Premier recueil de diverses poésies tant du feu sieur de Sponde que des sieurs Du Perron, de Bertaud, de Porchères et autres, non encor imprimées, recueillies par Raphaël Du Petit Val, 1604/Les Amours/Sonnet XXI

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
, François d'Arbaud de Porchères
Premier recueil de diverses poésiesImprimerie Du Petit Val (p. 16).

XXI.


Non je ne cache point une flamme si belle,
Je veux je veux avoir tout le monde à tesmoin,
Et ceux qui sont plus prez, & ceux qui sont plus loin
Dites, est-il au monde un amant plus fidelle ?

Ces secretes humeurs qu'hipocrites j'appelle
Blasment secretement à l'oreille en un coin
La peine que je prens d'en prendre tant de soin,
Tandis que chacun d'eux ces propres sens recelle,

Ainsi nous differons, que leurs cœurs sont couverts
Et que le mien fait voir ses mouvemens ouverts :
Ils ont raison, leurs sens sont bien dignes de honte :

Mais je ne puis rougir d'aimer si dignement,
Et plus mon bel amour tous leurs amours surmonte :
Il me le faut encore aymer plus constamment.