Tarass Boulba/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Louis Viardot.
Hachette (p. 21-39).

Les trois voyageurs cheminaient en silence. Le vieux Tarass pensait à son passé ; sa jeunesse se déroulait devant lui, cette belle jeunesse que le Cosaque surtout regrette, car il voudrait toujours être agile et fort pour sa vie d’aventures. Il se demandait à lui-même quels de ses anciens camarades il retrouverait à la setch ; il comptait ceux qui étaient déjà morts, ceux qui restaient encore vivants, et sa tête grise se baissa tristement. Ses fils étaient occupés de toutes autres pensées. Il faut que nous disions d’eux quelques mots. À peine avaient-ils eu douze ans, qu’on les envoya au séminaire de Kiew, car tous les seigneurs de ce temps-là croyaient nécessaire de donner à leurs enfants une éducation promptement oubliée. À leur entrée au séminaire, tous ces jeunes gens étaient d’une humeur sauvage et accoutumés à une pleine liberté. Ce n’était que là qu’ils se dégrossissaient un peu, et prenaient une espèce de vernis commun qui les faisait ressembler l’un à l’autre. L’aîné des fils de Boulba, Ostap, commença sa carrière scientifique par s’enfuir dès la première année. On l’attrapa, on le battit à outrance, on le cloua à ses livres. Quatre fois il enfouit son ABC en terre, et quatre fois, après l’avoir inhumainement flagellé, on lui en racheta un neuf. Mais sans doute il eût recommencé une cinquième fois, si son père ne lui eût fait la menace formelle de le tenir pendant vingt ans comme frère lai dans un cloître, ajoutant le serment qu’il ne verrait jamais la setch, s’il n’apprenait à fond tout ce qu’on enseignait à l’académie. Ce qui est étrange, c’est que cette menace et ce serment venaient du vieux Boulba qui faisait profession de se moquer de toute science, et qui conseillait à ses enfants, comme nous l’avons vu, de n’en faire aucun cas. Depuis ce moment, Ostap se mit à étudier ses livres avec un zèle extrême, et finit par être réputé l’un des meilleurs étudiants. L’enseignement de ce temps-là n’avait pas le moindre rapport avec la vie qu’on menait ; toutes ces arguties scolastiques, toutes ces finesses rhétoriques et logiques n’avaient rien de commun avec l’époque, et ne trouvaient d’application nulle part. Les savants d’alors n’étaient pas moins ignorants que les autres, car leur science était complètement oiseuse et vide. Au surplus, l’organisation toute républicaine du séminaire, cette immense réunion de jeunes gens dans la force de l’âge, devaient leur inspirer des désirs d’activité tout à fait en dehors du cercle de leurs études. La mauvaise chère, les fréquentes punitions par la faim et les passions naissantes, tout s’unissait pour éveiller en eux cette soif d’entreprises qui devait, plus tard, se satisfaire dans la setch. Les boursiers[1] parcouraient affamés les rues de Kiew, obligeant les habitants à la prudence. Les marchands des bazars couvraient toujours des deux mains leurs gâteaux, leurs petits pâtés, leurs graines de pastèques, comme l’aigle couvre ses aiglons, dès que passait un boursier. Le consul[2] qui devait, d’après sa charge, veiller aux bonnes mœurs de ses subordonnés, portait de si larges poches dans ses pantalons, qu’il eût pu y fourrer toute la boutique d’une marchande inattentive. Ces boursiers composaient un monde à part. Ils ne pouvaient pas pénétrer dans la haute société, qui se composait de nobles, Polonais et Petits-Russiens. Le vaïvode lui-même, Adam Kissel, malgré la protection dont il honorait l’académie, défendait qu’on menât les étudiants dans le monde, et voulait qu’on les traitât sévèrement. Du reste, cette dernière recommandation était fort inutile, car ni le recteur, ni les professeurs ne ménageaient le fouet et les étrivières. Souvent, d’après leurs ordres, les licteurs rossaient les consuls de manière à leur faire longtemps gratter leurs pantalons. Beaucoup d’entre eux ne comptaient cela pour rien, ou, tout au plus, pour quelque chose d’un peu plus fort que de l’eau-de-vie poivrée. Mais d’autres finissaient par trouver un tel chauffage si désagréable, qu’ils s’enfuyaient à la setch, s’ils en savaient trouver le chemin et n’étaient point rattrapés en route. Ostap Boulba, malgré le soin qu’il mettait à étudier la logique et même la théologie, ne put jamais s’affranchir des implacables étrivières. Naturellement, cela dut rendre son caractère plus sombre, plus intraitable, et lui donner la fermeté qui distingue le Cosaque. Il passait pour très bon camarade ; s’il n’était presque jamais le chef dans les entreprises hardies, comme le pillage d’un potager, toujours il se mettait des premiers sous le commandement d’un écolier entreprenant, et jamais, en aucun cas, il n’eût trahi ses compagnons. Aucun châtiment ne l’y eût pu contraindre. Assez indifférent à tout autre plaisir que la guerre ou la bouteille, car il pensait rarement à autre chose, il était loyal et bon, du moins aussi bon qu’on pouvait l’être avec un tel caractère et dans une telle époque. Les larmes de sa pauvre mère l’avaient profondément ému ; c’était la seule chose qui l’eût troublé, et qui lui fit baisser tristement la tête.

Son frère cadet, Andry, avait les sentiments plus vifs et plus ouverts. Il apprenait avec plus de plaisir, et sans les difficultés que met au travail un caractère lourd et énergique. Il était plus ingénieux que son frère, plus souvent le chef d’une entreprise hardie ; et quelquefois, à l’aide de son esprit inventif, il savait éluder la punition, tandis que son frère Ostap, sans se troubler beaucoup, ôtait son caftan et se couchait par terre, ne pensant pas même à demander grâce. Andry n’était pas moins dévoré du désir d’accomplir des actions héroïques ; mais son âme était abordable à d’autres sentiments. Le besoin d’aimer se développa rapidement en lui, dès qu’il eut passé sa dix-huitième année. Des images de femme se présentaient souvent à ses pensées brûlantes. Tout en écoutant les disputes théologiques, il voyait l’objet de son rêve avec des joues fraîches, un sourire tendre et des yeux noirs. Il cachait soigneusement à ses camarades les mouvements de son âme jeune et passionnée ; car, à cette époque, il était indigne d’un Cosaque de penser aux femmes et à l’amour avant d’avoir fait ses preuves dans une bataille. En général, dans les dernières années de son séjour au séminaire, il se mit plus rarement en tête d’une troupe aventureuse ; mais souvent il errait dans quelque quartier solitaire de Kiew, où de petites maisonnettes se montraient engageantes à travers leurs jardins de cerisiers. Quelquefois il pénétrait dans la rue de l’aristocratie, dans cette partie de la ville qui se nomme maintenant le vieux Kiew, et qui, alors habitée par des seigneurs petits-russiens et polonais, se composait de maisons bâties avec un certain luxe. Un jour qu’il passait là, rêveur, le lourd carrosse d’un seigneur polonais manqua de l’écraser, et le cocher à longues moustaches qui occupait le siège le cingla violemment de son fouet. Le jeune écolier, bouillonnant de colère, saisit de sa main vigoureuse, avec une hardiesse folle, une roue de derrière du carrosse, et parvint à l’arrêter quelques moments. Mais le cocher, redoutant une querelle, lança ses chevaux en les fouettant, et Andry, qui avait heureusement retiré sa main, fut jeté contre terre, la face dans la boue. Un rire harmonieux et perçant retentit sur sa tête. Il leva les yeux, et aperçut à la fenêtre d’une maison une jeune fille de la plus ravissante beauté. Elle était blanche et rose comme la neige éclairée par les premiers rayons du soleil levant. Elle riait à gorge déployée, et son rire ajoutait encore un charme à sa beauté vive et fière. Il restait là, stupéfait, la regardait bouche béante, et, essuyant machinale­ment la boue qui lui couvrait la figure, il l’étendait encore davantage. Qui pouvait être cette belle fille ? Il en adressa la question aux gens de service richement vêtus qui étaient groupés devant la porte de la maison autour d’un jeune joueur de bandoura. Mais ils lui rirent au nez, en voyant son visage souillé, et ne daignèrent pas lui répondre. Enfin, il apprit que c’était la fille du vaïvode de Kovno, qui était venu passer quelques jours à Kiew. La nuit suivante, avec la hardiesse particulière aux boursiers, il s’introduisit par la clôture en palissade dans le jardin de la maison, qu’il avait notée, grimpa sur un arbre dont les branches s’appuyaient sur le toit de la maison, passa de là sur le toit, et descendit par la cheminée dans la chambre à coucher de la jeune fille. Elle était alors assise près d’une lumière, et détachait de riches pendants d’oreilles. La pelle Polonaise s’effraya tellement à la vue d’un homme inconnu, si brus­quement tombé devant elle, qu’elle ne put prononcer un mot. Mais quand elle s’aperçut que le boursier se tenait immobile, baissant les yeux et n’osant pas remuer un doigt de la main, quand elle reconnut en lui l’homme qui, devant elle, était tombé dans la rue d’une manière si ridicule, elle partit de nouveau d’un grand éclat de rire. Et puis, il n’y avait rien de terrible dans les traits d’Andry ; c’était au contraire un charmant visage. Elle rit longtemps, et finit par se moquer de lui. La belle était étourdie comme une Polonaise, mais ses yeux clairs et sereins jetaient de ces longs regards qui promettent la constance. Le pauvre étudiant respirait à peine. La fille du vaïvode s’approcha hardiment, lui posa sur la tête sa coiffure en diadème, et jeta sur ses épaules une collerette transparente ornée de festons d’or. Elle fit de lui mille folies, avec le sans-gêne d’enfant qui est le propre des Polonaises, et qui jeta le jeune boursier dans une confusion inexprimable. Il faisait une figure assez niaise, en ouvrant la bouche et regardant fixement les yeux de l’espiègle. Un bruit soudain l’effraya. Elle lui ordonna de se cacher, et dès que sa frayeur se fut dissipée, elle appela sa servante, femme tatare prisonnière, et lui donna l’ordre de le conduire prudemment par le jardin pour le mettre dehors. Mais cette fois-ci, l’étudiant ne fut pas si heureux en traversant la palissade. Le gardien s’éveilla, l’aperçut, donna l’alarme, et les gens de la maison le reconduisirent à coups de bâton dans la rue jusqu’à ce que ses jambes rapides l’eussent mis hors de leurs atteintes. Après cette aventure, il devint dangereux pour lui de passer devant la maison du vaïvode, car ses serviteurs étaient très nombreux. Andry la vit encore une fois dans l’église. Elle le remarqua, et lui sourit malicieusement comme à une vieille connaissance. Bientôt après le vaïvode de Kovno quitta la ville, et une grosse figure inconnue se montra à la fenêtre où il avait vu la belle Polonaise aux yeux noirs. C’est à cela que pensait Andry, en penchant la tête sur le cou de son cheval.

Mais dès longtemps la steppe les avait embrassés dans son sein verdoyant. L’herbe haute les entourait de tous côtés, de sorte qu’on ne voyait plus que les bonnets noirs des Cosaques au-dessus des tiges ondoyantes.

— Eh, eh, qu’est-ce que cela veut dire, enfants ? vous voilà tout silencieux, s’écria tout à coup Boulba sortant de sa rêverie. On dirait que vous êtes devenus des moines. Au diable toutes les noires pensées ! Serrez vos pipes dans vos dents, donnez de l’éperon à vos chevaux, et mettons-nous à courir de façon qu’un oiseau ne puisse nous attraper.

Et les Cosaques, se courbant sur le pommeau de la selle, disparurent dans l’herbe touffue. On ne voyait plus même leurs bonnets ; le rapide éclair du sillon qu’ils traçaient dans l’herbe indiquait seul la direction de leur course.

Le soleil s’était levé dans un ciel sans nuage, et versait sur la steppe sa lumière chaude et vivifiante.

Plus on avançait dans la steppe, plus elle devenait sauvage et belle. À cette époque, tout l’espace qui se nomme maintenant la Nouvelle-Russie, de l’Ukraine à la mer Noire, était un désert vierge et verdoyant. Jamais la charrue n’avait laissé de trace à travers les flots incommensurables de ses plantes sauvages. Les seuls chevaux libres, qui se cachaient dans ces impénétrables abris, y laissaient des sentiers. Toute la surface de la terre semblait un océan de verdure dorée, qu’émaillaient mille autres couleurs. Parmi les tiges fines et sèches de la haute herbe, croissaient des masses de bleuets, aux nuances bleues, rouges et violettes. Le genêt dressait en l’air sa pyramide de fleurs jaunes. Les petits pompons de trèfle blanc parsemaient l’herbage sombre, et un épi de blé, apporté là, Dieu sait d’où, mûrissait solitaire. Sous l’ombre ténue des brins d’herbe, glissaient en étendant le cou des perdrix à l’agile corsage. Tout l’air était rempli de mille chants d’oiseaux. Des éperviers planaient, immobiles, en fouettant l’air du bout de leurs ailes, et plongeant dans l’herbe des regards avides. De loin, l’on entendait les cris aigus d’une troupe d’oies sauvages qui volaient, comme une épaisse nuée, sur quelque lac perdu dans l’immensité des plaines. La mouette des steppes s’élevait, d’un mouvement cadencé, et se baignait voluptueusement dans les flots de l’azur ; tantôt on ne la voyait plus que comme un point noir, tantôt elle resplendissait, blanche et brillante, aux rayons du soleil… ô mes steppes, que vous êtes belles !

Nos voyageurs ne s’arrêtaient que pour le dîner. Alors toute leur suite, qui se composait de dix Cosaques, descendait de cheval. Ils détachaient des flacons en bois, contenant l’eau-de-vie, et des moitiés de calebasses servant de gobelets. On ne mangeait que du pain et du lard ou des gâteaux secs, et chacun ne buvait qu’un seul verre, car Tarass Boulba ne permettait à personne de s’enivrer pendant la route. Et l’on se remettait en marche pour aller tant que durait le jour. Le soir venu, la steppe changeait complètement d’aspect. Toute son étendue bigarrée s’embrasait aux derniers rayons d’un soleil ardent, puis bientôt s’obscurcissait avec rapidité et laissait voir la marche de l’ombre qui, envahissant la steppe, la couvrait de la nuance uniforme d’un vert obscur. Alors les vapeurs devenaient plus épaisses ; chaque fleur, chaque herbe exhalait son parfum, et toute la steppe bouillonnait de vapeurs embaumées. Sur le ciel d’un azur foncé, s’étendaient de larges bandes dorées et roses, qui semblaient tracées négligemment par un pinceau gigantesque. Çà et là, blanchissaient des lambeaux de nuages, légers et transparents, tandis qu’ une brise, fraîche et caressante comme les ondes de la mer, se balançait sur les pointes des herbes, effleurant à peine la joue du voyageur. Tout le concert de la journée s’affaiblissait, et faisait place peu à peu à un concert nouveau. Des gerboises à la robe mouchetée sortaient avec précaution de leurs gîtes, se dressaient sur les pattes de derrière, et remplissaient la steppe de leurs sifflements. Le grésillement des grillons redoublait de force, et parfois on entendait, venant d’un lac lointain, le cri du cygne solitaire, qui retentissait comme une cloche argentine dans l’air endormi. À l’entrée de la nuit, nos voyageurs s’arrêtaient au milieu des champs, allumaient un feu dont la fumée glissait obliquement dans l’espace, et, posant une marmite sur les charbons, faisaient cuire du gruau. Après avoir soupé, les Cosaques se couchaient par terre, laissant leurs chevaux errer dans l’herbe, des entraves aux pieds. Les étoiles de la nuit les regardaient dormir sur leurs caftans étendus. Ils pouvaient entendre le pétillement, le frôlement, tous les bruits du monde innombrable d’insectes qui fourmillaient dans l’herbe. Tous ces bruits, fondus dans le silence de la nuit, arrivaient harmonieux à l’oreille. Si quelqu’un d’eux se levait, toute la steppe se montrait à ses yeux diaprée par les étincelles lumineuses des vers luisants. Quelquefois la sombre obscurité du ciel s’éclairait par l’incendie des joncs secs qui croissent au bord des rivières et des lacs, et une longue rangée de cygnes allant au nord, frappés tout à coup d’une lueur enflammée, semblaient des lambeaux d’étoffes rouges volant à travers les airs.

Nos voyageurs continuaient leur route sans aventure. Nulle part, autour d’eux, ils ne voyaient un arbre ; c’était toujours la même steppe, libre, sauvage, infinie. Seulement, de temps à autre, dans un lointain profond, on distinguait la ligne bleuâtre des forêts qui bordent le Dniepr. Une seule fois, Tarass fit voir à ses fils un petit point noir qui s’agitait au loin :

— Voyez, mes enfants, dit-il, c’est un Tatar qui galope.

En s’approchant, ils virent au-dessus de l’herbe une petite tête garnie de moustaches, qui fixa sur eux ses yeux à la fente mince et allongée, flaira l’air comme un chien courant, et disparut avec la rapidité d’une gazelle, après s’être convaincu que les Cosaques étaient au nombre de treize.

— Eh bien ! enfants, voulez-vous essayer d’attraper le Tatar ? Mais, non, n’essayez pas, vous ne l’atteindriez jamais ; son cheval est encore plus agile que mon Diable.

Cependant Boulba, craignant une embûche, crut-il devoir prendre ses précautions. Il galopa, avec tout son monde, jusqu’aux bords d’une petite rivière nommée la Tatarka, qui se jette dans le Dniepr. Tous entrèrent dans l’eau avec leurs montures, et ils nagèrent longtemps eu suivant le fil de l’eau, pour cacher leurs traces. Puis, après avoir pris pied sur l’autre rive, ils continuèrent leur route. Trois jours après, ils se trouvaient déjà proches de l’endroit qui était le but de leur voyage. Un froid subit rafraîchit l’air ; ils reconnurent à cet indice la proximité du Dniepr. Voilà, en effet, qu’il miroite au loin, et se détache en bleu sur l’horizon. Plus la troupe s’approchait, plus le fleuve s’élargissait en roulant ses froides ondes ; et bientôt il finit par embrasser la moitié de la terre qui se déroulait devant eux. Ils étaient arrivés à cet endroit de son cours où le Dniepr, longtemps resserré par les bancs de granit, achève de triompher de tous les obstacles, et bruit comme une mer, en couvrant les plaines conquises, où les îles dispersées au milieu de son lit refoulent ses flots encore plus loin sur les campagnes d’alentour. Les Cosaques descendirent de cheval, entrèrent dans un bac, et après une traversée de trois heures, arrivèrent à l’île Hortiza, où se trouvait alors la setch, qui changea si souvent de résidence. Une foule de gens se querellaient sur le bord avec les mariniers. Les Cosaques se remirent en selle ; Tarass prit une attitude fière, serra son ceinturon, et fit glisser sa moustache entre ses doigts. Ses jeunes fils s’examinèrent aussi de la tête aux pieds avec une émotion timide, et tous ensemble entrèrent dans le faubourg qui précédait la setch d’une demi-verste. À leur entrée, ils furent assourdis par le fracas de cinquante marteaux qui frappaient l’enclume dans vingt-cinq forges souterraines et couvertes de gazon. De vigoureux corroyeurs, assis sur leurs perrons, pressuraient des peaux de bœufs dans leurs fortes mains. Des marchands colporteurs se tenaient sous leurs tentes avec des tas de briquets, de pierres à feu, et de poudre à canon. Un Arménien étalait de riches pièces d’étoffe ; un Tatar pétrissait de la pâte ; un juif, la tête baissée, tirait de l’eau-de-vie d’un tonneau. Mais ce qui attira le plus leur attention, ce fut un Zaporogue qui dormait au beau milieu de la route, bras et jambes étendus. Tarass s’arrêta, plein d’admiration :

— Comme ce drôle s’est développé, dit-il en l’examinant. Quel beau corps d’homme !

En effet, le tableau était achevé. Le Zaporogue s’était étendu en travers de la route comme un lion couché. Sa touffe de cheveux, fièrement rejetée en arrière, couvrait deux palmes de terrain à l’entour de sa tête. Ses pantalons de beau drap rouge avaient été salis de goudron, pour montrer le peu de cas qu’il en faisait. Après l’avoir admiré tout à son aise Boulba continua son chemin par une rue étroite, toute remplie de métiers faits en plein vent, et de gens de toutes nations qui peuplaient ce faubourg, semblable à une foire, par lequel était nourrie et vêtue la setch, qui ne savait que boire et tirer le mousquet.

Enfin, ils dépassèrent le faubourg et aperçurent plusieurs huttes éparses, couvertes de gazon ou de feutre, à la mode tatare. Devant quelques-unes, des canons étaient en batterie. On ne voyait aucune clôture, aucune maisonnette avec son perron à colonnes de bois, comme il y en avait dans le faubourg. Un petit parapet en terre et une barrière que personne ne gardait, témoignaient de la prodigieuse insouciance des habitants. Quelques robustes Zaporogues, couchés sur le chemin, leurs pipes à la bouche, les regardèrent passer avec indifférence et sans remuer de place. Tarass et ses fils passèrent au milieu d’eux avec précaution, en leur disant :

— Bonjour, seigneurs !

— Et vous, bonjour, répondaient-ils.

On rencontrait partout des groupes pittoresques. Les visages hâlés de ces hommes montraient qu’ils avaient souvent pris part aux batailles, et éprouvé toutes sortes de vicissitudes. Voilà la setch ; voilà le repaire d’où s’élancent tant d’hommes fiers et forts comme des lions ; voilà d’où sort la puissance cosaque pour se répandre sur toute l’Ukraine. Les voyageurs traversèrent une place spacieuse où s’assemblait habituellement le conseil. Sur un grand tonneau renversé, était assis un Zaporogue sans chemise ; il la tenait à la main, et en raccommodait gravement les trous. Le chemin leur fut de nouveau barré par une troupe entière de musiciens, au milieu desquels un jeune Zaporogue, qui avait planté son bonnet sur l’oreille, dansait avec frénésie, en élevant les mains par-dessus sa tête. Il ne cessait de crier :

— Vite, vite, musiciens, plus vite. Thomas, n’épargne pas ton eau-de-vie aux vrais chrétiens.

Et Thomas, qui avait l’œil poché, distribuait de grandes cruches aux assistants. Autour du jeune danseur, quatre vieux Zaporogues trépignaient sur place, puis tout à coup se jetaient de côté, comme un tourbillon, jusque sur la tête des musiciens, puis, pliant les jambes, se baissaient jusqu’à terre, et, se redressant aussitôt, frappaient la terre de leurs talons d’argent. Le sol retentissait sourdement à l’entour, et l’air était rempli des bruits cadencés du hoppak et du tropak[3]. Parmi tous ces Cosaques, il s’en trouvait un qui criait et qui dansait avec le plus de fougue. Sa touffe de cheveux volait à tous vents, sa large poitrine était découverte, mais il avait passé dans les bras sa pelisse d’hiver, et la sueur ruisselait sur son visage.

— Mais ôte donc ta pelisse, lui dit enfin Tarass ; vois comme il fait chaud.

— C’est impossible, lui cria le Zaporogue.

— Pourquoi ?

— C’est impossible, je connais mon caractère ; tout ce que j’ôte passe au cabaret.

Le gaillard n’avait déjà plus de bonnet, plus de ceinture, plus de mouchoir brodé ; tout cela était allé où il avait dit. La foule des danseurs grossissait de minute en minute ; et l’on ne pouvait voir sans une émotion contagieuse toute cette foule se ruer à cette danse, la plus libre, la plus folle d’allure qu’on n’ait jamais vue dans le monde, et qui s’appelle, du nom de ses inventeurs, le kasatchok.

— Ah ! si je n’étais pas à cheval, s’écria Tarass, je me serais mis, oui, je me serais mis à danser moi-même !

Mais, cependant, commencèrent à se montrer dans la foule des hommes âgés, graves, respectés de toute la setch, qui avaient été plus d’une fois choisis pour chefs. Tarass retrouva bientôt un grand nombre de visages connus. Ostap et Andry entendaient à chaque instant les exclamations suivantes :

— Ah ! c’est toi, Pétchéritza.

— Bonjour, Kosoloup.

— D’où viens tu, Tarass ?

— Et toi, Doloto ?

— Bonjour, Kirdiaga.

— Bonjour, Gousti.

— Je ne m’attendais pas à te voir, Rémen.

Et tous ces gens de guerre, qui s’étaient rassemblés là des quatre coins de la grande Russie, s’embrassaient avec effusion, et l’on n’entendait que ces questions confuses :

— Que fait Kassian ? Que fait Borodavka ? Et Koloper ? Et Pidzichok ?

Et Tarass Boulba recevait pour réponse qu’on avait pendu Borodavka à Tolopan, écorché vif Koloper à Kisikermen, et envoyé la tête de Pidzichok salée dans un tonneau jusqu’à Constantinople. Le vieux Boulba se mit à réfléchir tristement, et répéta maintes fois :

— C’étaient de bons Cosaques !


  1. Nom des étudiants laïques.
  2. Nom du surveillant, ou chef de quartier, choisi parmi les étudiants.
  3. Danses cosaques.