Correspondance de Voltaire/1766/Lettre 6398

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1766
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 44p. 335-336).

6398. — À M. LACOMBE[1].
12 juillet.

Vous devez recevoir incessamment, monsieur, par la diligence de Lyon, l’ouvrage de mon ami[2].

Si, avant que vous ayez commencé l’impression, il m’envoie quelques additions ou corrections, je vous les ferai tenir sur-le-champ. Si la police vous fait quelques difficultés, vous n’avez qu’à me mander quels articles il faut corriger, et mon ami les réformera sans peine.

À l’égard de votre autre entreprise[3], je m’en rapporte à votre prudence ; vous ne compromettrez ni vous ni personne. On vous fera tenir incessamment les additions aux petits chapitres. Si on avait eu l’honneur de vous connaître plus tôt, on se serait mis entre vos mains pour tout le reste. Je compte sur votre amitié, et je vous prie d’être persuadé de la mienne.

  1. Éditeurs, de Cayrol et François.
  2. Le Triumvirat.
  3. Le Recueil.