Poétique (trad. Ruelle)/Chapitre 10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Charles-Émile Ruelle.
(p. 23-24).
◄  IX.
XI.  ►


CHAPITRE X


De l’action simple et de l’action complexe.


I. Parmi les fables, les unes sont simples et les autres complexes ; et, en effet, les actions, dont les fables sont des imitations, se trouvent précisément avoir (l’un ou l’autre de) ces caractères.

II. Or j’appelle « action simple » celle qui, dans sa marche une et continue, telle qu’on l’a définie, se déroule sans péripétie ou sans reconnaissance ; et « action complexe » celle qui se déroule avec reconnaissance ou avec péripétie, ou encore avec l’une et l’autre.

III. Il faut nécessairement que ces effets soient puisés dans la constitution même de la fable, de façon qu’ils viennent à se produire comme une conséquence vraisemblable ou nécessaire des événements antérieurs ; car il y a une grande différence entre un fait produit à cause de tel autre fait, et un fait produit après tel autre[1].

  1. Même idée que dans la Rhétorique, II, XXIV, § 8.