Cours d’agriculture (Rozier)/REJET, REJETON

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome huitièmep. 565).


REJET, REJETON. Nouvelle pousse que font les arbres qu’on a couronnés. C’est repousser une seconde fois. Au renouvellement de la sève, l’arbre couronné (chacun suivant son espèce) pousse de toutes parts des yeux qui produiront des bourgeons ; ces yeux sont pour l’ordinaire trop multipliés, cependant on ne doit pas se hâter d’abattre les surnuméraires ; il convient de laisser solidement établir la totalité ; alors on commence à en supprimer une partie seulement, parce qu’ils facilitent l’ascension de la sève, & si tout d’un coup on n’en laissoit que deux ou trois, la sève ne trouveroit plus assez de vaisseaux aspirans & sur-tout de vaisseaux sécrétoires (consultez le mot Sève), & l’opération brusque nuiroit à ceux qu’on se propose de conserver ; c’est donc par gradation & à différentes époques de l’été qu’elle doit avoir lieu. Enfin lorsque la sève afflue visiblement dans les bourgeons nécessaires, on supprime tous les autres. Une raison qui interdit tout retranchement brusque, c’est que ces jeunes pousses sont encore tendres, & pour peu que le coup de vent soit fort, il les brise près du tronc ; dès-lors il ne reste plus ou presque plus d’espoir, il faut que l’arbre travaille à produire de nouvelles pousses. À la taille d’hiver, il est avantageux de rabaisser ces bourgeons sur deux yeux qui donneront à leur tour, l’année suivante, deux bourgeons très-vigoureux & qui formeront la tête de l’arbre.