Thresor de la langue françoise/Que

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Index Général A B C D E F G H I JK L M N O P Q R S T UV W X Y Z
◄  Quay
Quel  ►

Que, quelquesfois est nom, & ores interrogatif, comme, Que veut-il ? Quid vult ? quid quaerit ? Ores relatif, de tout genre, comme, Le liure que tu escrits, Liber quem scribis. La femme que tu as espousé, Vxor quam duxisti. Et quelquesfois conionction, comme, Ie sçay que tu as de l’argent, Scio quod pecuniam habes. (Pour exprimer le terme François mot à mot) Ie sçay que tu viendras aux nopces, Scio quòd nuptiis affuturus es. Et par fois aduerbe de telle signification qu’est Partim ou tum en Latin. Nicole Gilles en la vie de Charles vii. Et prindrent lesdits Hongres en tirant vers Grece & Constantinople huit vingts, que citez, que villes murées Expugnarunt centum sexaginta partim (aut tum) ciuitates, partim pagos moenibus cinctos, id est, quarum aliae ciuitates, aliae pagi muro circundati.

Qu’est cela ? Quid hoc rei est ?

Qu’en est il ? Quid tum ?

Escri moy qu’est-ce qu’il luy semble de cecy, Quid sententiae sit de hac re scribe.

Qu’est-il de faire ? Quid nunc agimus ?

Qu’y seroy-ie ? si tu as arresté de le faire, fay-le, Quid istic ? si certum est facere, facias.

Qu’y feroit-il ? Quid faceret ?

Qu’est-ce à dire cela ? Quid istuc verbi est ?

Qu’est-ce doncques, si ce n’est, &c. Quid, si non hoc contumelia est ?

Que veux-tu que ie die, Quid quaeris ?

Que diras-tu si ie te monstre deux fois plus, &c. Quid si duabus partibus doceo te, &c.

La cognois-tu ? p. Que fay-ie donc ? Nostín p. Quidni ?

Que fais-tu ? Quam rem agis ? Quid agis ?

Qu’est-ce que fait ici Cherea ? Quidnam Chaerea hic rerum gerit ?

Qu’y eust-il fait autre chose ? Quid fecisset aliud ?

Que demanderoy-ie autre chose ? Quid, quid aliud volui dicere ?

Que sera-il fait de toy ? Quid de te futuru est ? Vel, Quid de te fiet ?

Qu’est-ce qui fait que tu es assis en ce lieu ? Quid est cur tu in isto loco sedeas ?

Que penses-tu faire ? Quid vis tibi, aut quid quaeris ?

Qu’en as-tu affaire ? Quid tua id refert ?

Qu’a cestuy-là qui vient si esmeu ? Quid ille commotus venit ?

Que ne te tais ? tu ne te soucie de rien, Quin taces ?

Il monstre qu’est-ce qu’il a deliberé de faire, Quid sui consilij sit ostendit.

Que ie prie à Dieu qu’il, &c. Vt te equidem Deus quantum est Syre perdat.

Que ce meschant homme là se moque de moy ? Dit par grand courroux, Impuratus me ille vt etiam irrideat ?

Que tu ne die, &c. Vt non dicas, &c.

Qu’il ne tienne point à Pamphile, In Pamphilo vt nihil sit morae.

Voicy la sixieme année que nous besoignons à ceci, Hic annus sextus est postquam rei huic operam damus.

Voici le troisiéme iour que te l’ay ouy, Terti9 hic dies est quòd audiui.

Plus tost que moy, Potius atque ego, vel quàm ego.

Auoir plus deux fois de ferremens que de gens, Ferramenta duplicia, quàm numerus seruorum exigit, reposita habere.

Ie diray ceci tant seu ement, c’est qu’il ne m’est rien si aggreable que ce que tu l’aimes, Tantùm dicam. nihil mihi gratius esse, quàm quòd eam diligis.

Cela est plus beau que quand, &c. Hoc pulchrum est, prae quàm vbi sumptus petunt.

Il est plus grand que nous ne l’exprimerons, Maius quàm quantum à nobis exprimetur.

Ausi, vray que si Apollo l’auoit dit, Non magis verum Apollinis, atque hoc responsum est.

Me veux-tu rien dire que ie m’en aille ? Nunquid vis quin abeam ?

Ie ne me puis garder ou tenir que ie ne te l’enuoye, Facere non possum quin ad te mittam.


Il ne s’en faut rien que ie ne soy miserable, Prorsus nihil abest quin sim miserrimus.

Ils estoient de tenus du vent qu’elles ne pouuoient paruenir au mesme port, Vento tenebantur quo minus in eundem portum peruenire possent.

Iamais ie ne sors si matin que ie ne te voye au champ, Nunquam tam manè egredior, quin te in fundo conspicer.

Que ne voles-tu ici & viens voir le, &c. Quin tu aduolas, & sedem inuisis illius nostrae reip. germanae.

Que ne m’en vay-ie ? Quin abeo ?

Que aucun, Nequis.

Que aucune deduction & rabat ne se fist, Ne qua deductio fieret.

Ie te prie que tu ne la delaisse point, Te obtestor, ne abs te hanc segreges, neu deseras.

Que ie sçache, Quod equidem sciam.

Non pas que i’en aime, &c. Non pol quo quemquam plus amem, aut plus diligam, eo feci.

Ie ne le dy pas pourtant que ie doute de ta loyauté, No eo dico C. Aquili, quo mihi veniat in dubium tua fides.

Elles sont si doulces, que non seulement, &c. Ita sunt dulces, vt non legantur modò, sed etiam ediscantur.

Que si aucun se trouue qui soit, &c. Sin aliquis excellet vnus è multis, &c.

Que si ie me fusse deporté, il, &c. Quòd si quiesse, nihil euenisset mali.

Pleust à Dieu qu’il fust en ma puissance de le faire, Vtinam esset facultatis meae.

Pourueu que tu le puisses faire aiséement, & que tu ayes le loisir, Quod commodo tuo fiat.

Pourueu qu’il ne t’en vienne aucun mal, Quod commodo valetudinis tuae fiat.