Recueil général des anciennes lois françaises/Lettres de cachet adressées par le roi au parlement, lui annonçant la mort de Louis XIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

No 1. — Lettres de cachet adressées par le roi au parlement, lui annonçant la mort de Louis XIII [1].

Saint Germain-en-Laye, 14 mai 1643. (Reg. du parlem. Bibliothèq. Cassat.)


De par le Roy. Nos amez et féaux, la perte que nous venons de faire du feu roy, nostre très honoré seigneur et père, nous touche d’un regret si extrême qu’il nous seroit impossible d’avoir à présent d’autres pensées que celles que la piété et l’amour nous demandent pour le repos et salut de son ame, si le devoir à quoy nous oblige l’intérest que nous avons par droit de succession de maintenir la grandeur de la couronne et conserver nos sujets dans une bonne union, ne nous forçoit de surmonter ces justes sentiments pour prendre le soin de leur repos et de la conduite de ces estats, et parceque la distribution de la justice est le meilleur moyen dont nous nous puissions servir pour nous en acquitter dignement, nous vous ordonnons et vous exhortons, autant qu’il nous est possible, qu’après avoir fait à Dieu les prières pour le salut de noire seigneur et père, vous ayez nonobstant cette mutation à continuer la fonction de vos charges et administrer la justice à nos sujets, ainsy que le devoir de vos charges vous y oblige selon l’intégrité de vos consciences, jusqu’à ce que vous nous ayez fait et presté le serment accoustumé. Cependant nous vous asseurons que vous nous trouverez tel envers vous, et en général et en particulier, qu’un bon roy doit être envers ses fidèles sujets et serviteurs. Donné à Saint-Germain-en-Laye, le quatorzième may 1643.

Signé Louis, et plus bas, de Guénégaud.




LIT DE JUSTICE.

  1. A leur réception, le parlement arrêté d’envoyer au roi et à la reine une députation, et ajourna l’enregistrement à cause des termes faisant mention