100%.png

Revue des Romans/Francisco de Quevedo y Villegas

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Revue des Romans.
Recueil d’analyses raisonnées des productions remarquables des plus célèbres romanciers français et étrangers.
Contenant 1100 analyses raisonnées, faisant connaître avec assez d’étendue pour en donner une idée exacte, le sujet, les personnages, l’intrigue et le dénoûment de chaque roman.
1839
◄  Quesné Quinet  ►


QUEVEDO DE VILLEGAS
(don Francisco), littérateur espagnol, mort en 1645.


LES VISIONS DE QUEVEDO, traduit de l’espagnol, par L…, 2 vol. in-12, 1812. — Ce roman avait déjà été traduit par l’abbé Bérault Bercastel, en 1756, sous le titre de Voyages récréatifs du chevalier de Quevedo, in-12, 1750. — Les visions de Quevedo sont un recueil de petits ouvrages qu’il avait composés à différentes époques, mais dont le cadre est le même, et dont le but est toujours la critique des mœurs. L’ouvrage est divisé en sept nuits. Dans la première, Quevedo visite un possédé, et s’entretient longuement avec le démon qui s’est emparé du corps de ce malheureux, et qui lui apprend qu’il y a beaucoup de poëtes en enfer, ainsi que beaucoup de gens de justice. Dans les quatre nuits suivantes, l’auteur voit successivement le Palais de la mort, le Jugement dernier, le Pays de l’amour et le Monde ; le Songe des crânes est un tableau du jugement dernier dans le genre grotesque : il est impossible d’être plus gai en traitant un sujet si grave, de peindre d’une manière plus piquante les abus des différents états, et les vices des hommes de toutes les classes. En général, les tailleurs, les apothicaires et les médecins sont les plus maltraités ; le supplice de ces derniers est de se purger, de se saigner, de se droguer les uns les autres ; en un mot, de se traiter comme ils ont traité les autres sur la terre, sans pouvoir se donner la mort, et en maudissant l’insuffisance de leur art, pour la première fois inhabile à détruire. Les deux dernières nuits, Quevedo les passe en enfer.

Nous connaissons encore de cet auteur : Le Conteur de nuit, ou l’Aventurier nocturne, in-12, 1731, roman satirique dans lequel les mœurs nationales sont peintes d’une manière très-divertissante ; il a été réimprimé sous le titre de : Le fin Matois, ou Histoire de Grand-Taquin, et sous celui de l’Aventurier Buscon, 3 vol. in-12, 1776.