Différences entre les versions de « Le Langage des fleurs (Monavon) »

Aller à la navigation Aller à la recherche
aucun résumé de modification
{{TextQuality|100%}}
[[Catégorie:Poèmes]][[Catégorie:Poèmes|Monavon, Gabriel]]
[[Catégorie:L’Entr’acteBon lyonnaispour export]]
<div class="text" >
{{TitrePoeme|Extrait de : L’Entr’acte lyonnais, Journal des théâtres et des salons, 22 novembre 1868|Gabriel Monavon|Le langage des fleurs}}
 
<pages index="Monavon - Le Langage des fleurs, paru dans L’Entr’acte lyonnais, 22 novembre 1868.djvu" from=3 to=4 header=sommaire/>
<center>Sonnet</center>
 
[[Catégorie:Articles de 1868]]
 
[[Catégorie:Poèmes]]
<poem>J’aime le temps des fleurs, des fleurs fraiches écloses,
[[Catégorie:Poèmes]][[Catégorie:Poèmes|Monavon, Gabriel]]
Rougissant de pudeur sous les baisers de mai,
[[Catégorie:L’Entr’acte lyonnais]]
Et qui parent la terre en ses métamorphoses
D’un bandeau virginal et d’un voile embaumé.
 
Oh ! les riants secrets ! Oh ! les divines choses
Que murmure tout bas chaque calice aimé,
Quand, sur le sein des lis, des jasmins et des roses,
Les sylphes caressants posent leur front pâmé !…
 
Ce sont de frais accents parfumés de tendresse,
Mille aveux exhalés dans des élans d’ivresse,
Mille soupirs charmants échangés tour à tour….
 
Et le cœur de la vierge et l’âme du poète
Se sentent pénétrés d’une flamme secrète….
J’aime le temps des fleurs… les fleurs parlent d’amour.</poem>
 
 
{{d|Gabriel {{sc|Monavon}}.|8}}

Menu de navigation