75%.png

Zevaco - Triboulet/Chapitre 3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Triboulet (1901)
A. Fayard (p. 16-20).

III

LE BOUFFON


— Où est-il, ton François ? Où est-il, ton amant ? Que fait-il, le Roi-chevalier ?…

— Grâce ! Pitié ! crie-t-elle encore.

Cherchons la réponse à cette ironique et sinistre question du mari…

Que faisait François ier ?

Vers dix heures, comme tout dormait au Louvre, la roi, retiré dans sa chambre, attendait l’arrivée des trois courtisans favoris dont il avait coutume de dire :

— Essé, Sansao, La Châtaigneraie et moi, nous sommes quatre gentilshommes.

Il était seul avec Triboulet.

Celui-ci jouait un air de rebec, tandis que François ier, tout joyeux encore de l’expédition amoureuse qui se préparait, se promenait avec impatience.

Parfois il s’arrêtait, et murmurait :

— Gillette !… Elle s’appelle Gillette Chantelys !… Jour de Dieu ! Le joli nom pour une si jolie fille !…

Et il ajoutait, dans le fond de sa pensée :

— Ah ! Je l’aime vraiment !… Jamais je n’éprouvai désir aussi intense, et jamais sensation plus douce et plus ardente ne caressa mon cœur !…

— Voici les trois quarts de roi ! s’écria tout à coup Triboulet.

Essé, la Châtaigneraie et Sansac faisaient leur entrée dans la chambre royale.

— Sommes-nous prêts, messieurs ?

— Nous sommes toujours prêts, Sire, pour le service de Votre Majesté, dit Sansac.

— Mais, ajouta La Châtaigneraie, le roi ne nous a pas encore dit où nous allons.

— Messieurs, nous allons à l’enclos du Trahoir, près la rue Saint—Denis. C’est là que gîte le bel oiseau qu’il s’agit de dénicher… L’oiseau s’appelle Gillette… et…

François ier ne put achever.

Un cri d’angoisse, semblable au cri de détresse d’une bête blessée à mort, venait de retentir…

Ce cri, Triboulet l’avait poussé…

— Qu’a donc le bouffon ? ricana Sansac.

— Rien, messieurs, rien… moins que rien… j’ai laissé tomber ce rebec… et l’émotion…

Triboulet était blême.

Son front suait à grosses gouttes et ses mains tremblaient.

Il fit un effort qui eût paru sublime à quiconque eût pu lire dans ce cœur.

— Que disait donc le roi ? demanda-t-il.

— Le roi disait que nous allons à l’enclos du Trahoir, répondit François ier.

Triboulet frissonna.

— À l’enclos du Trahoir ! s’écria-t-il. Votre Majesté n’y songe pas !…

— Qu’est ce à dire, bouffon !

— Mais, Sire, rappelez-vous ce que disait M. de Monclar… les truands en révolte… l’enclos du Trahoir est si près de la Cour des Miracles !… Non, non, Sire, Vous ne commettrez pas cette folie…

— Çà ! perds-tu la tête ?

— Sire, attendez à demain !… Je vous le demande en grâce ! Demain le grand prévôt aura saisi les plus dangereux de ces coquins… demain, Sire… pas ce soir !…

— Triboulet est fou, messieurs : il devient raisonnable.

— Raisonnable, oui, Sire. Je ne suis qu’un malheureux bouffon et je n’ai pour unique joie au monde que d’amener parfois un sourire sur les lèvres de mon roi… Mes paroles sont dictées par de justes craintes… Sire !… Sire… n’allez pas ce soir à l’enclos du Trahoir…

— Du danger ? Par Notre-Dame, voilà qui complète le plaisir de l’expédition ! Venez, messieurs ! Viens, Triboulet !

Le roi se dirigea vers la porte…

D’un bond, Triboulet se jeta devant lui :

— Sire ! Sire !… Daignez m’écouter… Songez à ce que vous allez faire, Sire !… Une enfant de dix-sept ans ! Votre Majesté aura pitié… Quoi, Sire ! Vous avez les dames de la Cour, les bourgeoises… Cette pauvre petite… Tenez, Sire, je ne la connais pas, mais cela me fait une étrange peine… Tant de charme, de jeunesse et de pureté ! Vous l’avez dit vous-même… Oh ! Sire ! grâce pour cette enfant ?…

Il y eut un éclat de rire général.

— Triboulet, que de vertu ! pouffa le roi.

— Triboulet prédicateur !

— Triboulet, ton jour pour me confesser !

Le malheureux fou tordait ses mains et son regard suppliant se fixait sur le roi qui se pâmait.

— Sire ! sire ! reprit-il, qui vous dit que cette enfant n’a pas une mère !… Songez à l’affreux désespoir…

— Rassure toi ! fit le roi en riant de plus belle. Elle n’a pas de mère !…

— Ou un père peut-être ! continua Triboulet d’une voix tremblante. Un père !… Oh ! Sire ! vous ères père ! Pensez au deuil abominable qui eut atteint votre cœur paternel, si…

— Misérable ! rugit le roi, blanc de fureur, oserais-tu quelque sacrilège comparaison !

Sa main lourde s’abattit sur l’épaule du bouffon qui bomba sur ses genoux.

— Non ! non ! Sire, clama le malheureux. Loin de moi la pensée d’assimiler un cœur de roi à un cœur d’homme !… Mais, Sire, si pourtant cette enfant a un père !… Ou, à défaut de père, si quelqu’un l’a adoptée ! Si quelque infortuné, privé à jamais des joies de l’amour et de la famille, a concentré sur cette tête, ses espoirs, ses affections, toute sa vie !… Oh ! songez à ce que va souffrir cet homme ! Songez que vous allez le tuer, Sire !

— Assez, bouffon Venez, messieurs !…

— Sire, je Suis à vos genoux !

— Jour de Dieu !

— Le chien devient enragé, dit Sansac.

Triboulet se redressa péniblement.

Il était affreusement pâle.

Français ier voulut l’écarter d’un geste.

— Sire, dit Triboulet, tuez-moi. Moi vivant, vous n’irez pas au Trahoir !

— Sansac, appelez mon capitaine.

Le gentilhomme se précipita.

L’instant d’après, le capitaine des gardes apparut flanqué de hallebardiers.

— Bervieux, commanda froidement le roi, arrêtez mou bouffon !

— Sire ! sanglota Triboulet d’une voix brisée. Sire ! faites moi jeter dans un cachot, mais écoutez-moi, par pitié !… Je vais vous dire… vous allez savoir…

Bervieux avait fait un signe.

En une seconde, le bouffon fut saisi, entraîné…

Deux minutes plus tard, il était enfermé dans une salle basse du Louvre.

Pendant quelques instants, Triboulet demeura immobile, frappé de stupeur.

Puis, tout à coup, il se mit à tourner dans sa prison, en poussant de lamentables clameurs.

Puis il se jeta sur les barreaux de sa fenêtre, les secoua frénétiquement, les mordit.

Puis enfin, il tomba tout de son long sur les dalles, la face contre terre, le front ensanglanté. Et il pleura ! Il sanglota ! il pria, supplia !…

Le capitaine de Bervieux qui, surpris de cette arrestation, avait écouté à la porte, raconta plus tard à son lieutenant Montgomery qu’il n’avait jamais entendu pareils accents de lamentation, et qu’il avait dû s’en aller pour ne pas sa mettre à pleurer.

— Sans pitié !… grondait Triboulet en labourant les dalles de ses ongles saignants. Ce roi est sans pitié !… Pouvais-je lui dire ! Il se serait ri de moi !… ô ma Gillette !… ô mon ange candide et pur !… Pouvais-je lui dire, à ce monstre, que tu es toute ma vie !… que nos destinées sont indéliables… depuis le jour où, pauvre enfant perdue, tu apparus si pitoyable au bouffon enchaîné que raillait une ville entière !… depuis l’heure bénie où ton regard de pitié fut le rayon céleste qui éclaira mon enfer !… Ma fille !… Je vous assure, Sire, qu’elle est devenue ma fille, à moi qui n’ai ni père, ni mère, ni femme, ni amante, ni enfant, ni rien au monde !… Rendez-moi ma fille ! Pitié, Sire ! Oh ! le maudit ! Oh ! le damné !…

Au matin, on pénétra dans la salle basse.

On trouva Triboulet évanoui.

Chose affreuse : sur la figure, insensible et raidie, coulaient lentement des larmes qui tombaient une à une et roulaient sur les dalles.