Utilisateur:Cpad38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Liens utiles à propos des carnets d'Adrienne Durville :

Généralités[modifier]

  • Belfort en 14-18 : [1], [2], Femmes en guerre dans le territoire de Belfort[1] (cf notamment pages 5 : photo du cours supérieur, 16 - Duralec coquille pour Durville ? - , et 20 : photo de ND des Anges)
  • [3]

Quelques personnages[modifier]

Adrienne[modifier]

Les affectations d'Adrienne Durville :

  • Belfort (8/1914-8/1915)
  • Gérardmer (8/1915-12/1916)
  • Prouilly (4/1917-6/1917)
  • Bouleuse (6/1917-4/1918)
  • Morvillars (4/1918-7/1918)
  • Héricourt (8/1918-12/1918)
  • Colmar (12/1918-3/1919))

On retrouve Adrienne Durville obtenant son brevet de capacité professionnelle, présentée par le siège social de Paris, en 1924, en même temps que ses deux amies Julie de Nanteuil et Renée des Lonchamps[2].

La famille[modifier]

Adrienne Durville (13 octobre 1879-28 décembre 1948)([4], p. 29, fiche 1272),([5], [6]) est la benjamine des 4 enfants d'Alexandre Durville et de Marie-Nicole Regnard, tous deux décédés avant 1914.

  • Renée Durville (1854-), épouse de Camille Morel Deville (1852-1915), est sa sœur ([7], [8]) :"je sors par le bureau militaire pendant que Camille me cherche d’un autre côté et nous nous manquons.".
  • Fernand Durville (1867-1923) est son frère ("Lettre de Fernand assez pessimiste", "affecté à l’hôpital St Martin") ; il épouse Marguerite Lescot.
  • Louis Durville (1874-)([9]) est son autre frère ; il épouse Marguerite Amiot (Bresles 1877-). Ils ont comme enfant Bernard (1914-2004) ("Reçu une dépêche de Louis arrivé à Reims", "Le pauvre petit Bernard ne va pas, Mme Amiot va l’emmener à Bresles et Marguerite ira à Noisy-le-Sec ; toujours des combinaisons hétéroclites.", "le pauvre petit Bernard ne va pas bien. Aurons-nous encore un malheur à déplorer de ce côté").
  • Paul Morel Deville (1881-1915) épouse Renée Descotes (dite petite Renée dans les carnets ) : ([10],[11], [12], [13]) est son neveu, fils de Renée et Camille. ([14], [15], [16], [17], [18], [19], [20])
    • Ils ont 3 enfants : "Goûter chez les Haas fort aimables ; les enfants du pauvre capitaine tué sont des amours, ils me font penser à François et Germaine. ".
      • François (1910-1968) : [21]
      • Germaine (1911-1953)
      • Henri (1913-1962) :
  • Marguerite Le Bec (1882-1920) épouse d'Édouard Boulangé ([22], [23] ?) est une autre petite cousine.
  • Yvonne Le Bec (1886-1976), épouse de Maurice Durnerin (1879-1960) ("blessé à l'épaule", "est au labyrinthe"), ([24]) est une petite cousine, sœur de la précédente.
  • Jean Le Bec est un petit-cousin, frère des précédentes : " Jean a été nommé sous-lieutenant le 25, il se bat continuellement, son père est dans l’angoisse", "Lettre de ma tante qui me donne des nouvelles de Jean, le pauvre garçon sera défiguré et est menacé de perdre un doigt".
  • Anna ?
  • Cécile ?
  • Ed. Durville ?

Les proches[modifier]

  • La famille Ihler-Béha :
    • Le docteur Julien Ihler (1870-1942) : [25]
    • Sa femme : "Julie" Marie Joséphine Béha (1872-1947) : [26].
    • les frères de sa femme : " Les deux frères de Mme Ihler sont à la tête du service des renseignements et ne quittent guère le Gal Pau. Ils n’ont jamais quitté Thann depuis la guerre et s’occupaient de ce service bien avant la guerre." ==> Joseph Béha [27], ?
  • La famille de Saint-Michel et le cousin de Beaurieu
    • Marie-Thérèse de DURAND de PRÉMOREL [28]. Parfois nommée M. Th. dans les carnets. Aussi surnommée "gros-mimi"!
    • Épouse Ferdinand GUYOT de SAINT-MICHEL.
    • Le frère de Marie-Thérèse qui vient de Baccarat : M. de Prémorel
    • Charles de Prémorel [29], mort en 1915.
    • Le cousin capitaine de Beaurieux : orthographe changeante.
    • La sœur de Marie-Thérèse : Mme de Falletans
  • La famille Roch:
    • Mlle Roch directrice des cours secondaires ==> Frédérique Roch ? ([30])
    • Son père

Les infirmières[modifier]

  • ÉQUIPE No 21 Mme de Marthille, chef d'équipe; Mme Zeller, Mme Renaud, Mme de Nanteuil, Mme des Longchamps, Mlles Durville et de Lareinty. Postes : Belfort, hôpitaux auxiliaires.Différents changements sont intervenus successivement dans l'équipe : Mme Zeller est à Paris à l'hôpital-école; Mme Renaud à Gray, Mme de Marthille a été à Zuydcote, à Verdun; elle est actuellement à bord du Charles-Roux, bateau hôpital chirurgical, en Orient. Mlle de Lareinty a été à Zuydcote et à Fez. L'équipe restée à Belfort comprend actuellement Mme de Nanteuil, Mme des Longchamps, Mlle Durville, Mlle Bidou, Mlle Pichot, et plusieurs religieuses franciscaines qui assurent le service d'un des hôpitaux.[3].
    • Mme de Marthille[4]) : Zuydcote, Verdun, Navire Charles-Roux
    • Julie de Nanteuil de la Norville, née Dard (1879-1951)[4] ([31], [32], [33]), épouse Henry de Nanteuil de la Morville en 1900 ([34], [35]), frère d'Émile Dard.
    • Renée de Martin des Lonchamps, née de Bechevel (1883-1960)[4] ([36])
    • Zeller : "Mme Zeller rappelée à paris pour les études de son fils " : le général Léon Zeller a épousé Geneviève Madelin , à voir ?
    • Renault ==> Renaud
    • Aliette de Lareinty de Tholozan ==> Alyette, [37], [38], [39]
    • Mlle Pichot ==> Jeanne Pichot, épouse le Docteur Haas en 1916.
    • Mlle Bidoux ==> Élisabeth Bidoux
  • Villers : Salonique ([40])
  • Cl. Lopez : " nous retrouvons l’équipe 10 de Mlle Lopez qui est désignée pour le service d’avant ", "Melle Cl. Lopez a traversé Belfort venant de Gray, et rentrant à Paris " :Navire Charles-Roux [41], Salonique [42].
  • Mlle Préault, infirmière de l’hôpital (militaire)
  • Mlle Revol : Charles-Roux, [43]
  • Mlle Seiler[1]
  • Mme Ch. Viellard ==> Madame Charles Viellard, ndjf Anne-Marie Bernard (1879-1949, croix de guerre 1916 [44]); présidente du comité des dames de belfort en 1931 [45]?
  • Mme L. Viellard ==> Louise Viellard née Le Couteulx du Molay[4] ([46], [47]) , épouse de Louis Viellard, vice-président du comité de belfort ([48])
  • Gérardmer ([50]) :
    • Joannis ([51])
      • Mlle de Joannis (UFF) l’hôtel Beaurivage [...] est dirigé en temps ordinaire par une Mlle de Joannis, actuellement en congé, femme de France et professionnelle, très remarquable, distinguée, aimable ==> Jeanne de Joannis[5].
      • et sa sœur (Casino) plus sèche. ==> Ocky (Octavie)[5], épousera le général Sarrail.
    • Mlle de Miribel (équipe de Bussang) ==> Marie de Miribel ?
    • Mlle de Ronceray, des Peupliers ==> Jehanne de Ronseray SBM ([52],[53], [54]) (a d'autres sœurs infirmières).
    • Mlle C. de Maud'huy, fille du commandant et nièce du général. (équipe de Bussang) ==> Christine de Maud'huy ([55]) : épouse Robert Chaperon fin 1918.
    • Mme de Chaulnes (équipe de Bussang)
    • Mlle de la Maisonneuve, (Germaine) ancienne amie du couvent de Julie, qui se marie avec le lieutenant Bastin[5]. Surnommée « Maisonnette » ou « New House ».
    • Mlle Tigé (carnet 5 p. 109) ==> Tiget ? ([56])
    • Mlle Bloch
    • Mlle de Laur ==> Mlle Jeanne de Laur de la Lauzade, infirmière major ([57], [58])
    • Mme Garnier, infirmière major de la SSBM ([59]), et son mari.
    • Mlle de Bouglon ==> Odette de Bouglon[4], [60]
    • « La panthère » (terminus)
    • et son acolyte Kr. (terminus) ==> Mlle Krantz, infirmière major de la SSBM ([61], JMO 26N47/1 p47, [62])
    • Mlle Lacaze
    • Mme Matthieu[5][6]
    • Fristch ==> Mlle Marguerite Frisch (JMO 26N47/1 p47)
    • Mme de Barraut ===>Mme de Barrau de Muratel
    • Mme Letexerand (et son mari) ==> Mme Madeleine Letixerant née Vermot ([63], [64], [65],"Madeleine Letixerant")
    • Marguerite Reiterhart[5] ==> Marguerite-Mathilde (a une sœur -ou fille?- Germaine aussi infirmière) [66]
    • Marguerite Rapebach[5]
    • Madame Millet (et son mari le capitaine Millet)
    • Mlle Humbert, sa sœur.
  • Prouilly
    • Mme Berrier-Fontaine ==> Louise, infirmière major : [67]
    • Mme Sculfort
    • Mlle Bourdeau
    • Mlle de Baye (Dugny) ==> Yolande de Baye [68], [69], [70], maîtresse de Pétain ? [71] : lire [72]
    • Mlle Fouilhoux ==> Cécile Fouilhoux [4]
    • Liaison
    • Mlle de Gâtines (Courlandon)
  • Bouleuse
    • Miss Derr
    • Mlle Champy (Sapicourt)
    • Mme Benoist d’Azy
    • La petite Jalaguier (Pierrefonds) ==> Élisabeth Jalaguier [73]
  • Morvillars
  • Héricourt
    • Mlle de Martimprey ==> Odette de Martimprey [74]
  • SBM (Croix-Rouge) de Belfort :
    • Claudon ==> François claudon [75]
    • Messbauer ==> [76]
    • M. Feltin le comptable, et sa femme.
    • Meyer
    • Pointet==> le capitaine Pointet, président du comité [77]
    • La présidente Zeller, qui écrit une lettre stupide : ==> Renée Zeller, présidente du conseil des dames du comité de Belfort [78], [79] ,[80]
      • je ne pense pas que ce soit la même que l'infirmière plus haut...
      • est-ce l'écrivain ([81] ? sûrement pas, l'écrivain est domicilié à Fontenay-aux-roses ([82]).
  • SSBM niveau national (sise à Paris, rue François Ier) :
    • Mme d'Haussonville (1846-1922) (carnet n°1 p.3, carnet n°3 p.19,...)
    • Mlle d'Haussonville, sa fille
    • M. d'Harcourt, son frère (?)
    • Mme Legueu [83] ==> Fanny Legueu (1870-1949)
  • Hôpital des Peupliers (Paris 13) : Il est fondé en 1908 par Marie Génin (° 5 avril 1859 - † 8 avril 1947) en tant qu'hôpital-école[84] des infirmières de la Société de secours aux blessés militaires (SSBM), devenue par la suite Croix-Rouge française.
    • Mlle Génin (fondatrice)
    • Dr Michon
  • A classer
    • Mlle Cahet (carnet n°3 p.19)
    • Mme de Beaulieu et sa fille Mme de Warren. Mme de Beaulieu vient soigner son gendre (carnet n°7 p.44)
    • Robert Chaperon

Les blessés ou malades[modifier]

    • Le sergent Oberreiner ==> sergent Jules Oberreiner ? [85], [86]
    • Sparapan
    • Doria
    • Beaupré
    • Desnoyers
    • Reydelet
    • Fried
    • Schaeffer, chasseur.
    • ss-Lieutenant Lombard : Rose Auguste Marcel Lombard, 42e RI, (2/1888-10/1914) ([87])
    • Loton
    • Adjudant Miard (carnet n°4 p. 20)
    • le petit Bonte (carnet n°4 p. 23)
    • le sergent Roche
    • le brigadier Beauseigneur
    • Le sergent Voland, chanteur.
    • Billot, violoniste.
    • Fournier
    • Amiet
    • Péan ou Péon ?
    • Amat
    • Harmisch
    • Lemaître
    • Gallaire
    • Marie Joseph Albert Hermantier (1893-1916), 30e bat. de chasseurs [88] (carnet n°7 p. 41)
    • Claudius Monin (1895-1916), 6e bataillon de chasseurs [89] (carnet n°7 p. 56)
    • Francis Eugène Fontaine (1896-1916) 35e RI [90](carnet n°7 p. 59)
    • Roux ==> Calixte Roux (1894-1916), 30e bat. de chasseurs [91](carnet n°7 p. 60)

Les médecins[modifier]

      • Le Docteur Landouzy (Louis Landouzy ?)
      • Le Docteur Bousquet
      • Le Docteur Rebout
      • Médecin divisionnaire Melos (carnet 5 p. 11)
      • Le Docteur Pagnier
      • Le Docteur Braun [92]
      • Le Docteur Petit, qui fait de la musique avec Mlle Pichot et qui "va devenir compromettant"...
      • Le Docteur Hiller (carnet n° 1 p. 13) ==> mauvaise orthographe pour Ihler ?
      • Le Docteur Veau, chirurgien des Hôpitaux (carnet 1 p. 40)
      • Le Dr Riss.
      • Le Docteur Haas (carnet 5 p. 10) et ses frères soldats, et sa mère. ==> Veuf, François-Joseph épouse l'infirmière Jeanne Pichot en 1916 ([93]).
      • Le Docteur Mettet (carnet 5 p. 14)
      • Le Docteur Georges (carnet 5 p. 20)
      • Le Docteur Haesler ou Hasler ==> Hassler, chef supérieur du service de santé de la VIIe armée (JMO 26 N 47/3)[5] ([94])
      • Le Docteur Hallopeau (carnet 5 p. 103, 109)==>Paul Hallopeau (-1924)[95], fils de François_Henri_Hallopeau
      • Le Docteur Louis, médecin principal Louis, médecin chef du centre hospitalier de Gérardmer.
      • Le médecin principal Odile, directeur de la D.E.S. ? ==> [96], [97], [98]
      • Le Docteur Rabut
      • Le Docteur Fournial
      • Le Docteur Laroyenne : [99], fils de Lucien Laroyenne ?
      • Le Docteur Jannot ou Jeannot ==> aide-major de 1re classe Jannot, affecté au Casino. (cf JMO 26 N 47 2 p 67)
      • Le Docteur Destouesse
      • Le Docteur Lenouënne
      • Le Docteur Chevassu [7]
      • Le Docteur Alglave[7]
      • Le Docteur Chaudoye[7]
      • Le Docteur Champion[5]
      • Le Docteur Piery[5]
      • Le Docteur Chavasse[5][7]
      • Le Docteur Claudius Regaud[5]
      • Le Docteur Jean-Louis Roux-Berger[8][9]
      • Médecin Inspecteur-Général Albert Béchard[7][8], chef supérieur du service de santé de la Ve armée.
      • Le Docteur René Leriche[9]
      • Proust, à Pierrefonds ==> Le docteur Robert Proust, frère de Marcel ?
      • Médecin aspirant Lucien Laby, amateur de théâtre d'ombres. A laissé des carnets (cf biblio).
      • Lebègue (Laby p 283?)
      • Rouvilloy ==> Henri Rouvillois [100], chef de l'ACA 2.
      • Baumgartner
      • Dubourdieu ==> Jean Raymond Fernand Dubourdieu (1873-1919) [101]
  • à classer
    • Mlle de Barberac
    • Eugène Masure ([102])
    • Chaperon ==> Robert Chaperon, épouse Christine de Maud'huy ([103]).

Les officiers[modifier]

  • Le lieutenant Obrecht (qui apporte Le Temps), et sa mère.
  • Le lieutenant Jacques de la Rivière, ami des Boulangé, « gentil garçon du 42e, en garnison à Belfort ».==> 42e régiment d’infanterie tué à l'ennemi en janvier 1915 à Soissons.
  • Le Lieutenant Delorme (carnet 1 p. 24)
  • Le lieutenant Visconti (carnet 2 p. 31)
  • Le major Coserey
  • Le lieutenant Weité (surnommé le lieutenant « Vérité » (carnet 1 p. 31)
  • Le Capitaine Heyme (carnet 2 p.31)
  • Le Capitaine Keller (carnet 4 p. 19, p. 27))
  • Le Commandant Gasseau (carnet 4 p. 27)
  • Le Lieutenant Parenty (carnet 5 p. 6)
  • Le Capitaine Petitpas (carnet 5 p. 25) du 27e BCA
  • Le Capitaine Lelong (carnet 4 p. 3,carnet 5 p. 26,...) ==> Albert Lelong, ami de Paul, du temps du groupe cycliste de la 10e DI ? [104] ; le Gal Cordonnier viendra demain prendre le café avec nous accompagné du Capitaine Lelong, l’ami de Paul. (7/3/1915) état-major du gal Cordonnier ? ; Le Gal Demange a choisi Lelong comme officier d’E. M. pour toute l’Alsace ; c’est aussi flatteur qu’ennuyeux. (15/8/1915) Visite de Lelong, retour de Coursy où il y a mené ses Russes. (20/4/1917) : état-major de la 1re brigade russe [105] , cité par Joseph Duchêne ([106]).
  • Andlauer ==> Le colonel Andlauer, chef du service de renseignements de Belfort ([107], [108], [109])
  • Le Commandant Lauth, puis colonel
  • Le Commandant de Maud'huy ==> Charles Adrien [110]
  • Le Lieutenant Sabardan (carnet 5 p. 103) ==> 11e BCA puis 12e BC ([111]). Décède en octobre 1916 dans la Somme (carnet 7 p.87)
  • Le Lieutenant Blin (carnet 5 p. 105)
  • Le Colonel Segonne : w:152e_régiment_d'infanterie, w:128e_division_d'infanterie_(France).
  • Doyen, 11e BCA.
  • Fabry. Devient Commandant du 51e bataillon en juin 1916 (carnet 7 p.47) ==> Cdt de Fabry-Fabrègues, ami de Paul : 30e BCA [112], 51e BCA, historique du 51e.

Les Généraux[modifier]

Les autres[modifier]

  • Galniche ? (carnet 2 p. 30)
  • M. Jourdan

Les aviateurs[modifier]

  • capitaine aviateur Planté
  • lieutenant Blin

Les hommes politiques[modifier]

Quelques lieux[modifier]

Belfort[modifier]

Milieu hospitalier de Belfort[modifier]
  • Liste des hôpitaux civils et militaires de Belfort : [121],
    • Hôpital auxiliaire 11 avec 4 annexes : [122]
    • Les ambulances :
      • L'abbé Billot, directeur de l'ambulance des Anges (carnet 1 p. 26) : [123]
      • L'abbé Dauphin, notre aumônier.
      • Le pasteur Jundt [1]
      • Mme de Marthille nous annonce qu’elle a déniché nos ambulances ; il y en a 4 et nous serons forcés de nous séparer.
        • Mme de M., Mme Z. et Aliette de Lareinty restent à la principale. ==> N. D. des Anges, 46 bis faubourg des Ancêtres - 95 lits. : [124], p. 9.
        • Mme des L. et moi allons à une autre organisée dans le lycée de filles ==> Cours Secondaire, 45 faubourg des Ancêtres - 80 lits - SSBM ? ça colle avec le nombre de lits ("Nous n’en avons plus que 5, c’est bien la peine d’avoir 80 lits."). Se spécialise ensuite pour l'ORL.
        • Mme de N. va dans un couvent ==> Local des Soeurs de Saint-Vincent-de-Paul, 42 faubourg des Ancêtres - SSBM ?
        • Mme R. dans un magasin « le Bon Marché ».
    • Hôpital militaire :
    • photo du personnel de l'HA 105 (Union des femmes de France) : [125]

Gérardmer[modifier]

Lugeuse à Gérardmer en 1913.
Milieu hospitalier de Gérardmer[5][modifier]

([126], [127], [128])

  • Hôtel du Lac ([129])
  • Hôtel Beaurivage
  • Casino
  • Hôtel Terminus
Environs de Gérardmer[modifier]
  • Le Hohneck (w:Hohneck), on y accède par tramway.
« Nous débarquons au sommet en même temps que toutes les denrées qui remplissent le train. Chaque jour, il s’en empile ainsi des quantités énormes ; à la tombée de la nuit 500 mulets se chargent de leur faire descendre l’autre versant de la montagne pour les distribuer aux troupes d’Alsace. Nous gravissons à pied les dernières pentes de la montagne et arrivons enfin tout au sommet. » (carnet 5).
« Nous regagnons enfin le petit train qui nous redescend au Collet ; quelle vue, les lacs de Retournemer, de Longemer, et toujours des sapins ! » (carnet 5).

Prouilly[modifier]

Le HOE de Prouilly.

Les ACA évoquées directement ou indirectement[10][modifier]

(aka autochirs...)

  • ACA 2 : Rouvillois
  • ACA 11 : Laroyenne
  • ACA 15 : Baumgartner, Hallopeau
  • ACA 19 : Alglave
  • ACA 20 : Chevassu
  • ACA 32 : Robert Proust
  • ACA 42 : Roux-Berger
  • ACA 43 : Leriche

Journaux[modifier]

  • Le photographe du Matin, arrêté par erreur avec un journaliste et de passage à Delle, nous photographie devant notre auto avec les officiers et gendarmes suisses et les soldats français. Ce sera assez drôle de rechercher cette photo dans le journal. (22/12/14) Notre photo de Delle paraît dans le Matin ; je garde le n° ; c’est assez amusant. (28/12/14) ==> trouvé le reportage mais pas la photo [131] : édition départementale ?
  • Pendant que nous sommes là, un capitaine d’état major vient le voir et nous apprend la reprise de Steinbach que nous avions pris la veille et perdu la nuit par une contre attaque des Allemands. Nous tenons enfin cette fameuse cote 425 d’où l’on domine Cernay qui ne pourra plus résister longtemps. Mais il y a eu beaucoup de pertes dont 400 prisonniers malheureusement. Pourvu qu’ils ne soient pas massacrés ; je viens de lire un extrait d’article de la Revue des deux Mondes où il y a des détails effroyables. (4/1/1915) ==> Impressions d'un combattant de Charles_Nordmann ?
  • C’est Mme de C. qui a écrit le fameux article de l’Œuvre sur les infirmières.(31/3/1916) ==> pas trouvé dans [132]

Bibliographie[modifier]

  • a, b et c Femmes en guerre dans le territoire de Belfort
  • Bulletin de la société française de secours aux blessés militaires, numéro de janvier 1925.
  • Bulletin trimestriel de l'Association mutuelle des infirmières de la Société de secours aux blessés militaires : Croix-rouge française, 1916
  • a, b, c, d, e et f Liste des bénévoles décorés de la Croix-Rouge
  • a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Gilles Durand, Le service de santé à Gérardmer 1914-1918, Claudius Regaud, 2018
  • Journal officiel de la République française. Lois et décrets. 6 février 1917
  • a, b, c, d, e et f René Verquin, Le Chemin des Dames Un désastre sanitaire en avril 1917
  • a et b Anaïs Massiot et Natalie Pigeard-Micaut, Le fonds Hôpitaux d’Origine d’Étape de Bouleuse, Prouilly et Épernay (1917-1918) — Archives du Musée Curie
  • a et b Alain Segal, Jean-Jacques Ferrandis, Guy Pallardy, Marc Neuville , L'Hôpital d'Origine d'Etape (H.O.E.) de Bouleuse/Aubilly/Ste-Euphraise dans la tourmente du début de la deuxième bataille de la Marne — Archives du Musée Curie
  • François Olier, Les autochirs (1914-1918) Genèse d'une épopée, 2002