75%.png

Analyse du Kandjour/Mdo/21

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Csoma de Körös
Traduction par Léon Feer.
Texte établi par Musée Guimet, Paris (Tome 2p. 272-273).
VOLUME XXI. — (Ja)

Quatre ouvrages.

1. Buddha nâma sahasra panca çata câtur tri pancadaça, tib. Sangs-rgyas-kyi-mts’an lnga stong-bji brgya lnga-bcu rtsa gsum pa, སངས་རྒྱས་ཀྱི་མཙན་ལྔ་སྟོང་བཞི་བརྒྱ་ལྔ་བཅུ་རྩ་གསུམ་པ, folios 1-137. Enumération de cinq mille quatre cent cinquante-trois noms ou épithètes du Buddha ou Tathâgata (comme le titre l’indique), à chacun desquels est ajouté la formule : « Adoration à lui », ou « je l’adore. » Le terme Tathâgata, tib. Debjin-gçegspa est constamment employé dans le texte. Les noms ou épithètes sont empruntés à toutes sortes de vertus, de qualités excellentes, de grandes actions du Buddha, de choses précieuses, d’objets naturels grands, magnifiques et agréables etc., etc. Tous les noms sont présentés sous cette forme : tib. Debjin-gçegspa (tel et tel) la phyag-hts’al-lo. དེ་བཞིན་གཤེགས་པ, « Adoration au Tathâgata (tel et tel) » ou « j’adore le Tathâgata un tel. »

Voici, comme spécimen trois noms empruntés à la troisième feuille (en tibétain) :

1. De-bjin-gçegs-pa kun-tu-snang-vahi-ñi-mahi-rgyal-po la phyag hts’al-lo. དེ་བཞིན་ — ཀུན་ཏུ་སྣང་བའི་ཉི་མའི་རྒྱལ་པོ་ལ་ཕྱག་འཚལ་ལོ. « J’adore le Tathâgata, le soleil principal qui brille partout. »

II. De-bjin-gçegs-pa chos-kyi-ye-çes la-phyag hts’al-lo. དེ་ — ཆོས་ཀྱི་ཡེ་ཤེས་ལ་ཕྱག་འཚལ་ལོ. « J’adore le Tathâgata, la sagesse morale. »

III. De-vjin-gçegs-pa phyogs thams-cad-kyi-mar-mehi rgyal-po-la phyag hts’al-lo. དེ་ — ཕྱོགས་ཐམས་ཅད་ཀྱི་མར་མེའི་རྒྱལ་པོ་ལ་ཕྱག་འཙལ་ལོ. « J’adore le Tathâgata, le principal flambeau de toutes les régions » (du monde).

Tout le reste est de même. Dans quelques noms on a accumulé un grand nombre d’épithètes.

2. Samyag-âcarya, tib. Yang dag par-spyod-pahi ts’ul. ཡང་དག་པར་སསྤྱོད་པའི་ཚུལ, folios 137-328.

Préceptes donnés par Çâkya à ses disciples sur la meilleure conduite ou la pureté de la vie des Bodhisattvas (c’est-à-dire des hommes vraiment sages et pieux).

3. Pas de titre sanskrit : Hgyod-ts’angs-kyis sdig-sbyangs[1], འགྱོད་ཚངས་ཀྱིས་སདིག་སྦྱངས. L’action de rejeter les péchés par une repentance sincère, et par l’invocation et l’adoration des Buddhas (Bhagavats) et des Bodhisattvas (folios 328-451). On y trouve encore (folios 339-358) beaucoup de noms ou épithètes de Buddhas-Bhagavats et Bodhisattvas finissant par la formule : « Je l’adore. »

4. Kusuma Sancaya, tib. Me-tog-gi-ts’ogs. མེ་ཏོག་གི་ཚོགས. « Assemblage de fleurs  » ou « beaucoup île fleurs. » À la demande de Çârihi-bu, Çâkya énumère plusieurs Buddhas aux dix coins du monde, lesquels enseignent en même temps que lui la même doctrine. Avantages résultant de ce qu’on entend les noms des Buddhas, de ce qu’on les invoque et de ce qu’on les adore.

  1. Le titre sanscrit semble pouvoir se restituer ainsi : Kaukṛtya-puçaka (?) ṇâpa-dhûta. (L. F.).