75%.svg

Tusculanes/Sentiment d’Érasme sur Cicéron

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Sentiment d’Érasme sur Cicéron
Traduction par Nisard.
(p. 628-629).

SENTIMENT D’ÉRASME
SUR CICÉRON.

Jean Frobon, Libraire, voulant donner une nouvelle édition des Tusculanes de Cicéron, et m’ayant prié de tâcher à la rendre plus parfaite que les précédentes, je m’y suis porté d’autant plus volontiers, que depuis plusieurs années j’avais presque rompu tout commerce avec les belles lettres. Pour ceki, j’uit (ail conférer ensend)le diverses copies de cet ouvnij ; e, el me suis réservé la liberté de choisir entre les variantes..Je l’ai revu avec soin d’un bout il l’autre. J’ai rétabli selon les règles de la versification les passades des poètes grecs ou latins, que Cicéron, à l’exemple de Platon et d’Aristote, insère dans son discours : et si abondamment, qu’il peut y avoir de quoi fatiguer ses lecteurs. Où j’ai trouvé des variardes ; si l’une m’a paru la seule lioiuie, je m’y suis tenu ; et si j’ai balancé sur le choix, j’ai conservé les deux leçons, l’une dans le texte, l’autre à la marge. J’ai fait aussi quelques corrections de mon chef, et sans être guidé par les manuscrits, mais en petit nombre, el seulement dans les endroits où la chose devait paraître incontestable aux gens du métier. J’ai donné enfin quelques éclaircissements sur le texte. C’est un travail de deux ou trois jours, que j’ai été obligé de prendre sur mes études ordinaires, qui ont pour objet l’avancement de la Religion. Mais bien loin d’y avoir regret, je me propose au contraire de renouer, si j’en suis le maître, avec mes bons amis d’autrefois, et de passer encore quelques mois de ma vie avec eux. J’entends avec les auteurs de la belle antiquité. Tant j’ai senti qu’une nouvelle lecture des Tusculanes me faisait de bien : non-seulement parce qu’elle servait à dérouiller mon style, qui est chose que je ne laisse pas de compter pour un avantage : mais surtout, et à bien plus forte raison, parce qu’elle me portait à répiimer et à vaincre mes passions. Eh ! combien de fois, au milieu de ma lecture, me suis-je indigné contre ces sols, qui disent que si vous ôtez à Cicéron un fastueux étalage de paroles, il ne lui reste rien de beau ? Quelles preuves n’a-t-on pas dans ses ouvrages, qu’il possédait tout ce que les plus savants des Grecs avaient écrit sur la nécessité de bien vivre ? Quel choix, quelle abondance de maximes les plas saines et les plus saintes ? Quelle connaissance de l’histoire, soit ancienne, soit moderne ?.Mais quelle élévation d’idées sur la vraie félicité de l’homme ? On voit à sa manière de penser là-dessus, que sa vie était conforme à sa doctrine. Quand il a traité de ces matières abstraites, qui ne sont nullement à la portée du vulgaire, et qui même, s’il en avait cru plusieurs de ses contemporains, ne pouvaient s’expliquer en langue latine ; quelle netteté, quelle clarté, quelle facilité, cpielle variété, enfm quel enjouement ? Jusqu’au temps de Sociale, la philosophie se bornait à la physique : et ce fut lui, dit-on, qui le premier, en la prenant du côté de la morale, lui donna entrée dans les maisons des particuliers. Platon et Aristote tAchèrent de l’introduire dans les cours des rois, et dans les tribunaux des magistrats. Pour ce qui est de Cicéron, il a fait, selon moi, monter la plùlosophie sur le théâtre, et il lui a enseigné à parler si clairement, que le parterre même se trouve en état de l’entendre, et de lui applaudir. Tant d’ouTages qu’il nous a laissés sur ces importantes matières, il les composa dans les temps les plus orageux de sarépublicpie, et quelques-uns même après que toute espéranre fut perdue. Tandis donc que nous voyous des piiiens faire un si bon usage d’un triste loisir, et au lieu de chercher à se distraire par des plaisirs frivoles, mettie leur consolation dans les saints préceptes de la philosophie : comment nous aujourd’hui n’avonsnons pas honte de nos vaine* conversation », et <le nos longs repas ? Je ne.sais ce qui se passe dans l’esprit des autres : mais pour moi personnellement, j’avoue que je ne lis point Cicéron, sa morale surtout, sans être frappe jus(|u’au iKiint de croire qu’il y avait du divin dans l’âme d’où (es productions nous sont venues. IMiis je pense coudiien ast au-dessus des idées humaines la bonté de Dieu, cette bonté immense, à laquelle certaines gens, qui sans doute la meturenl à la petitesse de leur esprit, veulent donner des bornes trop étroites ; plus j’aime à me confirmer dans l’opinion que j’ai de ce sage Romain. Oit est maintenant son âme ? C’est sur quoi aucun lionuue, peutélre, ne saurait prononcer. Je ne m’éloignerais pas iieaueoup, je l’avoue, du sentiment de ceux i|ui voudraient le croire liemeux dans le ciel. On ne peut effectivement nier qu’il n’ait rru l’existence d’un être suprémi’, infiniment grand, et inliniment bon. Quant àrinioiortalilé de lime, quant aux peines et aux ré^conipenses de la vie future, ses écrilii font assez voir ce qu’il pensait. On y découvie la conscience du monde la plus droite et la plus l)ure. Au déiaut même de ses autres ouvrages, qui sont en si grand nombre, il noussuldrait pour le connaître à fond, de sa lettre à Octavius, écrite dans une conjoncture où sa mort, à ce qu’il parait, était déjà toute conclue. Si les Juifs avant la publication de l’Évangile, pouvaient se sauver avec une foi grossière et confuse aux choses divines, pourquoi des lumières encore moins parfaites n’auronl-eiies pas sufli pour sauver un païen, a qui même la loi de Moïse étJiit inconnue ; et un païen surtout, dont la vie a été non-seulement innocente, mais sainte ? ïrè.s-|)€u de Juifs, avant qu’ils fussejit éclairés par l’Évangile, avaient une notion dislinele du Fils et du Saint-Esprit : ])lusieurs d’eux ne croyaient point la résurrection des corps : nos pères cependant n’ont pas mis leur damnation au rang des articles décidés. Que dire donc d’un païen, qui a cru simplement que Dieu était une puissance, une sagesse, ime bonté sans bornes ; et que par les moyens qu’il jugera les plus convenables, il saura protéger les bons et punir les méchants ? On peut m’objecter que Cicéron a commis des péchés : mais ni Job ni Melchisédech ne furent, à ce que je crois, exempts de tache durant tout le cours de leur vie. On dira qu’il est du moins inexcusable d’avoir sacrifié aux idoles. Je veux qu’il l’ait fait : ce ne fut point de son propre mouvement : ce fut par déférence pour les coutumes de son pays, autorisées par des lois inviolables. Car, du reste, il savait assez par l’Histoire sacrée d’Ennius, que tout ce qui se débitait de leurs Dieux, était pure fiction. Mais, ajoutcra-t-on, il devait au péril même de sa vie combattie la folie du peuple. Eh ! les apôtres eux-mêmes en auiaient-ils eu le courage, avant qu’ils eussent reçu l’Espiit saint ? Il serait donc bien injuste de l’exiger de Cicéron. Mais sur cet article, laissons chacun penser ce qu’il voudra. Je reviens à ces esprits grossiers, qui ne lui trouvent rien de grand, rien d’admirable, que la pompe de son éiorulion. Un écrivain si plem de recherches, si clair, si abondant, et qui met tant d’âme daas tout ce qu’il dit, pourrait-il ne paséire vraiment profond ! Quel est celui de ses lecteurs, qu’il ne renvoie pas avec un cœur plus calme 1 Peut-on, accablé de tristesse, prendre quelqu’un de ses livres, et ne sentir pas renaître de la gaieté ? Vous ne songez pas que vous faites une lecture ; vous croyez que ce sont choses qui se passent sous vos yeux ; U règne dans tous ses écrits je ne sais quel enthousiasme qui s’empare de vous, et qui fait qu’en le lisant vous croyez qu’actuellement celle bouche inconi|)arable vous frappe l’oreille. Aussi ne vois-je rien de plus utilement inventé que l’art de former des caractères qui expriment la parole, rien de si bien imaginé que l’imprimerie. Qu’y a-t-il, en effet, de plus heureux, que de pouvoir, toutes les fois qu’il en prend envie, converser avec les plus éloquents personnages, avec les plus gens de bien qu’il y eut jamais : et connaître aussi parfaitement leur génie, leurs mœurs, leurs pensées, leurs inclinations, leur conduite, que si nous avions été leurs contemporains et leurs amis, nous qui sommes venus au monde tant de siècles après eux ? Je n’ai jamais mieux compris qu’aujourd’hui, combien Quintilien a raison, lorsqu’il dit : Que d’avoir commencé à prendre beaucoup de goût pour Cicéron, c’est être déjà bien avancé. Dans mon enlance, je l’aimais moins que Sénèque. J’avais vingt ans, que je ne pouvais pas eu soutenir une lecture un peu longue. Cependant les autres auteurs me plaisaient piestiue tous. Je ne sais si j’ai fait du progrès en vieillissant : mais ce qu’il y a de vrai, c’est que dans le temps où les belles-lettres taisaient ma passion, je ne fus jamais plus charmé de Cicéron, que je viens de l’être. La sainteté de ce savant homme m’a ébloui, autant que la beauté de son divin style. Véritablement il m’a touché le cœur, et je m’en treuve plus vertueux. J’exhorte donc la jeunesse à bien lire ses ouvrages, et même à les apprendre par cœur. Ce sera un temps mieux employé, qu’il ne l’est à la lecture de ces misérables livrets, où l’on ne fait que s’acharner à de’folles disputes, et dont aujourd’hui tout regorge de toutes parts. Pour moi, quoique la vieillesse me gagne, je ne rougirai point de me réconcilier avec mon clier Cicéron, que j’avais depuis.trop longtemps abandonné ; et dès que je me serai débarrassé de ce qui m’occupe à présent, je me ferai un méiite de cultiver encore pendant quelques mois un tel ami.