Page:Chiarini - Le Talmud de Babylone, vol. 1, 1831.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et dans le troisième tous les renseignemens historiques, scientifiques et philosophiques que le Talmud peut fournir considéré comme un monument littéraire d’une époque très-reculée.

Nous présenterons ici un Schème de ces trois Index comme un des moyens les plus propres à faire connaître au public éclairé, l’esprit du Talmud et la version qu’en donne le Professeur Chiarini.


Judaïsme considéré comme religion.

Bible.
a. Indication des parties de la loi écrite ou mosaïque qui constituent l’état de toutes les questions agitées par les Talmudistes, et qui portent par là un nouveau jour dans le chaos de leur polémique.


Mischna.
b. Indication de toutes les parties de ce commentaire qui ne sont pas controversées, ainsi que de toutes les décisions auxquelles il faut s’en tenir en dernier résultat partout où il y a lieu à contestation.


Ghemara.
c. Indication de tous les points de doctrine que les auteurs de ce second commentaire éclaircissent moyennant la tradition, et qui obligent en conscience tous les Juifs.
d. Cérémonies, mœurs et coutumes de la nation Israélite depuis la ruine de Jérusalem jusqu’à nos jours. —


Judaïsme considéré comme doctrine pernicieuse.

a. Citation de tous les passages des deux Talmuds qui viennent à l’appui des maximes et des règles critiques que le Professeur Chiarini a établies dans sa Théorie du Judaïsme.