Différences entre les versions de « Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/25 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
aucun résumé de modification
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « {{tiret2|or|donne}} de me dévouer plus que jamais au salut de la patrie ; mais il m’assure, en même temps, qu’il n’y a pas un mot à changer aux conclusions que je... »)
 
m
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 3 : Ligne 3 :
Ces livres, dont le texte ne vieillit pas, au milieu de si grandes catastrophes, démontrent la compétence des Autorités qui, par leur pratique ou leurs discours, m’en ont fourni les éléments. Ils justifient également la méthode d’observation qui m’a guidé dans tous mes travaux.
Ces livres, dont le texte ne vieillit pas, au milieu de si grandes catastrophes, démontrent la compétence des Autorités qui, par leur pratique ou leurs discours, m’en ont fourni les éléments. Ils justifient également la méthode d’observation qui m’a guidé dans tous mes travaux.


Je n’ose espérer que les calamités de 1871 arrêtent tout à coup la France sur la pente fatale où elle glisse depuis deux siècles<ref>''L'organisation du travail'', § 17. J’y établis que la révolution a conservé les erreurs de la monarchie absolue ; que par conséquent les deux régimes appartiennent à une même période de décadence. </ref>. {{tiret|Puis|que}}
Je n’ose espérer que les calamités de 1871 arrêtent tout à coup la France sur la pente fatale où elle glisse depuis deux siècles<ref>''L'organisation du travail'', § 17. J’y établis que la révolution a conservé les erreurs de la monarchie absolue ; que par conséquent les deux régimes appartiennent à une même période de décadence. </ref>. {{tiret|Puis|sent}}
24 271

modifications

Menu de navigation