Souvenirs d’une actrice/Tome 2/04

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Dumont, éditeur (Tome 2p. 65-79).


IV


La jeunesse dorée de Fréron. — Louvet. — Lodoïska. — Les voleurs de diligences. — Aventure à Tournay. — Les faux assignats. — Le chevalier Blondel. — Aigré.


À la terreur succéda une réaction qui ne fut pas moins cruelle, mais comme elle se répandit dans les départements, dans les campagnes, sur les grandes routes, et ne se manifesta à Paris que par les extravagances de ceux que l’on nomma la jeunesse dorée de Fréron, cela eut moins de retentissement dans la capitale, mais ce n’en fut pas moins fâcheux pour ceux qui en furent victimes.

Fréron était un député de la Montagne ; il avait été envoyé avec Tallien en mission à Bordeaux, où il ne s’était pas fait remarquer par une extrême philanthropie. Cependant il fut un de ceux qui attaquèrent Robespierre, lorsqu’ils craignirent pour leur propre sûreté.

Après la réaction, Fréron fut l’étendard autour duquel se rallièrent les jeunes gens qui allaient dresser leurs plans de bataille dans les cafés, et les mettre à exécution sur les théâtres, dans les rues et chez les particuliers. Louvet, député de la Gironde, qui avait échappé miraculeusement à la proscription, ne put se soustraire à celle de ces messieurs, pour avoir fait chanter la Marseillaise au Théâtre de la République.

Je ne connaissais point ce député ; je savais seulement qu’il était lié avec Talma, mais je ne l’avais jamais rencontré chez lui, lorsque je voyais le plus habituellement Julie.

On sait combien son roman du Chevalier de Faublas a fait de bruit ; le joli opéra de Lodoïska en était un épisode. Cependant, aucune jeune femme n’eût osé avouer qu’elle avait lu cet ouvrage. Je me figurais que l’auteur devait être un cavalier charmant, aux manières élégantes et nobles ; enfin un homme accompli. Un jour, j’entendis prononcer le nom de Louvet chez madame de Condorcet, où j’étais avec Julie Talma. C’était en 1794, après la terreur ; on parlait de la proscription de ce député, et d’une brochure qu’il venait de publier. Dans cet opuscule, il faisait connaître minutieusement la manière dont il avait échappé à la mort par les soins et la tendre sollicitude d’une femme, qui depuis fut la sienne, et qu’il nommait Lodoïska. Je voulus avoir cette brochure, et je la lus avec un vif intérêt. On ne manque jamais de se tracer en idée, sous des couleurs ravissantes, l’image des héros dont on sait l’histoire. Je m’imaginais que le chevalier de Faublas était devenu un homme politique ; que la légèreté de son âge était remplacée par des formes plus sérieuses et plus nobles, et que sa Lodoïska était toujours belle et toujours adorée. Cette fiction donnait plus de prix à l’ouvrage que je lisais. Je parlai de cette brochure à Julie, et de l’intérêt que ce récit m’avait fait éprouver, sans y ajouter mes suppositions ; je lui dis seulement combien je désirais pouvoir rencontrer M. et madame Louvet.

« Rien n’est plus facile, car ils dînent demain chez moi, et je comptais t’inviter. »

J’acceptai avec empressement, et j’arrivai de bonne heure, tant mon impatience était grande de voir mes héros. Lorsqu’on les annonça, la maîtresse de la maison se leva pour aller au-devant d’eux, et je la suivis par un mouvement presque involontaire ; mais je ne fus pas peu surprise de trouver, à la place du Faublas que je m’étais dessiné avec tant de complaisance, un petit homme maigre, à la figure bilieuse, au mauvais maintien, à la mise plus que négligée. Et cette belle Lodoïska !… laide, noire, marquée de petite vérole, et de la tournure la plus commune[1]. Je fus tellement désenchantée, que je n’en pouvais croire mes yeux, et je regrettais encore mon illusion.

Après les premières félicitations sur les dangers auxquels ils avaient échappé, sur le courage et l’admirable dévouement de madame Louvet, Julie me présenta à ce couple charmant.

« — Voilà, leur dit-elle, une de mes amies qui avait un bien grand désir de vous voir ; elle a lu avec avidité le récit touchant de vos dangers, et n’a respiré que lorsqu’elle vous a vus sauvés. »

Louvet me fit un salut de la tête, accompagné d’un sourire qui voulait dire : « Tu croyais rencontrer un Faublas !... »

Je pense qu’il avait lu mon étonnement sur ma figure. On parla de nouveau de ce temps de malheur et d’alarme, et de la façon ingénieuse avec laquelle Lodoïska avait soustrait à la mort ce malheureux proscrit, ce qui finit par m’intéresser beaucoup, car Louvet était un homme d’esprit et de mérite, et sa femme, malgré son physique peu agréable, n’en était pas moins une personne remarquable. La maladresse de son mari fut d’en faire une héroïne de roman et de la peindre sous des couleurs si séduisantes, dans son Faublas ; s’il l’avait appelée tout bonnement madame Louvet, elle n’en aurait été que plus intéressante, et il lui aurait évité un ridicule qu’elle n’avait pas provoqué.

Riouffe venait aussi de publier ses Mémoires d’un détenu ; je les préfère maintenant de beaucoup à ceux de Louvet. Riouffe était à cette époque un charmant garçon[2], et je me le rappelle encore avec intérêt, sous la surveillance de son gendarme, et lorsqu’il pouvait, d’un moment à l’autre, porter sa tête sur l’échafaud.

J’avais fait la musique de la romance qu’il avait composée en prison, et qui se trouve dans les Mémoires d’un détenu. Quoique je ne fusse pas très forte sur les règles de la composition, je la fis d’inspiration, et la chantai avec ce sentiment qui part du cœur : aussi plut-elle beaucoup à tous ses amis.

Louvet ayant peu de moyens d’existence, voulut former un établissement de librairie. Il prit un magasin sous la galerie qui donnait alors sur la place, en face du libraire Barba et de la porte des artistes du Théâtre-Français. La belle jeunesse de Fréron ne manqua pas de venir assiéger la boutique du libraire qui avait fait chanter la Marseillaise au Théâtre de la République, et d’assaillir la belle Lodoïska de mille quolibets offensants.

En voyant ce rassemblement à sa porte, madame Louvet s’était retirée dans son arrière-magasin, et son mari se promenait comme un lion qui ronge son frein. Lorsque ces messieurs n’eurent plus la facilité d’attaquer madame Louvet en face, ils se tournèrent contre son mari.

« Eh bien ! chante donc la Marseillaise, lui crièrent-ils. »

Alors, dans un mouvement de rage, d’autant plus violent que depuis long-temps il le concentrait, il ouvre la porte en s’écriant d’un air de mépris :

Que veut cette horde d’esclaves… ?

Ce beau mouvement de courage interdit un moment cette foule qui se réunissait contre un seul homme ; mais bientôt après ils se mirent à vociférer de nouveau.

Fort heureusement la patrouille, appelée par les voisins, parvint à les dissiper, mais Louvet ne put conserver son établissement, car de semblables scènes se renouvelèrent tous les jours.

J’appris sa mort à mon retour de Bordeaux ; cette pauvre madame Louvet était restée sans fortune. Je ne sais ce qu’elle est devenue et je ne l’ai rencontrée nulle part depuis.

Après les dévaliseurs de diligences à main armée, vinrent les compagnies de Jésus, les chauffeurs, dont on parle si peu dans les écrits que l’on publie maintenant, et qui remplacèrent les républicains exaltés dont on parle tant.

Les voleurs de diligences voulaient, disaient-ils, se dédommager de la perte de leurs biens, confisqués par la Convention ; mais la plupart cependant n’avaient rien perdu, attendu qu’ils n’avaient rien à perdre, et les chauffeurs, ni vengeance ni représailles à exercer. Ils ne voulaient autre chose que le pillage et l’incendie. Lorsqu’ils attaquaient les habitations des propriétaires et des malheureux fermiers, ils s’inquiétaient peu de leurs opinions. Ceux qui avaient perdu leur famille et leurs biens à la révolution étaient d’honnêtes gens qui ne cherchaient point à s’en dédommager par de semblables moyens ; mais, dans tous les partis, on a toujours cherché à couvrir de mauvaises actions par des sophismes. Lorsque les assignats parurent, il se forma une compagnie pour en fabriquer de faux, afin de les discréditer. Ces messieurs se chargeaient de les faire colporter ; tout cela avec les meilleures intentions du monde, et pour ruiner la République qui les avait ruinés. Mais ils ne songeaient probablement pas que la fortune des particuliers, qui en étaient fort innocents, se perdait également.

Voici une aventure qui m’arriva en ce temps-là même, et lorsque j’étais à Lille. Il y a une très petite distance de cette ville à celle de Tournay, qui appartenait alors à l’Autriche, et, avant l’émigration, on y allait très fréquemment. Un simple poteau séparait les deux pays. Les communications étaient si faciles, que plusieurs habitants de Lille y avaient même des maisons de plaisance, et on se croisait sans cesse sur cette route. Les douaniers ne faisaient attention qu’aux voyageurs qui pouvaient y passer des marchandises. Le théâtre de Lille y donnait des concerts et des représentations. Les émigrés étaient persuadés alors qu’il leur suffirait de se montrer aux portes de Paris, avec l’armée de Condé, pour y entrer, et qu’on les recevrait comme des libérateurs. Leurs biens n’étant point encore confisqués, ils avaient de l’argent, et ils en usaient comme si cela eût dû ne jamais finir : d’ailleurs ils avaient, quelques-uns du moins, pour s’en procurer, des moyens que l’on ignorait encore.

Ce fut à cette époque que le sacre de l’empereur d’Allemagne eut lieu. Cette solennité attira un monde prodigieux à Tournay : les concerts, les bals, les fêtes, s’organisaient d’avance. Je partis donc pour cette ville avec une dame artiste comme moi. Nous étions persuadées que nous trouverions des logements, ou tout au moins une chambre, dans la maison où nous avions l’habitude de descendre ; mais tout avait été pris de vive force, et il y avait tellement de monde, que l’on couchait dans les granges, dans les écuries, et les tables étaient dressées dans les cours et dans les corridors.

Nous étions dans un fort grand embarras, et nous pensions déjà à retourner à Lille, lorsque nous rencontrâmes deux dames de nos connaissances de Paris ; elles nous dirent qu’elles habitaient avec leurs maris une petite maison de campagne tout près de la ville ; qu’elles nous y donneraient l’hospitalité pour la journée, et que l’on pourrait peut-être nous trouver un gîte pour la nuit ; en pareille circonstance, on se contente de ce que l’on trouve. Le mari d’une de ces dames, M. Aigré, dans un voyage qu’il avait fait à Lille quelque temps auparavant, était venu me voir et m’avait confié qu’il émigrait. Mais, comme on fouillait à la frontière, et qu’il était défendu d’emporter de l’argent, il me pria de vouloir bien lui coudre dans une ceinture un jeu de cartes, comme il le disait en riant : c’étaient trente-deux assignats de mille francs. Cette somme, pour un si court voyage, pouvait faire soupçonner qu’il avait le projet de rejoindre l’armée de Condé : aussi je ne fus pas surprise de rencontrer sa femme à Tournay. Ils me dirent que le chevalier Blondel était avec eux et M. de *** avec sa femme, qu’ainsi j’allais me trouver en pays de connaissance.

Nous nous apprêtâmes donc à passer une journée fort agréable. Ce chevalier de Blondel avait l’esprit le plus gai et le plus original que l’on puisse rencontrer. Après le dîner, on alla se promener ; mais ces messieurs restèrent pour fumer des cigares et jouer à la bouillotte. Je ne sais plus quel motif, ou plutôt quelle inspiration, nous poussa à venir chercher quelque chose à la maison. Nous nous trompâmes d’escalier, et nous montâmes dans un petit corps de logis qu’on ne nous avait pas montré. Ayant trouvé une porte qui n’était qu’entrebâillée, j’entre, et je vois des petits pots, des petites bouteilles avec du noir, du rouge et des papiers. Au premier coup-d’œil, je crus que c’était pour dessiner ; mais en avançant je reconnus des assignats ; les uns commencés, les autres achevés. J’appelai ma compagne. J’étais, je crois, pâle comme la mort, et elle le devint elle-même en me regardant. Nous n’eûmes pas la force de nous communiquer nos pensées, et nous descendîmes les escaliers comme la belle Isaure descendit ceux du cabinet de la Barbe-Bleue.

— Ah ! mon Dieu ! lui dis-je, où sommes-nous ? Il paraît que c’est une de ces réunions dont nous avions entendu parler et auxquelles nous ne voulions pas croire ; mais qu’allons-nous faire ? S’ils se doutent que nous avons découvert ce secret, ils nous tueront peut-être, pour nous empêcher d’en parler. Partons, car il nous serait impossible de nous contraindre et de conserver notre sang-froid. Il leur suffirait de nous voir un moment pour se douter de la vérité. Mais, comment faire ? partir sans rien dire, c’est aussi dangereux ; je vais écrire.

— Que penseront-ils ?

— Ma foi, ce qu’ils voudront. J’aimerais mieux passer la nuit sur la route que de rester ici ; d’ailleurs on trouve plus de voitures pour retourner que pour venir.

J’écrivis donc que, dans la crainte d’être indiscrètes, et ne voulant point les gêner, nous avions pris le parti de nous dérober à leurs instances pour ne pas céder à la séduction. Je laissai ce sot billet sur la table, et nous partîmes avec plus de vitesse que nous n’étions venues, et croyant toujours qu’on nous poursuivait.

Lorsque nous fûmes en sûreté, je me rappelai les trente-deux assignats que j’avais cousus dans l’élégante ceinture de M. Aigré. Long-temps après j’appris qu’il avait été arrêté à Paris, ainsi que M. Blondel, et qu’ils avaient été jugés sous la prévention de fabrication de faux assignats. Comme c’était après le 10 avril, cela ne m’étonna point. Ce même Blondel, qui était encore à Sainte-Pélagie lors des horribles massacres de septembre, trouva le moyen d’échapper. Il harangua les gens assemblés autour de lui, leur dit qu’il était prisonnier pour avoir défendu leur cause ; enfin il les persuada si bien par son éloquence, que plusieurs de ceux qui l’écoutaient le prirent sur leurs épaules et le portèrent en triomphe comme un martyr de la liberté. Il ne se laissa pas enivrer par cette ovation, et gagna au large aussitôt qu’ils l’eurent quitté. Lorsqu’on en vint à lire son écrou et que l’on vit qu’il était détenu pour faux assignats, ou voulut le retrouver : fort heureusement il était alors à l’abri de toute poursuite. Les deux dames avaient été confrontées avec le chevalier Aigré, lors de son jugement ; mais comme il s’était bien gardé de les compromettre, elles s’en étaient fort adroitement tirées. La femme de Blondel, qui était jolie et très spirituelle, avait victorieusement plaidé sa cause et celle de sa sœur. Ils trouvèrent tous trois le moyen de passer en Angleterre ; mais le malheureux Aigré avait porté sa tête sur l’échafaud.

  1. J’ai été bien étonnée de lire dans un feuilleton sur Louvet un récit relatif à la beauté de Lodoïska. Celui qui a écrit cela se rappelait probablement la Lodoïska de l’opéra ou du roman ; à coup sûr il n’avait pas vu la véritable.
  2. Riouffe a été depuis tribun et préfet à Nancy.