Mozilla.svg

Tristan (Béroul, éd. Muret)/Index

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par Ernest MuretE. Champion (p. 149-152).

INDEX DES NOMS PROPRES



Acre, Saint-Jean d’Acre ; le mal d’Acre [3849], allusion à l’épidémie qui sévit parmi les croisés durant le siège d’Acre, en 1190 et 1191.
Adan 1134, Adam.
Andret [3783], nom. Andrez 3877, 4035, Andrez ou Audrez 2870. Dans le poème allemand d’Eilhart d’Oberg et dans le roman français en prose, Andret (all. Antrêt.), cousin de Tristan, figure au premier rang de ses ennemis. En restituant son nom au v. 3783, j’ai eu présent à l’esprit l’Antrêt d’Eilhart, tel qu’il nous apparaît à deux reprises, à cheval dans le cortège d’Iseut et la surveillant d’un œil jaloux. Nulle part, à la vérité, l’inimitié des deux cousins ne ressort avec évidence de notre poème. Mais, quand nous voyons ce personnage associé dans la mort avec le coupable forestier (4035-44), quand les récits d’Eilhart et du roman en prose sont remplis de sa haine implacable contre les amants, il n’est guère croyable qu’on lui ait jamais attribué à leur égard un rôle d’ami et de conciliateur. C’est donc, vraisemblablement, un autre que lui qu’il faut reconnaître, aux vers 2870-2, dans ce personnage, originaire de Lincoln, qui paraît s’employer avec zèle en faveur de Tristan.
Artur 649, 3398, 3495, [3702], 4251, Artus 684, 1578, 3249, etc., roi de la Grande-Bretagne, d’après la tradition galloise et les romans de la Table Ronde.


Bel Joeor (le) 3997, cheval de Tristan.
Berox 1268, 1790, Béroul, auteur du poème, au moins de la première partie.
Blanche Lande (la) 2653, 3268, 4009, la Lande Blanche 3298, nom de lieu identifié par M. Loth (p. 80) avec un important manoir de Cornouailles.
Brengain 340, 370, 506, 511, 523, 528, 531, 535, 553, 2208, 4035, 4417, suivante d’Iseut.
Bretaigne 2247, 2310, la Petite Bretagne ou Bretagne armoricaine.


Caharès 3076, Carhaix (Finistère, arr. de Châteaulin).
Carduel 650, 684, Carlisle, ville du nord de l’Angleterre, une des résidences du roi Artur.
Carloon 3758, a été jusqu’à présent identifié à Caerlleon-sur-Wysc (cf. Cuerlion), mais pourrait être l’un des Carlyon de Cornouailles (Loth, p. 65).
Castele 3987, Castille.
Chaton-s 1939, Caton. Allusion aux Disticha Catonis, célèbres distiques moraux plusieurs fois traduits en français au moyen âge. On y chercherait vainement le conseil attribué ici à Caton.
Cinglor 4057, chevalier de la Table Ronde, inconnu des autres romans du cycle breton.
Coris 4058, chevalier de la Table Ronde, inconnu des autres romans du cycle breton.
Corneualan 468, 953 ; Corneualeis 121, 877, Corneualois 2545, 4122 ; Cornot [3056], 3254, 3265, nom. sg. Cornoz (2632), ethniques dérivés du nom de Cornouailles.
Cornoualle 854, 1371, 1471, 2624, 2655, 2923, 4265, 4466, etc., Cornouailles, presqu’île au sud-ouest de la Grande-Bretagne.
Costentin 278, Constantin. Allusion à une fable répandue au moyen âge, d’après laquelle un nain difforme aurait été l’amant de la femme de l’empereur Constantin.
Costentin 2386, serait, d’après M. Loth (p. 85), Constantine, paroisse de Cornouailles, à cinq ou six milles de Falmouth, mais doit être bien plutôt le Cotentin normand.
Croiz Roge (la) 1909, 2419, 2646, 2650, la Croiz 1915, 1957, la Croix Rouge, nom de lieu.
Cuerlion 3368, Caerlleon-sur-Wysc (Caerleon upon Usk), dans le Pays de Galles, une des résidences du roi Artur. Cf. Carloon.


Damledé 909, 2584, Damledeu 3232, le Seigneur Dieu.
Danaalain, voy. Denoalen.
, Dieu.
Denoalen 4382, 4434, Dono[a]len 3839, Denaalain 3474, Dan[a]alain 3139, Dinoala[i]n 3484, Denoalan 4371, Do[no]alan 4401, Denoalent 4374, Donoalent 4238, nom donné dans la seconde partie à l’un des trois barons ennemis de Tristan.
Deu 32, [755], nom. deus (755), Dex, Dieu.
Dinan 1085, 1133, 2847, possession du sénéchal Dinas.
Dinas 1085, 1125, 2531, 2546, 2847, 2876, 2935, 2984, 3853, 3865, 4301, sénéchal du roi Marc et fidèle ami de Tristan.
Dinoalain, Donoalent, voy. Denoalen.
Dureaume 2232, Durelme 4264, Durham, ville d’Angleterre.


Escoce 3133, Écosse.
Evains, voy. Ivain (2).


François [3426], Français.
Frise 2246, 2610, peut-être le pays de Dumfries, en Écosse ; la mer de Frise [2408], peut-être l’estuaire du Forth, qui baigne la côte septentrionale du Lothian (cf. Loenoi) et que la compilation de Nennius appelle mare Fresicum ou Fressenicum (ms. Frenessicum).
Frocin 320, 645, Frocine 470, 1328 ; nom. Froci[n]s 328, nain astrologue, ennemi de Tristan.


Gales 336, 2129, le Pays de Galles.
Galois 1577, 3758, Gallois, Celte de Galles ou de Cornouailles.
Gascoingne 1974, Gascogne.
Gaugains, voy. Gauvain.
Gauvain 3414, 3471, Vauvain 4058 ; nom. Gauvains 3258, 3457, 4010, 4058, Gaugains 4060, chevalier de la Table Ronde, neveu du roi Artur, renommé pour sa prouesse et sa courtoisie.
Gavoie 2631, et peut-être [2925], le pays de Galloway, en Écosse.
Gerflet 3471, 4011, 4057, Girflet 4014, nom. Girflez 3259, l’un des principaux chevaliers de la Table Ronde.
Godoïne 3138, 3474, 4462, Gondoïne 4356, 4429, Gondoïne ou Goudoïne 3477, 4239, 4341, 4364, Gondouine ou Goudouïne 4396, nom donné dans la seconde partie à l’un des trois barons ennemis de Tristan.
Governal 242. 965, 1235, 1259, 1273, 1281, 1294, 1354, 1532, 1602, 1669, 1832, 2479, 3578, 3609, 3993, 4045, 4069, etc., gouverneur et écuyer de Tristan.
Gué Aventuros (le) 1320, 2677. 3436, nom de lieu.
Guenelon 3138, [3462], 3475. 4238, nom donné dans la seconde partie à l’un des trois barons ennemis de Tristan.


Hudent 2778, Husdent 1457, 2696, etc., Husdant 1475, 2724, Husdan 1484, nom. Husdenz [1444], Husdens 1561, chien de Tristan.


Irlande 2033, 2557, 2617, 2622, 3061, patrie d’Iseut.
Iseut, Yseut, fille du roi d’Irlande, femme du roi Marc de Cornouailles, amante de Tristan.
Isneldone 3373, Stirling, en Écosse, une des résidences du roi Artur.
Ivain (1), 1219, 1247, 1250, Ivein 1156, Yvain 1261, 1265, nom. Yvains 1228-9, le chef des lépreux auxquels Iseut est livrée par le roi Marc.
Ivain (2), 4057, nom. Evains 3483, célèbre chevalier de la Table Ronde, le Chevalier au Lion de Chrétien de Troyes.


Jesu 1000, 2263, Jésus.


Lancïen 1155, 2359, 2438, 2453, Lencïen 2392, cité, résidence du roi Marc, d’après la première partie de notre roman et l’épisode de Tristan ménestrel, dans le Perceval de Gerbert de Montreuil ; aujourd’hui Lantien ou Lantyan, village de Cornouailles, dans la paroisse de Saint-Sampson’s, sur la rivière de Fowey, jadis chef-lieu d’un important manoir mentionné dans le Domesday Book sous les formes Lantien et Lanthien (Loth, p. 72).
Lande Blanche, voy. Blanche Lande.
Lidan 2232, 3562, nom de lieu. Suivant Eilhart d’Oberg, le sénéchal Tinas est seigneur de Litan, tandis que, dans notre poème, la résidence de Dinas est à Dinan. Sur ces noms, voy. Loth, p. 90.
Loenoi 2868, Loenois [2310], patrie de Tristan, située d’après les plus anciens romans en Grande-Bretagne, mais confondue plus tard avec le pays de Léon, dans la Bretagne française. « Le Loonois a été identifié par F. Loth avec le Lothian, en Écosse. Il n’est pas impossible non plus, écrit M. J. Loth (p. 88), que ce pays ait désigné la région de Caerlleon-sur-Wysc dont la situation conviendrait mieux. »
Lucifer 322, l’étoile Vénus.


Mal Pas (le) 3295, 3347, 3689, 3697, 3707, 3786, 3884, le Pas 3614, 3866, nom de lieu identifié par M. Loth (p. 79) avec Malpas, sur la rivière de Truro, en Cornouailles.
Malpertuis [4286], résidence du goupil dans le roman de Renart. Le texte corrigé donne à entendre que Tristan est très rusé.
Marc, nom. Mars, roi de Cornouailles, oncle de Tristan et mari d’Iseut.
Marie 1000, sainte Marie 148, la Vierge Marie.
Mont (le) 2733, le Mont Saint-Michel de Cornouailles (Loth, p. 87).
Morhot (le) 136, 2038, Morhout 28, 848, 855, géant irlandais, oncle maternel d’Iseut, jadis tué par Tristan en combat singulier.
Morrois 1275, 1648, 1662, 2090, Morroi 1900, grande forêt située dans les états du roi Marc, non loin de la résidence royale ; identifiée par M. Loth (p. 82) avec le manoir de Moresc ou Saint-Clement’s, près Truro, en Cornouailles.


Nicole 2870, Lincoln, ville d’Angleterre.
Niques 4129, Nicée.
Noirs de la Montaigne (li) 4016, nom d’un chevalier.


Ogrin 1362, 2266, 2411, 2658, 2809, etc., nom. Ogrins 1377, 2428, 2483, etc., nom de l’ermite qui s’emploie à réconcilier les amants avec le roi Marc.
Orri 2817, 3017, nom. Orris 3019, nom du forestier qui héberge Tristan après sa séparation d’avec Iseut.
Otran 1406, Otrant, l’un des deux rois sarrasins de Nîmes, d’après les chansons de geste du cycle de Guillaume d’Orange.

Pas, voy. Mal Pas.
Passelande 3522, cheval du roi Artur.
Pentecoste 1776, Pentecôte.
Perinis (perinis) 2761, 2830, 3026, 3289, 4347, 4416, etc., Pirinis 764, 3393, valet attaché à la personne d’Iseut ; son chambellan, d’après Eilhart d’Oberg.


Qeu 3259, célèbre chevalier de la Table Ronde, sénéchal du roi Artur.
Qui ne faut (l’arc) 1752, 1781.


Renebors 3722, Ratisbonne (all. Regensburg).
Rome 281, 1138, etc.


SAINTS invoqués dans le roman :
André 3132, l’apôtre saint André, dont les reliques étaient conservées à Saint-Andrew’s, en Écosse.
Estiene le Martir 3070, saint Étienne, premier martyr.
Evrol [238], saint Évroult.
Martin 476.
Richier 3466, saint Riquier.
Thomas 1126, l’apôtre saint Thomas.
Tresmor de Caharés 3076, saint Trémeur (Trechmor), saint breton, patron de l’église principale de Carhaix.
Ylaire 4201, saint Hilaire.
Saint Jehan (la) 2147, la Saint-Jean-Baptiste (24 juin).
Saint Lubin 4350, nom de lieu.
Saint Sanson 2973, 2994, église de la ville capitale du roi Marc, identifiée par M. Loth (p. 74) avec l’ancienne chapellenie, depuis 1507 paroisse, de Saint-Sampson’s, où se trouve Lancien. Aux yeux du poète, qui nomme l’evesque (2976 et 2981), Saint-Samson semble être une cathédrale ; mais, de son temps, il n’y avait pas d’évêque en Cornouailles, l’ancien évéché, dont le siège était à Saint-Germans, ayant été réuni en 1040 à celui de Devon.
Saisne 3254, Sesne 3426, Saxon, Anglais.
Salemon 41, 1461, Salomon. Le premier des deux dictons attribués à Salomon rappelle la strophe 59 du poème De Marco e de Salemons (Méon, Nouveau recueil, I, p. 416) :

Qui en sa meson
Atret lou larron
Domage i reçoit,
Ce dist Salemons.

Il est d’ailleurs très répandu dans les langues européennes : Fr. Michel en a réuni plusieurs exemples dans les notes de son Tristan (II, p. 311). Le second ne se retrouve dans aucun des livres qui portent le nom de Salomon.
Segoçon [279], nom d’un nain difforme dont on racontait qu’il avait été aimé par la femme de l’empereur Constantin.
Sesne, voy. Saisne.


Table Reonde (la) 3379, 3706, la Table Ronde du roi Artur.
Tintaguel 264, Tintajol 880, 1040, 3150, Tintagell, château aujourd’hui en ruine, situé sur la côte N.-O. de Cornouailles et fameux dans la légende et les romans du roi Artur et de la Table Ronde ; résidence du roi Marc, d’après la seconde partie de notre poème, Eilhart et le roman en prose.
Tolas 4058, chevalier de la Table Ronde, appelé ailleurs Taulas.
Tristran, Tristrant [2960], nom. Tristrans, Tristranz (2960), neveu du roi Marc de Cornouailles et amant d’Iseut ; le Saut Tristran 954, nom de lieu mentionné aussi dans le roman en prose (Lœseth, p. 42).
Tudele 3410, Tudela, ville de la Navarre espagnole.


Urïen [3483], père du chevalier Ivain.


Vauvain, voy. Gauvain.


Yseut, Yvain, voy. Iseut, Ivain (I).