Si voiremant con cele don je chant

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
II. — Si voiremant con cele don je chant.


I.Si voiremant con cele don je chant
Valt melz que totes les bones qui sont,
Et je l’aim plus que rien qui soit el mont,
4Si me doint Deus s’amor senz décevoir ;
Que tel désir en ai et tel voloir,
Ou tant ou plus, Deus en seit la verté,
Si con malades desirre santé,
8Desir je li et s’amor a avoir.

II.Or sai je bien que riens ne puet valoir
Tant con celi de cui j’ai tant chanté,
C’or ai veü et li et sa bealté
12Et si sai bien que tant a de valor
Que je doi faire et outrage et folor
D’amer plus halt que ne m’avroit mestier ;
Et non por cant maint povre chevalier
16Fait riches cuers venir a halte honor.

III.Ainz que fusse sospris de ceste amor,
Savoie je autre jent conseillier,
Et or sai bien d’altrui geu enseignier
20Et si ne sai mie lo mien juër ;
Si sui con cil qui as eschas voit cler
Et qui très bien ensengne as autres gens,
Et kant il jue, si pert si son sens
24Qu’il ne se seit escore de mater.

IV.Hé ! las, dolanz, je ne sai tant chanter
Que ma Dame parçoive mes tormenz,
N’encor n’est pas si granz mes hardemanz

24Ke je li os dire les mais que trai,
Ne devant li n’en os parler ne sai ;
Et kant je sui aillors devant autrui,
Lors i paroi, mais si pou m’i dedui
32K’un anui valt li deduiz que j’en ai.

V.Encor devis comment je li dirai
La grant dolor que j’en trais senz anui,
Ke tant l’ador et désir, kant g’i sui,
36Que ne li os descovrir ma raison ;
Si va de moi con fait del champion
Qui de lon tens aprent a escremir,
Et kant il vient ou champ as cous ferir,
40Si ne seit rien d’escu ne de baston.