75%.png

Recueil des lettres missives de Henri IV/1582/29 juin ― Au roy mon souverain seigneur

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



1582. — 29 juin.

Orig. — Biblioth. impér. de Saint-Pétersbourg, Ms. 913, lettre n° 59. Copie transmise par M. Allier, correspondant du ministère de l’Instruction publique.


AU ROY [MON SOUVERAIN SEIGNEUR.]

Monseigneur, Ayant soubs vostre auctorité convoqué et assemblé en la ville de St Jehan d’Angely les deputez des eglises reformées des provinces de vostre royaume, pour adviser aux moyens qu’il y auroit de faire effectuer vostre edict de pacification et establir la paix partout, selon vostre bonne volonté, je les ay tous trouvez fort disposez à cela. Mais pour ce que la faulte de l’execution procede principalement de l’impunité des excés et desordres qui se sont faicts et se font et continuent ordinairement, et de la passion et mauvaise affection de ceulx qui ayant le pouvoir et auctorité en main pour y remedier, n’y font aulcun debvoir, ils ont pour ceste occasion dressé un cahier des contraventions faictes à vostre edict en vos dictes provinces, m’ont requis de l’envoyer à Vostre Majesté, comme je fais, vous suppliant tres-humblement, Monseigneur, qu’il vous plaise desclarer vostre bonne volonté sur chacun des articles, afin que chacun se mette en devoir de les suivre et y rendre la tres humble et entiere obeissance à vous deue, comme je feray de ma part en tout ce qui dependra de moy, et de tous les myens, ainsi que vous fera plus particulierement entendre le sieur de Chassincourt, lequel j’envoye vers Vostre Majesté, la suppliant tres humblement qu’il luy plaise trouver bon et avoir pour agreable qu’il continue et reprenne la charge qu’il avoit prise de vous, et vostre suicte, pour le faict general des dictes eglises, et vous puisse proposer et representer leur requeste trez humble pour leur y estre pourveu ainsi qu’il appartiendra pour le bien de vostre service, et repoz de vos dicts subjectz,

Monseigneur, vous baisant tres humblement les mains, et prye Dieu vous donner, en santé, tres heureuse et tres longue vie. Escript à St Jehan, le xxixe jour de juin 1582.

Vostre trez humble et trez obeissant subject et serviteur,


HENRY.