Différences entre les versions de « Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 114.djvu/222 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 4 : Ligne 4 :
   
 
Un jeune homme, ou plutôt un homme jeune encore, Francis Nayrac, et une jeune fille, Henriette Scilly, sont fiancés l’un à l’autre, et n’attendent pour se marier que le rétablissement de Mme Scilly, la mère d’Henriette.
 
Un jeune homme, ou plutôt un homme jeune encore, Francis Nayrac, et une jeune fille, Henriette Scilly, sont fiancés l’un à l’autre, et n’attendent pour se marier que le rétablissement de Mme Scilly, la mère d’Henriette.
  +
   
 
::Leur bienvenue au jour leur rit dans tous les yeux.
 
::Leur bienvenue au jour leur rit dans tous les yeux.
  +
   
 
Sous ce ciel de Sicile, où Mme Scilly reprend tous les jours des forces nouvelles, ils vivent « en plein rêve ; » et, très nobles l’un et l’autre, ils ne souhaitent que de ne pas voir finir ce songe de félicité. Quand un matin, sur la liste des étrangers, Francis Nayrac lit le nom d’une dame Raffraye, qu’il a jadis aimée passionnément, et brutalement abandonnée d’ailleurs, dans un accès de cette frénésie de défiance qui est la fin commune des amours irrégulières.
 
Sous ce ciel de Sicile, où Mme Scilly reprend tous les jours des forces nouvelles, ils vivent « en plein rêve ; » et, très nobles l’un et l’autre, ils ne souhaitent que de ne pas voir finir ce songe de félicité. Quand un matin, sur la liste des étrangers, Francis Nayrac lit le nom d’une dame Raffraye, qu’il a jadis aimée passionnément, et brutalement abandonnée d’ailleurs, dans un accès de cette frénésie de défiance qui est la fin commune des amours irrégulières.
364 524

modifications

Menu de navigation