Différences entre les versions de « Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/31 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
 
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 22 : Ligne 22 :
   
 
Les quatre dernières seigneuries concédées en Acadie sont de 1703 et 1707. Cette
 
Les quatre dernières seigneuries concédées en Acadie sont de 1703 et 1707. Cette
première année, Thomas Lefebvre, interprète de-langue abénaquise, reçut l’endroit appelé
+
première année, Thomas Lefebvre, interprète de langue abénaquise, reçut l’endroit appelé
 
Koucsanouskek, au bord de la mer, au nord de la pointe de Meniekec du côté de la rivière
 
Koucsanouskek, au bord de la mer, au nord de la pointe de Meniekec du côté de la rivière
 
Saint-George. En 1707, Charles Morin concéda l’entrée de la rivière des Loups-Marins (en
 
Saint-George. En 1707, Charles Morin concéda l’entrée de la rivière des Loups-Marins (en
Ligne 35 : Ligne 35 :
 
Sauvages. Les fusils appartenant aux colons ne dépassaient pas deux cents. Trois cent
 
Sauvages. Les fusils appartenant aux colons ne dépassaient pas deux cents. Trois cent
 
cinquante hommes au plus étaient d’âge à porter les armes. Les Sauvages amis, très réduits
 
cinquante hommes au plus étaient d’âge à porter les armes. Les Sauvages amis, très réduits
en nombre et dipersés sur de vastes territoires, étaient, au dire de M. de Brouillan, difficiles à
+
en nombre et {{corr|dipersés|dispersés}} sur de vastes territoires, étaient, au dire de M. de Brouillan, difficiles à
 
rassembler.
 
rassembler.
   
11 865

modifications

Menu de navigation