Auteur:Marie de Gournay

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie de Gournay

Marie de Gournay

femme de lettres française ()


Œuvres[modifier]

  • avant 1588 : un sonnet et une ode dans les « Regrets funèbres sur la mort d’Aymée ». In Œuvres de Pierre de Brach (Le Tombeau d’Aymée)
  • 1594 : Le Proumenoir de Monsieur de Montaigne
  • 1595 : Préface sur les Essais de Michel, seigneur de Montaigne, in Les Essais de Michel Seigneur de Montaigne
  • 1595 : Hommage en prose à Jean de Sponde, dans Response du Feu Sieur de Sponde…
  • 1598 : Préface sur les Essais de Michel, seigneur de Montaigne, in Les Essais de Michel Seigneur de Montaigne
  • 1608 : Bienvenue de Monseigneur le duc d’Anjou
  • 1610 : Adieu de l’Ame du Roy de France et de Navarre Henry le Grand, avec la Défense des Peres Jesuites
  • 1619 : Versions de quelques pieces de Virgile, Tacite, Salluste, avec l’Institution de Monseigneur, frere unique du Roy (comprend également un « traicté sur la Poësie »).
  • 1620 : Eschantillons de Virgile
  • 1620 : deux poèmes dans Les Muses en deuil
  • 1621 : Traductions. Partie du Quatriesme de l’Eneide, avec une oraison de Tacite, et une de Saluste
  • 1622 : Fac-simile Égalité des Hommes et des Femmes
  • 1624 : Remerciement, au Roy
  • 1626 : L’ombre de la Damoiselle de Gournay – œuvre composée de mélanges – L’homme est l’ombre d’un songe & son œuvre est son ombre qui comprend :
    • De l’éducation des Enfans de France
    • Naissance des Enfans de France
    • Exclamation sur l’assassinat deplorable de l’année 1610
    • Adieu de l’ame du Roy à la Reyne Regente son espouse
    • Priere pour l’ame du mesme Roy, escrite à son trépas
    • Gratification à Venise sur une victoire
    • Institution du Prince
    • Du langage François
    • De la medisance
    • Des fausses devotions
    • Si la vangeance est licite
    • Antipathie des ames basses et hautes
    • Consideration sur quelques contes de Cour
    • Advis à quelques gens d’Église
    • Que les grands esprits et les gens de bien s’entrecherchent
    • De la neantise de la commune vaillance de ce temps et du peu de prix de la qualité de Noblesse
    • Que l’integrité suit la vraye suffisance
    • Sur la version des Poètes antiques, ou des Metaphores
    • Égalité des Hommes et des Femmes
    • Chrysante, ou convalescence d’une petite fille
    • Des Vertus vicieuses
    • Des Rymes
    • Des diminutifs François
    • Des grimaces mondaines
    • De l’impertinente amitié
    • Des sottes ou presomptives finesses
    • Grief des dames
    • Défense de la Poësie et du langage des Poètes
    • Advis sur la nouvelle edition du Promenoir
    • Promenoir
    • Apologie pour celle qui escrit
    • Lettre sur l’art de traduire les Orateurs
    • Version d’une Oraison de Tacite
    • Version d’une Oraison de Salluste
    • Epistre de Laodamie traduicte d’Ovide
    • Seconde Philippique de Ciceron traduicte
    • De la façon d’escrire de Messieurs du Perron et Bertault, qui sert d’Advertissement sur les Poesies de ce volume
    • Partie du Premier de l’Æneide, commençant où monsieur le Cardinal du Perron acheve de le traduire
    • Second de l’Æneide traduict - Partie du Quatriesme de l’Æneide, commençant comme dessus après monsieur le Cardinal
    • Bouquet de Pynde, composé de fleurs diverses
  • 1628 : trois poèmes, in Recueil de plusieurs inscriptions proposées pour remplir les Tables d’attente estans sous les statues du Roy Charles VII et de la Pucelle d’Orléans…
  • 1634 : Les Advis, ou les Presens de la Demoiselle de Gournay (ajoute à L’Ombre : Discours sur ce livre à Sophrosine, Oraison du Roy à S. Louys durant le siège de Rhé, Première delivrance de Casal, De la temerité et la traduction du VIe livre de l’Énéide).
  • 1635 : un poème, in Le Sacrifice des Muses
  • 1635 : un poème, in Le Parnasse royal
  • 1641 : réédition des Advis
  • 1642 : deux épigrammes, in le Jardin des Muses
  • 1644 : une épigramme, in l’Approbation du Parnasse qui précède Les Chevilles de Me Adam Menuisier de Nevers


Quelques poèmes dans Fac-simile Les Muses françaises, I (1908), par Alphonse Séché

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]