Cours d’agriculture (Rozier)/CHARRETIER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome troisièmep. 51).


CHARRETIER, & non pas CHARTIER. La signification propre du mot désigne le conducteur d’une charrette, d’un charriot, &c. mais, en Agriculture, son acception est beaucoup plus étendue. Le charretier est le valet de la ferme, qui a soin des chevaux, des mulets, &c. & qui conduit la charrette, le charriot, le tombereau, &c. C’est, à mon avis, l’homme le plus important de la ferme, &, pour se le procurer, on ne doit pas mettre de la parcimonie dans les gages ; mais combien de qualités & de talens ne doit pas avoir un bon charretier ! il est rare d’en trouver un de cette espèce.

Pour se procurer un charretier, il faut faire les mêmes perquisitions que lorsqu’il s’agit de prendre un fermier. (Voyez page 126 du tome second, au mot Bail à ferme.) C’est de cet homme précieux que dépend la santé de vos bêtes de charge, l’économie des fourrages, des avoines, & la multiplication des engrais.

Un charretier doit être doux, actif, vigilant, sobre, patient & fort. S’il est brusque, s’il bat les animaux, renvoyez-le aussi-tôt ; ils doivent obéir à sa voix, & non à son fouet. Bientôt ils deviendront entre ses mains, rétifs, mutins & méchans. Tout animal se soumet par la douceur, & toute contrainte l’irrite. Un bon charretier ne pense qu’à ses chevaux, & n’est content que lorsqu’il fait qu’il ne leur manque rien.

Le maître charretier doit savoir labourer, semer, herser, charger & décharger une voiture ; le tout avec promptitude & dextérité. (Voyez le mot Bouvier, pour les occupations qui leur sont relatives.)