remportées, et lui firent remarquer la couleur de son écu et les armes qu’il portoit. Le tournois commence ; qui joute cherche, la trouve de suite ; qui veut combattre dans les rangs, peut bientôt perdre ou gagner, et peut trouver un rival dangereux. Je vous dirai que Milon s’étant mis au nombre des combattants, fit dans cette journée maints exploits recommandables. Mais le jeune homme remporta le prix. Milon s’avança dans la mêlée, il vit son fils si bien se servir de ses armes, qu’il fut enchanté de son courage et de sa bonne contenance. Il se met vis-à-vis de lui pour jouter ; à la première course la lance de Milon se brise en éclats, mais sans être seulement ébranlé, son fils lui fait vider les étriers. Dans sa chûte la visière du casque de Milon vint à s’ouvrir, et le jeune homme aperçoit que son adversaire avoit la barbe et les cheveux blanchis par les années ; attristé de ce qui venoit d’arriver, il saisit le coursier du guerrier abattu par les rênes, et dit à ce dernier : Seigneur, remontez à cheval, je ne saurais vous exprimer le chagrin que je ressens d’avoir jouté contre un chevalier de votre âge, veuillez être persuadé que mon dessein n’étoit pas de vous outrager. En reprenant son cheval, Milon flatté de la courtoisie de son adversaire, avoit reconnu l’anneau que portoit le jeune homme, et sitôt qu’il fut remonté, il lui parla en ces termes : Mon ami, pour l’amour de Dieu, fais-moi le plaisir de m’écouter, dis-moi le nom de tes parents, j’ai le plus grand intérêt à le savoir. Je t’avouerai que j’ai beaucoup voyagé, que je me suis trouvé, à nombre de combats, de guerres, de tournois, et que jamais je n’ai quitté les étriers. Tu m’as abattu à la joute, et partant je dois particulièrement t’estimer[11]. Mon père, répondit le jeune homme, est né, je crois, dans le pays de Galles, et il se nomme Milon. Il aima la fille d’un homme riche qui accoucha secrètement de moi. Dès ma naissance j’ai été envoyé dans la Northumbrie, où j’ai été élevé chez une vieille tante qui prit le plus grand soin de mon enfance. Lorsque j’eus atteint l’âge, elle me donna des armes, un cheval, et m’envoya dans ce pays, où je suis depuis longtemps. J’ai le projet de passer la mer pour me rendre dans ma patrie, afin de savoir comment l’auteur de mes jours se comporte avec ma mère. Je lui montrerai son anneau d’or et je lui donnerai tant de renseignements qu’il ne pourra me méconnoître. Je suis au contraire persuadé qu’il m’aimera tendrement et qu’il m’estimera. Quand Milon eut entendu ce discours, il ne peut se contenir ; il descend aussitôt de cheval, et saisissant le pan du haubert[12] du jeune guerrier : Ami, dit-il, Dieu soit loué, tu es mon fils, c’est pour aller à ta recherche que je suis venu dans ces lieux, et que j’ai quitté mon pays. Le jeune homme se jette dans les bras de Milon, l’embrasse, et tous deux répandent les plus douces larmes. Les spectateurs de cette scène attendrissante les regardoient avec intérêt ; ils pleuroient de joie et de tendresse.

Le tournois achevé, les deux braves rentrent ensemble, car il tarde à Milon de parler à ce fils si digne de lui, et de connoître les desseins qu’il a formés. Ils rentrent à leur hôtel, et dès qu’ils sont désarmés, ils donnèrent une fête aux chevaliers. Milon raconta à son fils l’histoire de ses amours avec sa mère, le mariage qu’elle avoit été forcée de contracter, la durée de leurs feux ; les messages du cygne ne furent point oubliés. On rapporta comment lorsque l’on ne pouvoit se fier à personne, cet oiseau portoit les lettres et leurs réponses.

Mon père, dit le fils, je veux vous unir avec votre bien-aimée, je vais aller défier son mari, je le tuerai, puis vous épouserez sa veuve. Le lendemain les deux chevaliers prirent congé de leurs amis, et partirent pour se rendre dans la Galles. Ils traversèrent la mer par un bon vent, et ils venoient de débarquer pour se mettre en route lorsqu’ils furent joints par un jeune homme qui venoit de la part de la dame, et alloit se rendre en Bretagne pour remettre une lettre à Milon. Il a bien diminué sa peine puisqu’il a fait cette rencontre. En remettant la missive dont il étoit porteur, le jeune homme invite les deux voyageurs à faire diligence pour revenir promptement chez la dame, parce qu’elle venoit de perdre son époux. Milon, que cette nouvelle avoit mis au comble de la joie, la communique à son fils, et tous deux se hâtant, ils arrivent bientôt au château de la dame, qui fut enchantée des hautes qualités de son fils. Ils ne demandèrent conseil à personne, n’invitèrent aucuns parents, le fils réunit ensemble les auteurs de ses jours qui vécurent encore long-temps dans une félicité parfaite.

De l’histoire et du bonheur de ces époux, les anciens Bretons firent un Lai ; et moi, qui l’ai mis en vers, je trouve beaucoup de plaisir à le raconter.

  1. Suhtwales pour Southwales, dans la Galles méridionale.
  2. En anglois Norway, chemin du Nord.
  3. Guhtlande, pour le Jutland.
  4. Loengre, la ville, le pays de Logres, qui faisoient partie du Glamorghaushire en Galles.
  5. Cela tient sans doute à l’ancienne jurisprudence du pays de Galles. Voy. Houard, Anciennes Lois des François, conservées dans les coutumes angloises, tom. I, p. 416.
  6. Le Northumberland ; la Northumbrie est l’ancien royaume des Anglo-Saxons, situé entre la mer d’Allemagne et celle d’Irlande, borné au nord par l’Écosse, et au midi par l’ancien royaume de Mercie.

    Ce fut le roi Edmond qui, dans le Xe siècle, chassa les princes danois, et réunit la Northumbrie à la monarchie angloise.

  7. L’usage des bains domestiques introduit par les Romains, tant dans les Gaules que dans l’Angleterre étoit généralement répandu, sur-tout avant que les deux nations eussent adopté l’usage du linge.
  8. L’une des quatre villes du roi Arthur.
  9. Ville dans le comté de Hante, à l’embouchure du Test, vis-à-vis de l’île de Wigth.
  10. C’étoit après la bravoure, le plus grand éloge qu’on pouvoit faire d’un chevalier, que de dire qu’il étoit libéral ou généreux.
  11. Une aventure-à-peu près semblable se trouve dans le roman d’Hildebrand et d’Hadubrand son fils. Voy. Etat de la Poésie Françoise dans les XIIe et XIIIe siècles, p. 52 — 55.
  12. Cotte de mailles que les chevaliers avoient seuls le droit de porter, et qui se mettoit par-dessus le gambeson. Cette cotte couvroit la poitrine jusqu’au défaut des côtes, et descendoit jusqu’aux genoux.

    Voy. Daniel, Milice Françoise, tom. I, p. 45.